Non, le split CD/vinyl n’est pas qu’un tour de passe-passe de punks souhaitant partager les frais de pressage afin de préserver quelques piécettes pour acheter de la Maximator dans le Carrefour City du coin. Il peut également être un objet cohérent comme ce plan à trois transatlantique orchestré par les labels [url=http://throatruinerrecords.bandcamp.com/]Throatruiner[url] (Bretagne) et [url=http://www.mayflyrecords.net/]Mayfly[url] (Ohio) dans lequel chaque participant présente sa vision écorchée de l’expression « foutre le bordel ».

Tandis que Conniver permet au batteur d’exposer sa définition très particulière du paterne de batterie, West prouve que [url=http://www.myspace.com/thebonedance]Bone Dance[url] est le meilleur newcomer de l’année dans la catégorie « grabuge ». Morceau sludge-hardcore tendu comme une crampe, granuleux, aride et hypnotique, West est simple comme un « va niquer ta mère la reine des putes » au milieu d’une marche silencieuse. On ne sait trop comment remercier ces olibrius de l’Idaho pour ça, si ce n’est en sautant à la gorge de son voisin de pit lors de leurs concerts.

De prime abord, [url=http://www.facebook.com/dividerandconquer]Divider[url] semble sonner comme un groupe de hardcore-punk légèrement convenu qui envoie les pieds. Pourtant, en s’y penchant bien, il est aisé de comprendre que ces new-yorkais n’ont rien à voir avec quoi que ce soit de linéaire. Sans être déstructurés, les deux brûlots de ces fans de Converge, Deadguy et At the Gates accélèrent et décélèrent jusqu’à la rupture. Un peu comme Jean Alesi.

Après How Hate Is Hard To Define (qui a fait turbo-frétiller [url=http://blogs.visual-music.org/gerg/]gerg[url] il y a un peu plus d’un an, [url=http://blogs.visual-music.org/gerg/billet-2265-Plebeian-Grandstand-quot-How-Hate-Is-Hard-To-Define-quot-.htm]souviens-toi[url]), les docteurs ès chaos de Plebeian Grandstand donnent une nouvelle fois tout ce qu’ils ont avec une doublette d’une hostilité extrême. Le gang toulousain saccage les quelques bribes d’humanité agonisant à douze kilomètres à la ronde et barbouille l’atmosphère de teintes traitres avec sa barbarie si caractéristique qui ferait passer Darkthrone pour des danseurs de 2-step. À noter le mirage de voix claire dans Woe Is You, délicieusement contondant et rare, trop rare. Comme les splits de cette qualité.

Comme toutes les sorties de [url=http://throatruinerrecords.bandcamp.com/]Throatruiner[url], ce three-way split sous forme de tour de force franco-américain est en téléchargement gratuit à [url=http://throatruinerrecords.bandcamp.com/album/three-way-split]cette adresse[url] – et se commande [url=http://throatruinerrecords.bigcartel.com/]ici[url]. La première arme en vente libre sur le territoire français depuis des lustres.