Votre mot de passe vous sera envoyé.

Les Local Natives étaient de passage à Paris pour un concert de chauffe à la Boule Noire avant la sortie de Sunlit Youth prévu le 9 Septembre. On est allés discuter avec Kelcey (chant) et Ryan (claviers) dans l’après-midi dans les coulisses de la salle.

Voyages, voyages

Question con pour commencer : comment ça va ? 

K : Très bien ! Ca fait du bien de revenir ici. la tournée a été assez compliquée au démarrage avec beaucoup de voyages incessants. Ici, c’est le premier stop où on reste quelques jours et où on peut enfin se poser et profiter un peu de la ville. Deux nuits à l’hôtel, un peu de temps à explorer Paris : ce qui est super. 
N : D’ailleurs puisqu’on est enregistré, je vais prendre un peu de temps pour lister les villes à chier qu’on a pu traverser. (rires)
Local_Natives-2016-promo-1a

Avec des pays comme la France, vous pouvez apprécier des stops. Comparativement aux US où le pays est énorme et nécessite à chaque fois des heures de trajets. Sinon après cette longue tournée pour Hummingbirds, vous avez fait quoi ?

K : La tournée s’est terminée en 2014 et ensuite on a commencé à travailler sur le disque en prenant des jours de studios en Malaisie dans un lieu qu’une connaissance du label possède. On a fait un concert là-bas puis on a enregistré 2 semaines dans ce studio : ça a été le début de tout. C’était génial : dormir, se réveiller devant une plage magnifique et ensuite aller au studio. Ca nous a influencé à sortir plus de notre zone de confort, d’écrire dans des situations différentes. Avant, on écrivait surtout à Los Angeles ou à Joshua Tree. Tu vois où c’est ? 

Oui bien sûr ! J’y suis allé justement cette année lors d’un trip en Californie. Je suis un énorme de fan des QOTSA donc après être passé à L.A, je voulais faire un détour par-là.

K : Ah, tu me donnes le mal du pays ! T’es allé au Rancho de la Luna ?

“On a écrit 8 chansons en une semaine.”

Non, j’ai lu quelques trucs qui ne m’ont pas incité à y mettre les pieds. C’est une propriété privée, donc… 

N : Oui, apparemment le gars est assez à cheval sur son intimité et il a un bon gros flingue. Disons qu’il a sa manière de voir les choses et de comment gérer les lieux. C’est le Wild West ! (rires).

Bouger d’endroits nous a permis de sortir de notre routine mais aussi d’être plus productif. Au final, tu restes moins bloqué sur ta chanson et les idées viennent plus facilement que si tu restais bloqué dans la même pièce pendant une journée complète. Par exemple, on a écrit 8 chansons en une semaine pendant l’un des voyages. Ce qui nous paraissait impensable 8 ans plus tôt.

Comment vous avez fonctionné ? Enregistrer quelques parties pour tout remettre en place une fois rentrés ? 

K : Quelque soit l’endroit, on était équipés d’un ordi, de quoi enregistrer ou au pire on louait du matériel pour le faire. On faisait aussi avec les moyens du bord : parfois il y avait des instruments, parfois non. Ce qui est dingue, c’est que nous arrivons à trouver l’album cohérent malgré les différents lieux et contextes dans lequel il a été enregistré.

Cela nous donne aussi la preuve que l’on est capables de sortir une chanson « Local Natives » quelque soit la configuration. Ce qui nous permet de faire plus confiance au moment et à nos envies plutôt qu’à un contexte d’écriture en particulier.

N : La mémoire fait bien les choses également. J’arrive à me souvenir que telle partie de batterie est issue de notre voyage en Thaïlande ou que cette guitare est arrivée lorsque nous étions au Nicaragua. C’est un espèce de collage au final parce qu’une chanson peut vraiment être fait de tous ses éléments.

L.A Roots

Quand avez-vous fini le disque ?

