Votre mot de passe vous sera envoyé.

On en avait tous entendu parler quand en 2008, un entrepôt d’Universal s’était mis à cramer, entrainant selon le label, la perte irrémédiable de masters de Nirvana, Soundgarden, Slayer et j’en passe. Le chiffre de 17 000 artistes impactés par cette perte avait alors circulé. Logiquement inquiets, de nombreux artistes (Soundgarden, Hole,…) ont donc déposé plainte pour un inventaire des pertes réelles.
Sauf que là, ça sent l’embrouille. Universal a ainsi ramené le chiffre de 17 000 artistes à 19 pour des masters soient partiellement ou totalement détruits.
Les grands gagnants de la catégorie merguez party sont donc :

Nirvana, Soundgarden, Slayer, R.E.M., Elton John, And You Will Know Us by the Trail of Dead, Bryan Adams, David Baerwald, Beck, Sheryl Crow, Jimmy Eat World, Les Paul, Peter Frampton, Michael McDonald, Sonic Youth, Soundgarden, Suzanne Vega, The Surfaris, White Zombie, et Y&T.

Mais alors, c’est quoi les 16 981 de différence depuis l’incendie il y a 12 ans ?
Que dalle ! Un détail. Le label rassure.

“Ho ça va, on n’est pas des branques, on a quand même des copies ailleurs, que ce soit sur vinyles ou sur bandes !”

Une citation pas tout à fait officielle mais qui sert bien d’étonnante défense. Universal n’ayant pas précisé quels albums ont bénéficié d’une telle copie et les décrivant dans l’ensemble comme des “certain original flat mixes” et “certain original multitrack master reels”. C’est donc très vague et on se demande même si un réel inventaire a été fait.

Ce qui est sûr, c’est que les masters de Nevermind y sont bien restés ainsi que la majorité des albums de Beck. Le groupe Smash Mouth s’est néanmoins fait l’écho d’une certaine relativité de l’incident :

“Our loss can’t compare to the thousands of people who lost their homes, pets, memories and even loved ones. It is their loss that really weighs heavily on our hearts.”

 

Source : Consequence Of Sound