Sorti en juin dernier, WIXIW n’est pas aussi complexe que son titre peut le laisser sous-entendre. Le trio new-yorkais de Liars revient plus de deux ans après un Sisterworld difficile à appréhender qui avait tendance à se perdre dans des longueurs. Ce nouvel album au nom particulier signifierait Wish You, une façon pour le groupe de communiquer autour de l’espoir et également de s’offrir le luxe d’un palindrome. Mot qui peut se lire dans les deux sens et qui révèle le but de cet album : ouvrir la musique de Liars vers des contrées plus accessibles tout en gardant la volonté de brouiller les pistes et de rendre leur musique compliquée.

Pour reprendre cette habitude, Liars ouvre le bal avec le titre le plus nébuleux The Exact Colour of Doubt. Un morceau qui reprend les choses là où on les avait laissés avec le groupe dans une ambiance éthérée où on ne sait pas où on va nous emmener. Un chemin qui prend une direction plus tranchée avec Octagon, piste envoûtante qui offre déjà une nouvelle facette du groupe. S’ensuit le single No. 1 Against The Rush, à la saveur eighties et dark wave. Titre réussi qui nous rappelle la perle pondue par les Horrors dans Primary Colours avec Sea Within A Sea.

À la suite de ce premier trio de titres, WIXIW nous embarque dans un trip touffu. Bourré d’influences bien digérées, il sait flirter entre l’électro dansant, le rock et les atmosphères lancinantes et groovy. Certains morceaux comme le titre éponyme et Ill Valley Prodigies évoquent le chant évasif de Thom Yorke où le concept d’articulation n’est qu’un lointain souvenir d’une séance d’orthophoniste. Mais le groove indien de Flood to Flood ou encore His and mine sensations et Brats sont là pour dynamiter tout ça avec un retour au meilleur de l’électro rock britannique des années 90. Morceau catchy et saturé qu’on n’attendait pas de la part des Liars.

Constat global plus que positif donc pour une des bonnes surprises de cette année oubliant les prises de têtes avec un cocktail dansant, planant, trippant.

A voir le 25 octobre à Strasbourg à la Laiterie, au Pitchfork Festival à Paris et le 2 novembre à Bruxelles.à l’Orangerie.