N : Il y a 2 jours. (rires)

K : En mars. Il nous restait ensuite le mastering. Tu as pu l’écouter ?

Oui, j’ai reçu un lien via le label il y a quelques semaines. Je l’ai vraiment aimé. Je dois avouer que la première écoute était assez déroutante et que je ne m’attendais pas à ce genre de son. Mais dès la deuxième écoute au casque, j’ai accroché. Rétrospectivement, c’est très cohérent avec le reste de votre discographie. On sent l’évolution sans la répétition. Mais je ne suis qu’à quelques écoutes. J’ai lu que vous aviez 50 chansons en stock pour cet album, bien plus que pour les précédents. Comment avez-vous fait le tri pour la tracklist finale ?

N : Beaucoup de pile ou face. (rires)
K : Les deux premiers albums ont été enregistrés tous ensemble en studio et en fait, ça prend beaucoup de temps et c’est assez frustrant. Nous avons très peu écouté de groupes de rock ces derniers temps et on ne sentait pas l’obligation de devoir utiliser le matériel habituel cette fois. On voulait utiliser des samples, faire des trucs bizarres, passer le cadre d’une musique jouable à 5. Ryan a utilisé son ordi lors d’un voyage pour sortir le beat de “Villainy”. Quelque chose qu’on n’est incapables de jouer à 5. Ca a été le début du travail, individuel sur nos ordis au début et partagé ensuite pour en discuter. C’est ce qui a permis aussi d’augmenter notre créativité et d’avoir autant de choix à faire, au lieu d’être tout le temps à 5 dans la même pièce : c’était plus fun. C’est plus cool aussi, ça évite le moment où je passe des semaines à sortir seul une idée de morceau qui me rend triste car au final, personne n’en veut.  (rires)

C’est notre troisième disque, on approche tous de la trentaine. Nous sommes plus à l’aise avec nous mêmes et dans nos capacités en tant qu’artistes. Nous n’avons plus à se taper la tête contre les murs pour savoir si la chanson tient ou si elle est faite pour être sur un album des Local Natives. On sait maintenant que dès que cette chanson est écrite par nous, elle sera légitime.

Je parlais récemment avec Fidlar de Los Angeles. J’y suis allé cette année pour un trip en Californie et je trouvais la ville déroutante. Immense, uniquement visitable en voitures, qu’est-ce que vous appréciez dans cette ville et quels sont les spots que vous appréciez ? 

K : C’est drôle que tu parles d’eux parce que ce sont des potes ! Ils sont en effet de L.A et leur bassiste jouait avec nous. Sauf que FIDLAR a décollé plus vite que nous et en 2012 il a du faire un choix et il est donc parti. Avant de partir, il nous a présenté Nick qui est maintenant dans le groupe puisqu’il a remplacé notre ancien bassiste parti avant Hummingbird. Petit monde, n’est-ce pas ? (rires)
On faisait Hummingbird, on en a chié sur ce disque, on a tourné pendant des plombes avec. On a quitté LA pour voyager et après avoir été un peu partout, c’était vraiment cool de rentrer à la maison et de s’y sentir bien. C’était aussi important que le voyage. On pense que L.A a vraiment son moment culturel et on voulait cette ambiance pour enregistrer une partie de l’album. Contrairement à 5/10 ans auparavant où tout le monde parlait de New York, il y a cette sensation que quelque chose se passe et on voulait sentir ça et en faire partie en étant un groupe de la ville. A titre personnel, on pense aussi avoir notre moment et on est sincères lorsqu’on dit que ce disque est le meilleur des 3 que nous ayons fait.

Mais oui, c’est une putain de ville gigantesque, tu ne peux pas tout voir ou explorer mais tu as besoin d’y trouver ton propre coin. Où es-tu allé ? T’as été à l’Est de la ville comme à Silver Lake ?

