Et si parfois le mieux serait de tout simplement vous dire de l’écouter. D’écouter ‘Sukierae‘ parce que Jeff Tweedy est probablement l’un des tous meilleurs songwriters des 25 dernières années. Parce qu’il a fait/fait partie de deux groupes hautement influents. Parce que Jeff Tweedy a des couilles (dans les deux sens du terme). Parce qu’il n’a jamais fait deux fois le même album. Parce que son premier album solo est un double album à l’heure où le monde a trente secondes de temps d’attention. Parce que ‘Sukierae‘ brasse large entre ballades contemplatives, expérimentations sonores et pop songs. Parce que Jeff Tweedy semble totalement incapable de composer une chanson sans une mélodie renversante. Parce que la puissance émotionnelle du disque est telle qu’elle rappelle le double blanc des Beatles, jusque dans l’artwork photos de familles, jusque dans les autocitations des paroles. Parce que Jeff Tweedy est un chanteur fabuleux qui d’un simple soupir dans ‘Low Key‘ vous renverse le coeur. Parce que tel Neil Young il sait sortir des parties de guitares impressionnistes bouleversantes qui en disent plus sur ses maux que bien des mots. Parce que ‘Sukierae‘ est assez immédiat pour plaire d’entrée et s’offrir sur la longueur (même si par pied de nez, Tweedy a placé les chansons les plus immédiates sur le deuxième disque, on vous le dit il a des couilles sens figuré). Parce que Spencer Tweedy (fils de, il a des couilles sens propre) assure à la batterie. Parce que tout simplement il y a peu de disques aussi bons que ‘Sukierae‘ qui sont sortis cette année.