Les Pixies haaa, ça faisait longtemps qu’on avait pas entendu d’eux, du moins en tant que groupe. Même si Frank Black a plutôt bien réussi son après Pixies, les autres sont plutôt restés discrets. Qu’est-ce qui a bien pu leur prendre pour se réunir ainsi et venir nous faire plaisir cet été à l’occasion des eurockéennes notamment ? La thune ou plutôt l’envie réelle de recommencer l’aventure Pixies, stoppée il y a environ dix ans ? En tout cas, ils sont bien de retour, et ce avec un cd Best Of, et un dvd, qui sera ici l’objet de la chronique.

Mais que contient-il ?? bah pour commencer, on va parler des bonus. A l’instar de Placebo il y a peu, Les Pixies ont été un peu plus généreux point de vue bonus, en effet, on y trouve deux documentaires, et l’intégral de leurs clips. Les clips, on ne s’y attardera pas, ça ne vaut franchement pas le coup. Ce sont des vidéos simples, sans aucun artifice ni chichi, juste de simples vidéos, avec rien d’original. Celui de Velouria est tout simplement une torture, puisqu’on voit pendant 3 minutes les membres du groupe avancer vers la caméra au ralenti … euh, oui, mais encore ? celui d’Allison prend place dans un stade de foot vide, où le groupe joue sur la pelouse, en gros, sept vidéos qui ne resteront pas dans les annales de la musique visuelle.

Dans un deuxieme temps, on se précipite sur les deux documentaires présents sur le dvd, le premier regroupe des célébrités comme Bono de U2, Damon Albarn de Blur, ou encore des critiques rock apparements reconnus. Alors là, premier problème, c’est pas sous titré, et j’ai eu beau cherché, pas trouvé … dommage. Bon, alors en gros, tout le monde dit qu’ils sont formidables, qu’ils auraient même pu être mondialement célèbre et plus reconnus sans le phénomène Nirvana, Mouais, moi j’suis quand même pas convaincu, mais on va pas refaire l’histoire pour savoir. Le second Docu nous montre le groupe au cours de sa tournée de 1989, et on les voit donc dans leur Bus, sur les Champs-élysées, où Black Francis reconnait (heuresement), ‘The Arch Of Triumph’. Sinon, on a le droit a des extraits vidéos de différents shows, comme leur tout premier festival, en Allemagne, ou encore en Grèce, … et un extrait de conférence de presse, le tout durant environ 30 minutes.

Place au Live. L’objet qui nous a fait acheter ce dvd annoncé mythique par la plupart des fans. 15 chansons, dont une reprise, le tout plié en 45 minutes. Ils rigolaient pas en 1989 les Pixies. Mais tout était déjà là. Les tubes, la gratte acoustique, l’électrique, et la voix de Francis, doublée de celle de Kim Deal pour les choeurs. Le concert débute par The Holliday Song, suivi de Nimrod’s Son et du classique Bone Machine, en sixièmes chanson, on trouve LE tube des Pixies, celui qui les a a jamais fait entrer dans la légende, LA chanson que tout le monde connait, bah oui, c’est Where is My Mind ? un Where Is My Mind ? d’anthologie, où le chanteur prouve à tout le monde qu’on peut être corpulant et avoir une voix plutôt aigüe. On trouve ensuite un titre plus méconnu, mais aussi interessant, déjà rien que par le nom, Caribou. le concert s’achève ensuite avec la quinzième chanson, une reprise des Beatles, Wild Honey Pie, plutôt enthousiasmente, mais ne connaissant pas l’originale, je ne me risquerait pas à dire si elle est réellement fidèle à l’originale.

Ce dvd, s’il souffre de quelques défauts mineures (pas de sous titrage des documentaires, vidéos franchements pas géniales), n’en reste pas moins un bon moyen de connaître le groupe, et de découvrir au cours du visionnage des gens simples, à l’image d’un dvd finalement réussi.