K & N : Il y a vraiment des coins sympas, notamment des parcs ou le Mount Washington où on a passé pas mal de temps. (NDLR : ils ont même une chanson portant son nom sur Hummingbird).
Ce qui est drôle, c’est que certains coins dont tu parles, je les connais mais je n’y habite pas et je n’y suis pas allé depuis un bail. West Hollywood, j’y vais genre une fois par an pour aller voir un concert peut-être mais j’ai aussi l’impression d’être un touriste quand j’y suis.

Un autre coup dans le rétro : à la sortie de Gorilla Manor, il y avait deux accroches qui ressortaient. La nouvelle sensation indie rock et LE nouveau groupe dont la scène de L.A avait besoin. Comment vous vous souvenez de cette période où tout a eu l’air d’aller très vite ? 

K : Ça ne nous a pas paru si soudain car on écrit depuis nos 16 ans et on avait déjà nos concerts depuis un bail. Et parfois avec personne devant. Par contre, c’est à la fin de ces 2 ans que tu te rends compte du chemin parcouru, que tu essaies de faire le tour des souvenirs. C’était une période incroyable. Avoir une résidence dans une salle à L.A alors qu’on venait d’y emménager, SXSW, des tournées en première partie d’énormes groupes, etc… C’est difficile d’y réfléchir pendant  : parce que t’es concentré, t’essaies de ne pas te foirer.

Politique et rap en sauce

Vous vous êtes fait remarquer avec votre passage chez Conan avec le message sur la guitare à propos de Donald Trump. Les artistes américains (Father John Misty, Young Fathers,…) en parlent beaucoup sur scène cette année lors de leurs concerts : comment vous voyez ces prochains mois ?

N : C’est complètement dingue en ce moment aux Etats-Unis. C’est la quatrième dimension, chaque jour t’as une déclaration encore plus haineuse et raciste, c’est n’importe quoi. Nous voulons tous en tant que groupe profiter de notre statut et de la prise de parole qui nous est possible pour aller au front et critiquer ce genre de choses. C’est normal, c’est de la décence. Comme si ne pas être raciste était super progressiste en ce moment. Il faut rester optimiste et ne pas faire comme si le comportement de Trump était normal. 
K : La réaction au show était cool. Plus que jamais, c’est le moment où il faut qu’on l’ouvre pour éviter de rester dans cette ignorance sinon on risque de se retrouver avec un monstre à la tête du pays. On soutient l’amour et à l’égalité donc on ne veut pas passer à côté de ce type d’opportunité.

Question nettement plus légère : vous écoutez quoi en ce moment ? 

N : Le dernier Frank Ocean en boucle. 
K : Oh moi, j’attends le bon moment dans une pièce au calme pour me le faire. Avec l’air conditionné et la porte fermée. Mais il attend sagement dans mon téléphone, je l’ai acheté. Sinon j’ai squatté BADBADNOTGOOD. Le dernier et les autres. Le morceau avec Colin Stetson est tellement badass. C’est fou comment parfois tu peux passer à côté d’un groupe et après tu te tapes tout et t’hallucines d’avoir attendu tout ce temps pour t’y mettre. Ces mecs de Toronto ont la vingtaine et jazzent comme si ils avaient 70 ans, c’est incroyable. J’ai dormi dessus. Ca fait des plombes que j’en entends parler et là, je ne peux plus les quitter.
Quelle a été la dernière chose qui vous a fait marrer ? Une blague, une anecdote pendant l’enregistrement, la promo, n’importe… FIDLAR a mis la barre haute la dernière fois

K : J’ai fait marrer tout le monde dans le van en faisant un rap à propos de l’Apple Sauce avec un accent anglais, pour imiter la dame qui nous accompagne et s’occupe de tout pour nous. Elle a trouvé ça marrant donc je me suis permis. (rires). 

Merci aux Local Natives et à Mathilde de chez Pias. Une interview sympa avec des mecs adorables dont on attend la prochaine date au Trianon avec une impatience longue comme cette interview. On rajoutera que Kelcey est tellement sympa qu’il était à deux doigts de nous faire rentrer à l’arrache malgré une date totalement full. #BFF