Un enregistrement lo-fi, des guitares lead maladroites, un laconisme presque cruel, des cordes rugueuses au groove jamais tranquille. This Fucking Hellblues est un bijou. Un de ces rares albums que ma platine a repassé incessamment, sans le moindre soupçon d’ennui au moment de mettre ‘play’. Long John Silver, du label Das Buro, est le one-man band le plus étonnant de cette année. Autant une B.O. d’été pluvieux qu’un rêve éveillé en pleine terre anglaise, guitare sèche droppée en Ré brandie bien haut.

Et les influences se diluent et s’atomisent dans ce petit huit-titres. Long John Silver, c’est ‘I Might Be Wrong‘ de Radiohead, mais à poil et avec classe permanente. Un feeling acoustique où se mélangent la crasse et la lueur (‘Landers‘, ‘Look Around‘), et l’urgence et la délicatesse (‘Get Lost‘, ‘As I Swallow‘). Option blues et folk impertinents (‘Around The Bush‘), menés par un filet de voix discret, malsain (‘Down, With The Witches‘), mais du meilleur cru pop.

Surprise de taille, This Fucking Hellblues est un grand moment, à la simplicité désarmante et habitée. Damn.