Alors que le premier EP de Kid North m’avait fait forte impression en 2011 car dansant et catchy comme pas permis, j’avais hâte de voir si le groupe allait tenir la distance le temps d’un LP. Passer de 4 titres à 10-12 n’est jamais chose aisée. Du coup, j’avoue que c’était certainement la première fois que j’attendais autant un premier album ! Coup de bol, cet album, j’ai eu l’occasion d’en profiter un petit moment avant sa sortie officielle, ce qui me permet d’en parler avec le recul nécessaire.

Vous le savez, le groupe est composé de nombreux amis de Visual, à savoir Mathieu Artu (RQTN), Greg Hoepffner (Radius System, Almeeva, Rolling Stones,…), Axel Dalou (Radius System), Gary Royant (Admirals Arms), qui ont été rejoints l’an dernier par Antoine Ollivier (Dawnshape) aux claviers. Mais du coup, ç’aurait été sacrément emmerdant si je n’avais pas aimé l’album. Finalement, la question ne s’est même pas posée car le groupe qui a étrenné ces titres le temps de quelques performances live en France et à l’étranger, a aussi abordé son premier LP avec un gros travail de réflexion grâce à leur signature chez Tsunami Addiction, leur permettant d’enregistrer dans des conditions plus favorables encore pour ces vrais amoureux du détail. Et je peux vous dire que dès les premières écoutes, cet album m’a emballé ! Le groupe plaisante souvent sur le fait que le disque pourrait se résumer à danser/pleurer mais ça le caractérise pas si mal. Dansant ? L’album l’est assurément ! Mais il ne se veut pas pour autant naïf avec une véritable ambiance que je qualifierai de douce mélancolie de jeune trentenaire où on se rend compte qu’on ne supporte plus aussi bien les cuites qu’à 20 ans et qu’on a des responsabilités, même si on aime encore faire les cons. Moins fou fou, moins spontané (comprendre brut de décoffrage), tout en passant à un niveau supérieur avec une prod’ aux petits oignons, l’album rappelle parfois les Foals (England, excellentissime single), même Sharko (Titans), le groupe ne sonne pas pour autant comme une simple repompe de 2007, n’en déplaise à [url=https://twitter.com/nicoprat/status/271553878665867265]certains amateurs de la mytiliculture[url] de la grande presse écrite.
La force de l’album, à mon sens, est son aspect mélodique car si le disque est homogène de par sa construction, chaque titre est identifiable grâce à un refrain, un riff, une rythmique et ce, sans qu’il ne soit besoin de l’enfoncer dans la tête de l’auditeur à coup de repeat. Guitares sautillantes (Constellations), parfois déterminées (Forger), refrains entêtants à souhait (Wildfires, Neon Arms), il y aura toujours quelque chose pour vous capter. Alors on peut lire de ci de là que l’album n’invente rien vu les nombreuses références balancées précédemment mais quand bien même, vouloir faire comme et le faire est une autre paire de manches.
Réussissant à faire de l’EP un simple essai (malgré tout le bien que j’en pensais), le combo le transcende avec une réelle énergie et balance un disque qui tourne toujours avec autant de plaisir chez moi ! Et SURTOUT, qui a la très très bonne idée de ne jamais accuser de baisse de régime. Ainsi, il m’est toujours impossible d’arrêter l’album une fois l’écoute lancée. Tout comme l’envie de passer un titre ! De bout en bout, les parisiens n’ennuient jamais (même le titre de clôture que tant de groupes balancent un peu parce qu’il faut bien conclure l’affaire ; Roaring Engines et ses 6 minutes qui font la part belle à un orgasmique pont musical).

En un mot comme en cent, cet album est celui que j’attendais et même au-delà de mes espérances ! J’ai tout aimé et j’aime toujours autant l’ensemble ! Un disque à ne pas manquer pour les amateurs de pop rock dansant en mode excusemeimfrench qui sauront l’apprécier pour son efficacité simple et honnête (parce qu’un album qui sort ne cherche pas forcément à devenir le nouveau The Wall) ! Mais si vous doutiez encore de mon honnêteté, voyez la capture d’écran de mes stats LASTFM sur les 12 derniers mois, sachant que l’album m’a été transmis mi-septembre par le groupe. Vous comprendrez alors qu’il n’a pas fallu me forcer pour écouter tout ça en boucle. Encore. Et encore. Et encore…

[img]https://www.visual-music.org/images/albums/KidNorth_lastFM.jpg[/img]