Votre mot de passe vous sera envoyé.

Comme chaque année, VisualMusic recense par membre de l’équipe son best of de l’année. Nouveauté, s’ajouteront à la file des membres de labels, de groupes et d’acteurs de l’industrie musicale avec qui nous avons le plaisir d’échanger régulièrement. De quoi faire ton marché dans une année mouvementée.

Son résumé.

Marion Seury est un de nos contacts promo favoris depuis quelques années maintenant, elle nous a par exemple fait découvrir IDLES l’an passé pour ne rappeler qu’un seul de ses faits d’armes. Amen Dunes, Ty Segall, Warmduscher, No Age en partie pour 2018 dont nous vous avons déjà parlé. On vous laisse avec sa sélec.

Les disques

Amen Dunes – Freedom

Je suis fan d’Amen Dunes depuis longtemps ; et si son album Love sorti en 2014 avait déjà été une sublime surprise, avec des sonorités beaucoup plus profondes et riches ; sur ‘Freedom’ il s’aventure sur d’autres territoires. Un album à part, et complètement magnétique. Damon McMahon (tête pensante d’Amen Dunes) se surpasse à tous les niveaux – les textes restent énigmatiques tout en inspirant de sa vie personnelle (le décès de sa mère, sa relation avec son père…). Musicalement, il s’est entouré de Panoram et Delicate Steve, dont on reconnait distinctement la patte – les effets électroniques (une première pour AD) pour le premier et le jeu de guitare pour le second. C’est peut-être l’album le plus ouvert et « accessible » d’Amen Dunes. Je suis arrivée à convertir des amis dont ce n’était pas du tout le genre de musique, donc je le recommande à tout le monde !

Kurt Vile – Bottle It In

Kurt Vile continue de tracer sa route dans le paysage des songwriters américains, dans la lignée des Bruce Springsteen and co. Alors que tout le monde s’entiche à rajouter des cuivres à son rock, Kurt, lui, invite une harpe – celle de Mary Lattimore (il faut écouter son album ‘Hundreds of Days’ sorti au printemps qui est d’une beauté et d’une douceur incroyable). Il déroule ses morceaux menés par les guitares mais remplis d’arrangements élégants, avec des titres pleins d’auto-dérision. Il se permet aussi quelques chemins de traverse avec des morceaux plus doux, une reprise de Charlie Rich

Air Waves – Warrior

Air Waves, grand outsider de la pop ! Dans un monde parfait, tout le monde connaîtrait par cœur les chansons de Nicole Schneit et les chanterait en dodelinant de la tête ! Warrior est son 3ème album, et son plus personnel. Il s’inspire de différents combats : celui de sa mère contre la maladie, des queers et minorités pour une reconnaissance de leurs droits. Et si le sujet s’annonce assez lourd, la musique d’Air Waves, qui s’inscrit dans la plus grande tradition pop, est tout à fait légère. Des mélodies faussement naïves et bricolées, la voix toujours un peu à côté et fragile de Nicole. L’album, tout comme ses précédents, est adorablement charmant et attachant. Bonus : Kevin Morby fait les chœurs sur “Warrior“, titre qui aurait pu figurer dans mon top 3 chansons !

Les singles

Amen Dunes –  Believe

Doublon sur Amen Dunes mais clairement le morceau que j’ai le plus écouté cette année. Le titre le plus fort de l’album, et aussi le plus intime et poignant, à propos de la mort imminente de la mère de Damon. On ne sait pas vraiment s’il s’adresse à sa mère, s’il se parle à lui-même. Le morceau s’enrichit petit à petit – les éléments arrivant les uns après les autres, l’intensité se faisant de plus en plus forte. Passage préféré : le pont à la 2ème minute !

Spiritualized – I’m Your Man

Ce titre, mais comme beaucoup d’autres sur l’album, est d’une élégance absolue. Il se dévoile tout lentement avant d’exploser avec des cuivres, des chœurs, des solos de guitare. C’est beau, triste, plein de désillusions. Le titre est un clin d’œil au morceau de Leonard Cohen, et le clip est sublime, et bourré de références (comme le décortiquait très bien cet article de Reverb).

Beak – Allé Sauvage

Sept-minutes-complètement-hypnotiques-et-obsédantes !

Les déceptions

Les réseaux sociaux. L’état du monde en général.

Les concerts

Ulrika Spacek – Trabendo

Leur dernier concert parisien avait été écourté mais on y a gagné au change, en retrouvant les Londoniens sur une plus grande scène. Comme à chaque fois, leurs concerts sont une expérience assez hypnotique. Ils y jouaient les titres de leur dernier EP sur lequel ils prennent une direction plus adoucie.

Spiritualized – Festival Levitation

Première fois que je le voyais sur scène et je ne m’attendais pas à la présence des chœurs. J’avais tellement écouté l’album que mes attentes étaient assez hautes et j’ai été complètement transportée.

Calvin Johnson – Trans-Peco à New York

Calvin Johnson a joué tous les titres de son génial nouvel album A Wonderful Beast, ponctué de ses blagues, histoires, chorégraphies. 10/10 !

attentes 2019

Une réelle prise de conscience écologique et environnementale collective. Mais aussi les nouveaux albums de Steve Gunn, Cass McCombs et le retour sur scène de Built to Spill.