Elevés à juste titre au rang de référence indie-garage par la critique, admirés pour leurs concerts explosifs et intimistes, Jordan présente enfin son premier EP Back To The Gym, Kid ! Et pour l’occasion, les trois garçons n’ont pas fait les choses à moitié. Direction le Canada, deux producteurs qui s’y connaissent pas mal (ndlr : voir commentaire), on prend des bandes et on enregistre live : rock n’ roll !

Cet EP respire d’ailleurs l’urgence et la spontanéité. Les sentiments sont d’une sincérité aujourd’hui rare. Les riffs sont entêtants, bruts et efficaces. Rien que ça. C’est peut-être grâce/à cause de cette richesse musicale qu’on les compare à pas moins d’une cinquantaine de groupes différents.
Jordan use de rythmes et de mélodies toujours différents, avec une facilité presque déconcertante. Les morceaux paraissent d’une simplicité agaçante (pourquoi n’y ai-je pas pensé avant : ça sonne !), les arrangements naturels et le chant on ne peut plus vrai.

Le tubesque Cabs Are Promising et Reptiles sont taillés pour le live. The Game Of Janga rend un côté un peu plus pop du groupe alors que Tacklin’ Fuel impose sa touche mélancolique, touche retrouvée sur Non Buttare I Soldi Dalla Finestra qui s’offre même le luxe d’une intro au piano.

Le son brut rendu par les prises live renforce l’intimité entre les trois cocos et leur public. Et on est tellement emballé qu’on se lève pour aller danser devant le miroir avec le déo à la main. Oui : Au Diable cette chronique, celui qui n’est pas déjà parti écouter l’EP est un tout simplement un…