Après un ‘Work In Progress‘ qui m’avait laissé pantois d’admiration devant la qualité et le fourmillement de détails de ses pistes pour un groupe autoproduit, nos chers amis de Radius System ont décidé de récidiver avec un nouveau skeud de 11 titres placé sous le signe de l’exceptionnel. Car si le groupe a su se faire repérer à gauche et à droite par les critiques et professionnels du milieu et aurait pu emprunter la voie habituelle de la distribution indépendante, voilà nos deux compères Greg et Axel cassant tous les codes du genre en offrant gratuitement ce nouvel album sur le net ! La classe internationale pour 46 minutes de space rock mélancolique à pleurer qui se téléchargent ici

Quoi qu’il en soit, le fait de donner leur album ne constitue en rien un coup de pub facile, rien n’ayant été laissé au hasard, la qualité a une fois de plus été le principal souci de nos deux compères. Toujours aussi travaillés, les titres ont gagné en profondeur (difficile à croire et pourtant) ainsi qu’en en atmosphère sonore, ce qui n’empêche en rien le duo de nous claquer des riffs bien lourds à l’occasion avec un naturel désemparant (l’énorme outro de ‘Monochrome‘) !
Le groupe ne change donc pas spécialement de registre, oscillant toujours entre le lourd et le planant à base de rock électro et ce, même si le côté planant semble avoir quelque peu pris le dessus mais alors, sans pour autant que l’on s’emmerde un instant tant les émotions véhiculées sont fortes ! Radius System alternant les rythmes et les ambiances avec une fluidité hallucinante leur permettant de nous servir des compos parfois rageuses dans un écrin de velours électro (le voluptueux et pourtant électrique ‘Not Coming Back‘). La batterie est une fois encore énorme, les guitares dotées d’une émotion sans pareille, le chant est toujours aussi assuré et chaque changement de rythme se prend tel un énorme coup de poing dans les dents (‘Release Chemicals‘).
Véritable voyage intérieur (comme semblent l’évoquer les titres des morceaux, ‘Mental Guides‘, ‘Into Orbit‘, ‘Not Coming Back‘ et qui se confirme par les artworks offerts), cet album possède une âme et transcende les émotions pour semble-t-il en faire des notes et des rythmes. Les titres étant bien souvent tiraillés entre différents ressentis, n’hésitant pas même à se laisser emporter tels de terribles coups de sang dont le résultat serait le fusionnement des instruments et de la voix, perdant ainsi l’auditeur dans un dédale sonore pourtant d’une incroyable précision. Il faut dire que la politique du groupe y est pour beaucoup, ‘offrir une musique populaire intelligente, toujours en mouvement et en perpétuelle évolution.
De ce côté-là, c’est mission réussie, intelligent ? L’album l’est assurément. En mouvement ? Très clairement ! le son est en plus énorme et s’il ne se laisse pas appréhender dans son entier à la première écoute, force est de constater qu’il en faut à peine bien plus pour le considérer à sa juste valeur tant il prend aux tripes avec les écoutes. Immersif et touchant, langoureusement nostalgique (‘Mental Guides‘ dont le chant transcende véritablement la portée émotionnelle), ce ‘Escape / Restart‘ constitue pour moi une véritable réussite qui démontre une nouvelle fois que le duo parisien n’usurpe en rien son succès d’estime.

Véritable voyage mental et musical, ‘Escape / Restart‘ fait preuve d’une énorme maturité de la part d’un groupe qui n’en finit plus de progresser, une seule chose à faire maintenant si vous avez apprécié, les contacter (Greg ou Axel) pour une édition physique de l’album, parce qu’un groupe de ce genre, ça se soutient. En plus d’être doués, ces mecs sont cools et prouvent une fois encore que la passion peut mener loin, très loin avec ce voyage intérieur de première classe qui m’aura filé quelques frissons.