Votre mot de passe vous sera envoyé.
YKNt_qq6N7o

Notre belle famille.

Bizarrement, la Fat White Family a pris très rapidement du galon. Beau petit spot à la Route du Rock en 2014, bien placé au Festival des Inrocks en 2015 et même une double page dans Libé ! Un tableau de chasse pas dégueulasse pour une bande de potes dont la réputation n’est déjà plus à faire en termes de frasques et d’excès de drogues. L’ironie pointe le bout de son nez avec le titre de ce nouvel album, Songs For Our Mothers. Loin d’être une série de comptines pour bercer votre grand-mère, la Fat White prend ici un certain plaisir à salir encore plus leur son et à ralentir la cadence.

A part quelques morceaux, je n’ai jamais été totalement séduit par ce groupe et malgré l’envie de vouloir s’investir dans ce second album, on y retrouve les mêmes défauts. Des compos qui tournent en rond assez vite et un côté “T’as vu comment je suis trop défoncé” un peu lourdaud et redondant. Pourtant, l’ambiance est assez cool, rappelant The Idiot ou Lust For Life d’Iggy Pop avec ses vieux relents de gueule de bois et de lendemain de soirées alcoolisés. Songs For Our Mothers commence donc assez fort avec les meilleurs titres (” Whitest Boy on The Beach “,la déglinguée ” Satisfied “) pour se laisser vivre dès le quatrième morceau quasiment jusqu’à sa fin où ” Tinfoil Deathstar ” vient nous rattraper de la sieste entamée avec “Duce”. Un sommeil qui devient profond avec ” Lebensraum ” : à force de jouer les cowboys fatigués, les Anglais vident le saloon et se retrouvent en solo.

La gueule de bois.

A l’image de ses auteurs, ce disque souffre d’un problème de concentration. Il tape fort au début, annonce quelque chose de prometteur et ne décolle jamais vraiment. On peut parler de gâchis quand on écoute ” Hits Hits Hits ” qui dispose d’une bonne base rythmique et qui s’étire sans fond, ni fin. La Fat White reste pour l’instant le groupe capable de sortir quelques bons titres, entre deux beuveries. Peut-être que pour le prochain, la musique prendra définitivement le pas sur la tise.
fwf-1

La Fat White tourne ses prochains mois à Rouen, au We Love Green à Paris, à Dour mais aussi au Cabaret Vert. 

Fat White Family ✖︎ Songs For Our Mothers
Les morceaux écrits ivres.
Les morceaux chantés ivres.
2.5Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis