C’est la délicieuse Zooey Deschanel qui l’a dit : « Hold time‘ est le meilleur disque de tous les temps ». Toute craquante soit-elle, et aussi réussi soit-il, ‘Hold Time‘ ne nous fait pas oublier, au hasard, ‘Pet Sounds‘. Cependant, le nouvel album du Him de She & Him est une franche réussite. On pourrait modérer le propos de la brunette et reformuler ainsi : ‘Hold Time‘ est le meilleur disque de M. Ward de tous les temps. Effectivement, un disque qui fait penser en vrac aux Beach Boys, à Phil Spector ou à Grandaddy (on y entend d’ailleurs Jason Lytle) ne peut pas être foncièrement mauvais.

Ce qu’on apprécie dans ‘Hold Time‘, au-delà de ses généreuses mélodies -l’album est plus pop que le précédent ‘Post-War‘- c’est son sens du détail et de la modestie. Sa capacité à transcender sans en faire trop. M. Ward ne fait rien pour rendre son disque putassier ou racoleur et pourtant quelques écoutes suffisent pour qu’on en fredonne les refrains, sourire aux lèvres. ‘Never had nobody like you‘ semble cristalliser toutes les qualités de ‘Hold Time‘ : la boite à rythme de ‘Nightclubbing‘, les choeurs de Zooey Deschanel, une guitare glam, un break royal, 2 minutes 30 et c’est dans la boite.
Hold time‘ est un album truffé de petites trouvailles bricolo malignes à la Grandaddy, de petits motifs de guitares, de choeurs, d’ambiances oniriques qui habillent des chansons aussi pop qu’atmosphériques (la chanson ‘Hold time‘ arrête le temps pendant 3 minutes) et les merveilles sont légions : le sentimental ‘Rave on‘, ‘To save me‘, le crescendo ‘Star of Leo‘ qui agit comme un résumé du disque, le blues désincarné de ‘Oh lonesome me‘ avec Lucinda Williams, ‘Blake’s view‘…
Et on insiste, on a le sentiment que M. Ward fait tout cela avec le minimum autorisé, il n’y a aucun excès lyrique, rien ne dépasse, le chant déborde de timidité (qu’on imagine contrôlée) alors qu’avec des chansons de cet acabit, des mélodies d’une telle qualité, un travail sur l’ambiance si réussi, M. Ward pourrait facilement prétendre aux délires critiques dont bénéficient bien des albums bien moins méritants, tout comme la chose d’Animal Collective.
Hold Time‘ a cette incroyable qualité de réconcilier le plus misanthrope avec le monde, de faire sourire même après une journée de merde, tout simplement parce que ‘Hold Time‘ est un disque qui irradie de beauté sur lequel M. Ward se joue des codes de la pop, donne à l’auditeur ce qu’il attend et pourtant parvient à surprendre. La pop y côtoie le blues, la country et le gospel et M. Ward termine sur un ‘Outro‘ désabusé, instrumental, à la beauté sauvage et dévastée, à la fois réconfortant et angoissant, conclusion parfaite d’un superbe disque, indispensable ou presque.