Votre mot de passe vous sera envoyé.

Après s’être ingurgité deux bières accompagnant des “Diots-Shaggy“, spécialité du coin à la sauce Shaggy Dog Story, la première partie chauffe la salle… Enfin, chauffe est un grand mot, à vrai dire, ça ressemble à de la musette à faire pogoter René, 68 ans, hébergé à la maison de vieillesse de Val d’Oise (95). Non, pas convainquant et pas réchauffant malgré une technique assez bonne. Du coup, c’est en compagnie de Steven que je me réchauffe (euh, vous m’avez compris hein), à parler pour finalement voir que la salle se remplit soudainement énormement: le set de Shaggy va bientôt commencer. On range les accordéons, on va se coucher si on est trop vieux, et hop, une ribambelle de jeunes prennent la “fosse” d’assaut… Et vlan, c’est parti pour environ 3-4 heures de concert, entrecoupées de “pause bières”…

Le Fou“, “La Peur“, “Soleil“, et toutes les autres tracks sont reprises en choeur par la foule, qui semble s’exciter à partir du deuxième acte. Les trompettes qui peuvent rappeler la Ruda Salska viennent enfin nous motiver et hop, d’un coup comme ça, on se surprend à bouger, à sourire, à sauter, voire à pogoter lors de la reprise de Fishbone ou encore de “Redemption” de Bob Marley… Et toute cette energie sera conservée pendant tout le concert, soit durant 4 heures… Comment ont-ils fait se demande t-on sachant qu’ils ont à leur actif seulement “un seul et unique véritable album des Shaggys”? La réponse est simple: en rejouant les tracks plusieurs fois… Ainsi, “Comme une bombe” aura toujours le même succès, tout comme le reste d’ailleurs… Et “Slave“… déjà magnifique sur album, la chanson prend toute son ampleur en live, avec Jolga qui ira jusqu’à chanter à terre effondré par le final de la track… pour finalement repartir avec d’autres tracks explosives. “La Peur” laissera le temps à JC de montrer que oui, il adore vraiment les solos à la gratt’…

Bref, que du bon, un groupe formidable et seulement deux regrets au final: impossible pour moi d’exprimer ma joie en sautant parmis les autres par soucis de professionalisme (si si!), pour le moment, aucune date sur Paris de réellement