Selon le [url=www.myspace.com/dumdumgirls]myspace[url] des Dum dum girls, girls band de Los Angeles, elles font de la ‘chanson populaire mélodramatique’. Si on doute fortement du caractère populaire qu’aura cet album, il y a bien une mélancolie qui empoisonne chacun de ses titres en majorité pop et enjoués, du moins en surface.

La première impression, comme souvent, sera trompeuse et il ne faudrait pas que les quelques tubes aux accents nian-nian (Bhang bhang i’m a burnout, Jail la la) cachent le talent mélodique du reste (Rest of our lives, Blank Girl). I will be est le journal intime d’une gamine sans autre problème existentiel que rebondir sur ses échecs sentimentaux (Baby don’t go) et gérer un amour obsessionnel (Yours alone, I will be). L’alternance entre morceaux planants (Rest of our lives et son pastiche du Velvet Underground) et d’autres plus directs (Oh mein me, sorte de blague allemande de 2 min 11) permet de ne jamais s’ennuyer, et la petite demi-heure de l’album est juste ce qu’il faut.

Si on accroche à ses ambiances désabusées sur fond de rock garage brumeux, on passera un très bon moment avec cet album de saison, qui accompagnera vos soirées ‘j’aime danser en mode bobo blasé’, ou si vous êtes seul, à regarder le plafond et fumer des malboro light.