Votre mot de passe vous sera envoyé.

At The Drive-In à Bruxelles, voilà une date qui s’annonçait intéressante. Et puis l’horreur, comme un sentiment de déjà-vu, l’inexplicable, les attentats et dans un coin de la tête la possibilité d’un concert annulé. Alors cela parait tellement anodin dit comme ça, mais sous-jacent surtout l’idée de ne pas laisser des êtres mono-neuronaux gagner. Encore. Surtout pas après le défilé de supporters néo-nazis qu’avait connu la capitale belge en réaction aux ignominies quelques jours plus tôt.

Ambiance et transe.

C’est donc après avoir zappé les bouchons de la frontière, créés sur l’autoroute pour contrôler les véhicules, comprendre, qu’il suffit de passer par les petites villes frontalières pour passer d’un pays à l’autre que Joseph (lecteur kamarade) et moi nous sommes rendus à l’Ancienne Belgique. La salle se trouvant à deux pas de la place de la Bourse, devenue lieu de recueillement de la capitale belge, on ne peut esquiver l’atmosphère particulière du lieu.

bourse-bruxelles-ATDI

Mais ce soir, si la plupart des rues semblent relativement calmes en comparaison de la place, l’Ancienne Belgique ne le sera pas. Le lieu est bondé et se frayer un chemin devant les bars pour atteindre la salle, relève de l’exploit. Ayant loupé les Butcherettes, nous nous positionnons néanmoins facilement près de la scène, ce soir, pas de pass photo pour VisualMusic (d’où la qualité relative des photos), l’évènement est tel qu’au final, si l’on a aperçu un photographe, on a surtout vu tout au long du concert, le mec qui filmait la prestation de bout en bout. Pour une sortie DVD/BluRay ? Qui sait, aucun mot du groupe à ce propos.
Et le groupe d’entrer sur scène, sans Jim Ward, malheureusement, une absence qui n’entachera en rien la performance des américano-mexicains les plus possédés de la scène alternative. Le ton est immédiatement donné en ce sens avec le titre « Arcarsenal » qui va mettre direct la salle au diapason. Si le quintette semble dans son concert, c’est bien Omar le virtuose et Cédric, danseur du Démon, désormais plus affuté physiquement, qui vont attirer tous les regards. Jets de micros, corps déhanchés et énergie électrisante qualifient le jeu de scène du duo. Un Cédric en forme au point qu’il avouera avoir changé de chaussures entre les deux premiers titres parce que le sol de l’AB était trop glissant pour lui. Tu m’étonnes ! Pas facile le patin à glace quand ton corps est directement relié à une prise 220 volts !

Piles électriques.

Surtout que « Relationship Of Commands » occupera la majeure partie de ce concert réunion dont les trois premiers titres, ce n’est qu’au quatrième titre que l’on aura droit à « In/Casino/Out », déjà moins mobilisateur dans la salle (comme c’est étonnant tant le public semble là pour le dernier disque d’ATDI). Vont ainsi se succéder les titres « 300Mhz » et « Proxima Centauri » (déjà bien plus enlevé), l’EP « Vaya » se paiera même le luxe d’être mieux représenté avec 3 titres dont l’entêtante « Lopsided », même si moins enlevée car ne nous y trompons pas, c’est bien l’album « Relationship.. » qui fait se retourner la salle. Du balcon où les spectateurs hurlent les paroles à la fosse qui slamme, Cédric l’électrique fait parler la foudre sur les riffs survoltés d’un Omar en totale maitrise. Un Cédric toujours aussi généreux, remuant tel un électron libre sur scène « j’aime tellement cette salle, ce public, que je passerai la nuit complète à vous parler ». Détail amusant, voir Omar derrière simuler au reste du groupe le mot « NO ». D’ailleurs, un des points forts de la soirée, voir les deux compères sur scène, les vidéos de la tournée réunion effectuée il y a quelques années avec un Omar faisant la tronche semblent bien loin.

At-The_Drive-In-Ancienne_Belgique_01

Résilience.

Au-delà du show qui aura duré 1h20 sur une même setlist étrennée de date en date lors de cette tournée, le groupe n’en oublie pas l’ambiance particulière qui règne à l’extérieur poussant Cédric à raconter ses propres expériences à la mort, dont la disparition d’amis alors que le groupe était sur scène et ce besoin de continuer le show car la vie est trop courte et qu’il faut continuer à faire ce que l’on aime. On sent bien que le public bruxellois est encore à fleur de peau, difficile de ne pas penser aux événements qui ont touché notre propre capitale, nos propres amis…

On sent bien que le public bruxellois est encore à fleur de peau…

Heureusement, le meilleur remède est encore de ne pas se laisser gagner par la peur et donc de continuer. Continuer encore et toujours avec l’album phare du groupe, de faire claquer l’énormissime ligne de basse de « Quarantined », le groupe nous achevant sur un « One Armed Scissor » servant d’exutoire, et d’ultime slam pour le public et Cedric. Seule interrogation du soir, comment interpréter les propos du chevelu frontman, quelque peu gêné de voir un public plus amorphe sur les premiers disques de la formation ; « avec un peu de chance, on reviendra bientôt pour un nouvel album, que vous puissiez nous dévisager pendant qu’on joue de nouveaux morceaux » lâchera-t-il finalement amusé.
Pas rancunier, le groupe se fera un devoir de remercier l’ensemble de la salle, des mecs de la sécu aux personnes qui auront hedbangé aux balcons. Quel concert, putain ! QUEL CONCERT.

In/Ancienne Belgique/Out.

 


 

SETLIST
Arcarsenal
Pattern Against User
Sleepwalk Capsules
300 MHz
Proxima Centauri
Lopsided
Invalid Litter Dept.
Enfilade
Ursa Minor
Cosmonaut
Quarantined
Catacombs
Napoleon Solo
One Armed Scissor

 

Une vidéo publiée par @visualmusic le