Vous l’aurez peut être remarqué, 2009 aura été l’année de la consécration du folk rock. Que ce soit à radio, dans les pubs télé ou dans les bandes originales de film, impossible d’échapper au diktat des guitares acoustiques. L’étrange phénomène a même touché le milieu punk pourtant habituellement réfractaire aux modes. C’est surement dû au succès de Frank Turner. Quoiqu’il en soit, on ne compte plus les projets acoustiques d’artistes issus du punk: Chuck Ragan des rugueux Hot Water Music s’y est mis, suivi de près de Kris Roe de The Ataris. Dernièrement, c’est Joey Cape de Lagwagon et Tony Sly de No Use for a Name qui tatent de la Gibson. En France, la tendance est plus discrète. On aura noté la jolie compil ‘Go Folk Yourself‘ concoctée par Guerilla Asso, mais malgré les nombreux concerts allant dans ce sens (R.A.V.I., Batbat de Diego Pallavas), on n’avait pas eu de d’album complet à se mettre sous la dent. C’est fait avec ‘Playing Folk Songs‘ de Dirty Fonzy.

Si on peut reprocher aux Dirty Fonzy d’être par moment brouillons et rébarbatifs dans leur street-punk rancidien , il en est tout autre dans cet opus acoustique. L’album bénéficie d’une interprétation propre qui met en valeur un talent mélodique habituellement noyé sous les guitares electriques sales des affreux albigeois. Leur boulot sur les arrangements, surement facilité par le fait que les morceaux proposés ici apparaissaient déjà sur leurs deux premiers albums (Aston Villa style), est excellent, vraiment bien adaptés aux instruments non amplifiés, harmonica et trompette en tête. Les chansons viennent s’incruster dans le cerveau pour ne plus en partir, tel la mauvaise bière renversée qu’on a laissé secher sur le lino.

Débarassés de leurs habituels défauts, les Dirty Fonzy jouent à fond sur leurs qualités: énergie, fougue et sens du fun (L’hilarant morceau caché ‘My baby left me for a Dirty Fonzy‘); le tout étant accentué par le contraste saisissant entre la voix rugueuse et le son harmonieux des guitares acoustiques. Les sudistes n’ont pas hésité à piocher dans des directions musicales diverses: morceaux rapides avec accents country (‘Fake Rebel‘, ‘Get out‘, ‘Waiting thinking leaving‘) , punk mélo étonnant (‘On the road‘), irish folk (‘Million miles away‘) , ska et reggae (L’excellent ‘Keep your shit‘, ‘Church war and guns‘ qui doit faire pâlir d’envie les pourtant bons P.O.Box). Seul bémol, le titre ‘The worst‘ qui porte malheureusement bien son nom (haha).

Au final, ‘Playing Folk Song‘ sonne très différemment de la plupart des albums de punk acoustiques. Là où on s’attend à un folk au tempo ralenti jouée de façon habitée et sereine (comme de ‘Kill The Fuse‘ de Uncommonmenfrommars), Dirty Fonzy joue cranement sa chance et désacralise totalement l’exercice en nous foutant un bon coup de pied au cul. Et pour le coup, cette posture leur sied à merveille, c’est à se demander s’ils ne feraient pas mieux de persister dans cette direction et faire un album acoustique avec des chansons originales plutôt de retourner dans leur routine électrique. Get ready ! Are you ready ? Stay ready ’cause here we go again !