Votre mot de passe vous sera envoyé.

Comme chaque année, VisualMusic recense par membre de l’équipe son best of de l’année. Nouveauté, s’ajouteront à la file des membres de labels, de groupes et d’acteurs de l’industrie musicale avec qui nous avons le plaisir d’échanger régulièrement. De quoi faire ton marché dans une année mouvementée.

Son résumé.
Alex est le genre de mec a avoir réalisé son rêve de gosse : pendant que tu enterrais ta panoplie de cosmonaute et tes désirs interstellaires, il a monté, avec son frère Etienne, son propre label musical Requiem Pour Un Twister. Mieux, ils gèrent également le label Croque Macadam, qui sort quasi-exclusivement des EP/singles en 45 tours. Leurs petites entreprises (qui ne connaissent pas la crise) ont pour but commun de sortir des disques qui les font vibrer, par des groupes avec lesquels ils ont une vraie affinité, se situant pour la plupart entre la pop 60s psyché et le shoegaze brumeux à souhait. Cerise sur le gâteau, ils ont sorti en 2017 le succulent second album de Corridor (que l’auteur de ces lignes a d’ailleurs placé tout en haut de son bilan personnel). Entre deux pressages et dj-sets vinyles à Paris, Alex nous a tout logiquement dépeint musicalement son année 2017.

N’hésite pas à suivre Alex sur Twitter, pour gonfler ta wishlist Discogs de pépites pop 60s oubliées et suivre l’actualité des deux labels.

Les disques.

Beach Fossils – Somersault (Bayonet)

Disque passé trop inaperçu dans l’actualité (ndlr : pas chez nous !), peut-être parce que le groupe a quitté Captured Tracks et monté son propre label ? Beach Fossils abandonne les ambiances brumeuses de ces deux précédents albums pour un son plus lumineux et aéré. Le fan de guitare jangly que je suis est évidemment comblé par un single aussi parfait que “Sugar”. Le reste est tout aussi super.

Infinite Bisous – W/Love (Tasty Morsels)

L’année dernière j’avais adoré les deux premiers maxis d’Infinite Bisous (“The Past Tense” et “Teen Sex”). “W/Love” fut le disque de mon été 2017. Passé un peu inaperçu (à part dans le top concocté par Radio Campus Paris, un petit coucou à eux!) car posté sur un site internet en téléchargement libre sans promotion, ni support physique, cet album mérite vraiment d’être écouté. Il me fait beaucoup penser à un autre groupe dont j’adore les trois albums: Homeshake.

Once and Future Band – Once and Future Band (Castle Face)

Dans un premier top (écrit pour le fanzine « one shot » Mushroom) j’avais totalement oublié de mentionner le premier album de Once and Future Band sorti en début d’année sur Castle Face (label des Oh Sees). Du rock progressif tout sauf indigeste : à la fois virtuose mais porté par d’excellentes chansons. On oublie parfois à quel point il est agréable d’écouter des disques arrangés, bien joués, enregistrés.

Forever Pavot – La Pantoufle (Born Bad Records)

Autre album avec une certaine tonalité progressive, “La Pantoufle” confirme que Forever Pavot est un des artistes français contemporains les plus intéressants. Profitons pour souligner à quel point Born Bad est un label important pour le rock underground français, tout comme le disquaire du même nom, de bon conseil et pas cher.

The Proper Ornaments – Foxhole (Tough Love)

Après avoir longuement hésité avec “Fresh Air” d’Homeshake, j’ai finalement opté pour “Foxhole” de The Proper Ornaments. Comme Homeshake, dans un registre certes très différent, je ne me lasse pas des disques du duo formé par James Hoare et Max Celada. “Foxhole” emprunte des chemins plus bucoliques et remise l’électricité des débuts mais n’en reste pas moins un très bel album, délicat et intemporel. Nous avons été très honorés de pouvoir sortir un de leurs morceaux en 2016 sur un split single avec l’excellent groupe parisien Beat Mark.

Les EPs et Singles.

Police Control – Raté

D’abord publié par le groupe en plein été 2016 sur son bandcamp, deux labels français (les toujours cool Gone With The Weed et Juvenile Delinquent) ont eu la bonne idée de publier en 45 tours les quatre titres de l’EP de Police Control cette année. Bref un très bon prétexte pour reparler de la powerpop en français super réussie de ce duo parisien.

Real Estate – Stained Glass

In Mind” ne m’a pas autant enthousiasmé que les autres disques de Real Estate, une petite déception tant son prédécesseur “Atlas” est un disque magnifique. Les deux singles “Darling” et surtout “Stained Glass” figurent cependant parmi les plus jolies chansons du groupe : nous y retrouvons toute la grâce mélodique de la formation nord-américaine et ce goût pour les guitares ligne claire.

Tôle Froide – Les Michel.les

Cassette découverte grâce à Dom de Corridor : il l’avait choisi dans la playlist pour leur participation à l’émission La Souterraine sur Radio Campus Paris. Un groupe de Lyon partageant au moins un membre avec Satellite Jockey et Kcidy dans une veine post-punk proche d’ESG ou Liquid Liquid.

En Attendant Ana – In The End

En Attendant Ana est un groupe parisien d’indie-pop que je ne me lasse pas de voir en concert et de découvrir le répertoire. Leur EP paru en K7 (Buddy Records) est prometteur, un album est en préparation, les mises à plat sont très prometteuses.

Mustang – Dis-moi Merde

Mustang est un des plus beaux groupes français de rock de la décennie. Textes comme compositions sont toujours fins et élégants. J’espère les retrouver sur un format long très bientôt !

