Retour à la routine pour Ty Segall en ce début d’année avec déjà deux disques sortis sur deux petits labels, à la bonne franquette. Le ‘Live In San Francisco‘ signé Ty Segall Band est sympatoche ([url=http://www.visual-music.org/sujet-35497-1-10-Ty_Segall_Cigale_Paris_21_10_2014.htm]logique[url]) et l’EP qui nous intéresse ici l’est tout autant, même si ses quatre titres joués et enregistrés tout seul ou presque prennent des airs de faces B, voire de démos après l’orgie de 2014 (‘Drug Mugger‘ ressemble méchamment à ‘Tall Man Skinny Lady‘). Il y aura forcément un après-‘Feel‘, une certaine attente et du monde au tournant suite au succès de ‘Manipulator‘, mais pour l’heure le californien fait comme si de rien n’était, revenant à un son plus négligé et semi-acoustique dans la veine de ‘Sleeper‘ – la mélancolie en moins et avec un panache qui faisait hélas un peu défaut à [url=http://www.visual-music.org/chronique-1634.htm]cet album[url]. Infectieuse et sournoise, la chanson-titre ‘Mr. Face‘ s’emballe à mi-chemin et débouche sur une coda garage-rock typiquement bien torchée. Ty Segall se contente ensuite de dérouler avec son feeling habituel sur ‘Circles‘, ‘Drug Mugger‘ et ‘The Picture‘, ballade désuète que n’aurait pas renié le tandem Jagger/Richards à l’époque d »Aftermath‘. Rien d’indispensable certes, mais une fois de plus c’est très au-dessus du tout-venant garage et donc chaudement recommandé.