MGMT de MGMT est vraiment nul. Dix-neuf écoutes du stream de ce nouvel album permettent de l’affirmer sans honte et avec tout le recul nécessaire: la blague a assez duré. Ces mecs ne sont rien que des drogués en plein trip des one-hit wonders qui ont pété une durite. Trop de succès trop vite. Un demi-album potable et puis plus rien ou si peu. ‘Time To Pretend‘ comme ils l’ont si bien résumé eux-mêmes. À moins d’être un hipster boutonneux on préfèrera de loin de vrais groupes de pop expérimentale comme TV On The Radio ou Arcade Fire qui eux au moins font de la musique digne de ce nom. ‘Your Life is a Lie‘… non mais parlez pour vous les junkies. Lol. Pour qui se prennent-ils? Pink Floyd? On ne voit pas où ces guignolos veulent en venir et rien ne ressort de tout ça. Vous voulez du psychédélisme du bon? Allez plutôt faire un tour chez Tame Impala. Au début c’est bizarre mais quand on finit par piger c’est que du bonheur. Pas comme ce machin informe. Le pire c’est qu’il y aura encore des foufous pour trouver du charme à des titres comme ‘Alien Days‘ ‘Mystery Disease‘ ‘Introspection‘ ‘I Love You Too Death‘… et pourquoi pas tout le disque tant qu’on y est? Car sachez-le et préparez-vous Benjamin Goldwasser et Andrew VanWyngarden ont leur armée de fanboys qui vont élever cette bouse au rang de chef d’oeuvre ou du moins lui trouver toutes les excuses. On imagine déjà les chroniques parlant de ‘profondeur émotionnelle‘ de la ‘richesse des arrangements‘ ou de ‘progressions d’accords complexes‘ #prisedetête. Jamais un refrain sympa ou un passage qui bute c’est tout ce qu’il y a à retenir de ces dix titres soporifiques. Que des effets de production. MGMT se la joue trop à la ‘on est des artistes on fait ce qu’on veut’. Bonjour l’hypocrisie. Sauf que ça ne marche pas avec tout le monde. Désolé les gars. À quand un vrai album?

Edit: Après une vingtième écoute en 320 kbps j’admets que le disque passe un peu mieux. Hâte de l’écouter en 5.1.