Tropics and Meridians sont nés en 2008 à Blois, dans le Loir et Cher, et comme le dit Michel Delpech, ces gens là ne font pas de manières. Le post-rock de Tropics and Meridians ne choisit pas, contrairement à la plupart de ses confrères (en France: Rien, Year of no light, Kwoon) entre rock atmosphérique, rock indé, et métal, il fait à peu près tout, mais hélas sans la manière …

Si cet ep (ou album 7 titres) n’a rien pour faire trembler les groupes précités, c’est qu’il manque hélas de concision et d’une véritable identité. En effet, les riffs de ‘Zedani’, ‘Open Field’ ou ‘Patriotic Schizo’ semblent bien éculés et prévisibles, même si tout est joué à la perfection. Les samples de films et de discours disséminés ça et là semblent aussi bien clichés, du déjà vu sur des albums de 65 days of Static ou Red Sparowes.

Des modèles surement, mais il est l’heure de les dépasser. A la fin de ces 7 titres, on a surement déjà commencé à faire autre chose que se concentrer sur la musique (repassage ? aspirateur ? vaisselle ?). Je m’étais promis de ne pas faire de chronique négative d’un album que je reçois, mais la définition de lacheté n’est-elle pas de ne pas affronter la vérité ? Tropics and Meridians gagnerait fortement à marcher dans la boue pour laisser ensuite une trace dans le post-rock français.