Les souris modestes nous reviennent avec ce nouvel plein de drôles de bonnes nouvelles. Modest Mouse reste fidèle à ses sources rock indé, mené par le charismatique Isaac Brock. Bien qu’étant rentré dans les rails après avoir intégré le major Epic en 2000 avec le superbe album ‘The Moon and Antartica‘, Modest Mouse a su garder cette énergie et ce son inclassable qui les caractérisent tant. Loin des schémas pop épurés recommandés par les grandes maisons, Modest Mouse défonce les murs épais du conformisme musical.

Les titres sont tantôt aériens, planant sur un orchestre bancal aux sonorités étranges mêlant cuivres et autres orgues distordus (‘The World At Large‘, ‘Float On‘, ‘Ocean Breathes Salty‘), tantôt électriques et hargneux, emportés par un chant coléreux et des riffs de guitare écorcheurs (‘Bury Me With It‘).

A l’écoute de cet album, on ne peut qu’admettre que les souris modestes maîtrisent totalement leur son tordu sans jamais perdre en créativité. L’énergie de Isaac Brock ne s’assagit pas, elle se canalise dans un chant tourmenté, presque fiévreux. Avec 10 ans d’expérience et 6 albums derrière eux, Modest Mouse nous délivrent ici un superbe album, triste et heureux comme le voudrait le titre, ingénieux, mélodique, contemplatif, qui nous conforte encore une fois sur leurs talents réels.