Les cinq sorties Requiem/Croque en 2017 (par ordre alphabétique).

alex croque macadam requiem pour un twister

Alex et son frère Etienne lors d’un DJ set champêtre

Corridor – Supermercado

Très fier d’avoir pu sortir le second album des Canadiens de Corridor. Forcément mon préféré dans leur discographie même si le premier a un vrai charme. C’est notre tout premier album entièrement en français. Étienne et moi adorons la pop d’expression francophone mais n’avons pas eu souvent l’occasion de mettre en pratique cette envie sur des longs formats. Nous espérons le faire plus souvent à l’avenir mais bien sûr ce qui guidera toujours nos choix restera de sortir de la bonne musique qui nous touche. En plus d’être charmants et polis, nous nous sommes très bien amusés avec Corridor lors de leurs escapades parisiennes. L’occasion de leur faire découvrir les puces ou les quais de Seine.

Dead Horse One – Season of Mist

Le disque a été très bien accueilli à l’étranger au niveau des ventes et notamment aux États Unis (premier pays au niveau des achats de loin). Situation paradoxale où la musique d’un groupe semble plus intéresser à l’étranger que dans son propre pays. Je trouve que Dead Horse One est une des plus belles formations shoegaze actuelles. Le groupe a eu une très belle année, notamment en faisant la première partie de Ride sur plusieurs dates. Olivier, le chanteur du groupe, est quelqu’un de très intéressant, j’admire sa ténacité et sa capacité à aller de l’avant.

Halasan Bazar – Burns

Ce disque est peut-être passé un peu inaperçu et pourtant il est vraiment très joli. De la pop psychédélique boisée qui évoque Love ou Donovan. Nous sommes allés au Danemark pour la release party de l’album et ce fut assez épique, dans un lieu très DIY et convivial. Bien sûr nous avons fait un tour à Christiania mais promis nous a été sage ! Le groupe est également venu une semaine en mars dernier à Paris, l’occasion d’organiser un concert au Supersonic, des sessions acoustiques sur Piiaf, au Motel et à Pop Culture Shop etc.

Triptides – Afterglow

Triptides sont certainement le groupe pilier de notre label, notre histoire est aussi longue que la création de la première des deux structures (Croque Macadam en 2011). Cinq sorties ensemble à ce jour (trois singles et deux albums) mais les prochaines vont suivre en 2018 ! Triptides a joué en formation complète pour la première fois à Paris (à l’Espace B) en 2017, un moment émouvant pour nous. Si j’avais déjà pu voir Glenn en concert en solo il y a quelques années (lors d’un voyage mémorable ici avec son pote Alex) et le groupe au complet à Londres en 2016, mais il a été génial d’enfin les entendre ici. J’adore ces instants où les disques se matérialisent en aventures humaines et que l’on en prend conscience, ils me donnent souvent du baume au cœur pour avancer et continuer de sortir des disques.

Pearl & The Oysters – Pearl & The Oysters

Notre sortie la plus modeste en terme de pressage (deux cents exemplaires) mais un très beau disque de pop avec une réalisation originale et fraîche. Un duo franco-américain (Juliette et Joachim) s’inspirant aux sources de la musique que nous aimons (Todd Rundgren ou ELO) mais cherchant à trouver leur propre voie. Joachim était il y a bien longtemps dans les Polacks. Pour la petite histoire c’est un des groupes qui m’avaient donné envie de monter un label au début de l’aventure, j’aimerais un jour pouvoir concrétiser cette idée aussi. J’ai hâte d’entendre leurs prochains morceaux !

BONUS : Des chanteurs variété français à réhabiliter.

Pierre Vassiliu

Une compilation sortira chez Born Bad en 2018. Je découvre au fur et à mesure ses 45 tours, dans lesquels je trouve beaucoup de bonnes choses, par exemple cette face B hallucinante (aussi bien au niveau du texte que de la musique). Il faut aussi s’intéresser à la production musicale de sa sœur Anne (Les Masques).

Henri Salvador

Il aurait eu 100 ans en 2017. L’anniversaire n’a pas été spécialement célébré. J’adore sa production entre la fin des années 60 et la première moitié des années 70. Un vrai pionnier du home studio qui mériterait une compilation bien conçue et agencée avec aussi bien des compositions très influencées par la musique brésilienne (“Et des Mandolines”, “La Vallée”, “Duke Basie & Louis”…) que des délires bien barrés (“Erotico-vieillot”, “Sex-man”, “Beta Gamma l’Ordinateur”) !

Laurent Voulzy

Un des génies français de la musique pop ! Un vrai passionné de cette musique qui en a écrit aussi quelques unes des plus belles pages en France…Judah Warsky m’a passé une playlist de sa confection que je dois toujours écouter !

Sylvie Vartan

Comme beaucoup de chanteurs des années soixante, Sylvie Vartan est avant tout une interprète mais accompagnée de super musiciens (l’orchestre de son frère Eddie ou les musiciens anglais Tommy & Micky) et un très chouette répertoire. Une composition originale dans un style mod pour lui donner une seconde chance.

Gilbert Bécaud

Un monument de la chanson française. Il est toujours bien de rappeler à quel point Gilbert Bécaud chante merveilleusement bien, avec une diction incroyable… Je ne suis pas fan de tout chez lui mais rien que pour des chansons comme “Dimanche à Orly” (texte sublime, élégance de l’arrangement) ou la peu connue “Les Cloches” il faut continuer de l’écouter.