Quatre ans depuis Like Clockwork. Album critiqué pour sa lenteur, son goût pour les ambiances funestes et son avalanche de guests. Il n’empêche que ce sixième volet des aventures de Josh Homme ont donné une profondeur supplémentaire à son terrain de jeu favori et que les années n’ont pas sali la qualité d’un disque qui a su se bonifier dans le temps. Villains garde d’ailleurs les traces de son aîné : le retour de l’artiste Boneface aux illustrations et le swing de “Smooth Sailing” sur une grande partie des morceaux. Fini la déprime quasi post-mortem, Villains est là pour danser, fêter l’instant présent et te faire bouger ta tête, ton cul, tes pieds et tout ce qui veut bien suivre. Mission accomplie ?

Une bonne première impression

L’arrivée de Mark Ronson à la production n’était pas forcément synonyme d’une joie intense. Surtout quand elle est justifiée par Homme par “Uptown Funk” et par un single assez putassier dont le son de la batterie et de la voix ont pour points communs d’être assez plat et lisse. Lorsque l’on sait que “The Way You Used To Do” est le morceau censé donner la couleur au disque entier, le doute est de rigueur. Commençant par une claque avec “Feet don’t fail me“, Villains s’ouvre avec un de ses meilleurs titres et rassure instantanément sur ses intentions.

Ça, c’est mes couilles.

Une voix prête à toutes les intonations et flows, des guitares tordues et twistées dans tous les sens, des revirements inattendus : Villains est le disque de la prise de risque et des surprises. En 9 morceaux, il arrive à relancer la machine QOTSA sans perdre son public en route. Jamais loin du groove d’un “Gunman” des Them Crooked Vultures, du fun d’un “Sunday” sur Post Pop Depression, de la dramatisation d’un Like Clockwork sur les titres les plus calmes, des Cramps sur “Head Like a Haunted House“, le groupe a su recycler en renouvelant. Mieux encore, le groupe a toujours un tour dans la manche et sait en rajouter lorsqu’on croit que le morceau nous a tout dit.

A la fête également, les claviers de Dean Fertita qui a du avoir ici les partitions de sa vie le rapprochant du bordel sonore opéré chez les Dead Weather. Deux explications à ça, l’homme à la veste en cuir indéboulonnable travaille ses claviers comme une guitare et Mark Ronson aurait rempli une pièce complète de synthés. Avec plus de matos à dispo, on sent la différence à l’arrivée. Michael Schuman prend aussi du galon à la basse avec des lignes placées en avant dans le mix avec des grosses claques sur “Feet don’t fail me” et “The Evil Has Landed“. Coïncidence, deux des meilleurs morceaux. Pour compléter la section rythmique, Jon Theodore suit les tempos à la percu près et on est rassurés sur le son de sa batterie : on l’entend avec le coffre qu’elle mérite. Mais ce n’est pas le disque où il réussira à faire la différence par rapport à l’artillerie en place.

La voix de son maître

Un paragraphe ne serait pas assez pour décrire l’aisance et la maîtrise dont fait preuve Homme au chant. Du groove autoritaire de “Domesticated Animals” guidé par sa voix à “Villains of Circumstance” contenant ses envolées les plus lyriques, il délivre une performance bluffante démontrant que les featurings au chant datent d’un autre temps. Villains est une démonstration de l’amour qu’il porte à son projet et de sa dévotion. Être à ce niveau au septième album est une autre preuve de l’admiration qu’il génère et mérite.

Si la tracklist est assez généreuse pour être passée au crible, restons quelques instants sur “The Evil Has Landed“. Énorme baffe dans la gueule de plus de 6 minutes pouvant aisément tripler de volume en live, au vu de son potentiel à déborder. Défouloir ultime à la Songs for The Deaf, il s’agit là du meilleur morceau du groupe depuis des lustres et il se savoure la bave aux lèvres.

Mea Culpa

Je craignais à l’issue du single et du producteur, une dilution du son QOTSA et j’ai été con. Dès la première écoute, Villains surprend constamment, fait plaisir, impressionne et demande à ce qu’on l’écoute encore. Et encore. Combien de groupes de rock aujourd’hui peuvent se targuer de surprendre ? Si on ajoute le nombre de disques, combien en reste-t-il ? Pour surveiller la scène indépendante et les mastodontes, je ne vois que le gang de Josh Homme pour essayer de nous sortir un truc pareil sans perdre le cap. Cet album donne envie d’être entendu fort, la tête secouée, une bière à la main et en ne pensant à rien d’autre qu’au plaisir qu’il procure. Pensé pour profiter de l’instant présent, il ne pouvait pas tomber plus juste. Le temps nous dira si les superlatifs tiennent le choc, si il s’agit bien du meilleur disque depuis Songs For The Deaf mais pour l’instant : quel kiff.
Plus qu’une surprise, un exploit.
BOOM
L'organe de Josh, en totale maîtrise. Les guitares folles. Les synthés dingues. Des passages épiques. The Evil Has Landed, meilleur QOTSA depuis combien d'années ? Leur meilleur disque depuis Songs for The Deaf ?
Une batterie qui suit le rythme mais qui ne met complètement pas en valeur le dieu vivant qu'est Jon Theodore. S'il fallait en citer une, Fortress.
5.0Note finale
Avis des lecteurs 68 Avis