Cette semaine, nous évoquons trois albums du label finlandais Blood Music, spécialisé dans le metal et l’extrême mais pas que. Quelques pépites electro et ambiantes par ci par là sont également de sortie. On s’intéresse dans cette première partie (sur deux) à sorties de 2017.

Carbon Based Lifeform – Derelicts (2017) : Le duo suédois n’en est pas à son coup d’essai puisque Derelicts est le cinquième LP de CBL. Entre Ambient et Chill, la combinaison proposée trouve parfaitement sa place un jour de procrastination. Minéral et aérien, jamais lassant, la formule fonctionne et ne lasse pas durant l’écoute. Belle découverte. Idéal également pour garder son calme en remplissant sa déclaration d’impôts.

 

Perturbator – New Model (2017) : L’homme synthé français revient plus fort que jamais sur les 34 minutes qui n’en paraissent pas 10. Toujours aussi sombre et tourmentée, cette nouvelle proposition ne peut décemment pas se refuser. Les progressions de certains morceaux sont dingues. Comme dit dans la chro d’Uncanny Valley, on imagine très bien ces titres comme bande son d’un film d’anticipation ou de SF bien racé.

 

Dan Terminus – Automated Refrains (2017) : On se sent con d’avoir raté cette sortie. Percutant, inventif, peut-être plus entraînant sur la longueur que le Perturbator, une heure quasi sans faute aux airs de trop peu. Le dingo “Margaritifer” nous gifle vite et fort, tandis que “Grimoire Blanc” donne dans l’onirisme religieux délicatement déviant. A l’heure où Perturbator et Carpenter Brut cartonnent (à juste titre), il était temps de parler de cet autre français, qui n’a pas grand chose à leur envier.