Votre mot de passe vous sera envoyé.
Comme d’habitude avec le Grand Mix, c’est en regardant ce que la salle proposait que je me suis rendu compte que Bodega passait sous peu. Ayant déjà eu le plaisir d’assister au très bon concert de The Wants qui en est une émanation, il m’a semblé évident que je devais y jeter une oreille. Quelques écoutes plus tard avec le très catchy disque « Broken Equipment », l’affaire était conclue, il était temps de renouer avec cette salle qui est clairement la maison et sait toujours proposer une programmation où chacun(e) trouvera son bonheur.

SLC, salut les copains !

Alors oui, je n’ai rien vu de la première partie, j’étais trop occupé à renouer avec les copains et surtout à faire des photos promo du groupe (car Bodega est un groupe super cool en plus). Mais c’est vers 20h10 que Ben, Nikki, Dan, Adam et Tai se placent sur la scène du Grand Mix en configuration grande salle. Les abonné(e)s étaient gracieusement invité(e)s pour assister à cette date et comme on le sait, si tu ne vas pas à new-York, c’est New-York qui vient à toi. Et plus précisément l’art rock décomplexé de Bodega.

Très rapidement, on comprend quels groupe ne s’est pas coltiné plusieurs fuseaux horaires et le COVID (qui cause tant de tort aux tournées actuelles) pour se ménager. Nikki qui est au chant et batterie vient compléter de son chant la guitare débridée de Ben, couple en scène comme à la ville, les deux têtes pensantes ne s’accaparent pas seuls la lumière du show. Comment ne pas être épatée par l’énergie de Tai à la batterie, celle-ci passant les 80 minutes de concert, debout à frapper sa batterie tout en sautant dans tous les sens. Cette énergie, on en avait besoin et ce ne sont pas Adam et Dan qui en feront moins tant ils semblent se démener sur la basse et la guitare.

Travailleurs, travailleuses, on vous ment, on vous spolie !

Le contexte posé, les américains attaquent pied au plancher avec « Thrown », « Shiny New Model » ou encore « C.I.R.P », des titres bien catchy où les voix de Ben et Nikki s’entremêlent rappelant par certains accents Le Tigre (coucou « Territorial Call Of The Female »). Et pas que dans les sonorités puisque le discours est lui aussi engagé et camarade, il est temps de placer le bon bulletin de vote car les américains ne sont pas là pour faire l’apologie du capitalisme. Non camarade ! Le groupe en profite pour casser la gueule à la militarisation envahissante de leur pays (« CIRP »), à notre obsession des téléphones (« Bodega Birth »), la pression de la grande pomme et de nos vies sociales virtuelles (« Doers »), Bref ! Le rêve américain en prend plein la tronche.

Nos riffs valent plus que leurs profits.

Ce n’est pas parce qu’il critique la course à la productivité que les américains vont pour autant se ménager, ils vont piocher dans leurs discographie de façon très large, livrant au final un show de 1h20 durant lequel ils reprennent même du Bob Dylan, jouent 9 des 11 titres de l’album « Endless Scroll », 7 du dernier album « Broken Equipment », allant même taper dans des nouveautés, le groupe ne s’étant pas caché d’avoir, déjà, assez de matière pour un nouvel album ! Ainsi, le titre « Cultural Consumer II » aura droit à son baptême du feu live au Grand Mix mais comme le résumera Nikki : « First times aren’t everything ». N’en reste pas moins un set plaisant de 24 titres (!) où le groupe aura semblé se lâcher de plus en plus, avec des parties instrumentales tenues au bon vouloir des musiciens. Signalons d’ailleurs que Bodega fait partie de ces groupes qui claquent une setlist différente par soir. Ça n’a l’air de rien mais c’est assez rafraichissant et tant pis si tel ou tel titre tombe un peu plus à plat, tout le monde semble prendre un vrai plaisir à ce concert.

Et comme on n’est pas dans une dictature musicale, quand Ben fait sauter ses cordes de guitare, imposant un petit temps mort, Nikki invite le public à s’exprimer et à critiquer, la chanteuse ne pouvant se contenter des « you’re great » émanant de la salle. C’est ainsi qu’un spectateur souhaitant que le groupe cesse avec les titres les plus calmes, Ben répondra, « here’s one for you » et de balancer la rythmée et syncopée « Name Escape ».

Autant dire que ce concert aura été une belle manière de renouer avec les concerts, le Grand Mix car tout le monde ressortira avec la satisfaction d’avoir assisté à un bon concert aux côtés d’un groupe enthousiaste et enthousiasmant. Preuve que les concerts, c’est la vie, qu’on soit de gauche ou de droite.

J’en profite pour remercier les copains du Grand Mix, Radical et Him media pour l’accréditation !

SETLIST

1. Thrown
2. Shiny New Model

3. C.I.R.P.
4. Bodega Birth
5. How Did This Happen?!
6. Realism
7. Warhol
8. Pillar on the Bridge of You
9. Slow Train (Bob Dylan cover)
10. Stain Glaze
11. Tarkovski
12. Territorial Call of the Female
13. Doers
14. Statuette on the Console
15. Cultural Consumer I
16. Cultural Consumer Il
17. Charlie
18. Name Escape
19. No Blade of Grass
20. Jack in Titanic
21. I Am Not a Cinephile
22. Everybody’s Sad

Encore:
23. Can’t Knock the Hustle

24. Truth Is Not Punishment