Votre mot de passe vous sera envoyé.

Chris Fehn, aka N°3, aka Pornocchio, ne fait plus partie de Slipknot. On vous entend déjà dire que sa contribution musicale n’était de toute façon pas si importante, mais on est sûrs que ses astiquages de nez vous manqueront.

L’affaire

Tout a commencé jeudi dernier, quand The Blast a révélé que Chris Fehn intentait un procès au groupe Slipknot.

On lui avait toujours dit que l’argent provenant des tournées et de la vente de merch passait par une compagnie qui divisait les profits et payait les membres du groupe. Pourtant, Chris affirme qu’il a récemment découvert que ses collègues au sein de Slipknot avaient mis en place d’autres entités situées dans différents états, qui semblent prélever de l’argent provenant du groupe.

Chris Fehn dit ne pas avoir eu connaissance des ces sociétés et n’en avoir jamais reçu un centime. Il accuse ainsi en particulier Shawn Crahan (Clown) et Corey Taylor de lui avoir caché tout ça.

Par son action en justice, il demande donc à ce que soient étudiés en détail toutes les compagnies et tous les biens de Slipknot, et qu’on lui verse ce qui lui est dû.

Corey Taylor s’était alors empressé de twitter :

“Vous allez lire pas mal de conneries aujourd’hui. C’est tout ce que j’ai à dire. JUSTE T’ATTENDS QUE LA VÉRITÉ ELLE SORTE MA GUEULE ! ENSUITE ON VERRA C’EST C’EST QUI QUI… T’AS COMPRIS ! Longue vie au nœud.”

La sanction

Ce lundi, la sanction est donc tombée, Chris Fehn est viré.

“Slipknot se concentre sur la création de l’album N°6 et sur nos prochains shows internationaux. Nos meilleurs de tous les temps. Chris sait pourquoi il ne fait plus partie de Slipknot. Nous sommes très déçus qu’il ait choisi de nous mettre en cause et d’inventer des revendications, plutôt que de faire ce qui était nécessaire pour continuer à faire partie de Slipknot. Nous aurions préféré qu’il ne prenne pas le chemin qu’il a choisi. Mais l’évolution est essentielle à la vie. Longue vie au nœud.”

On n’a bien évidemment pas tous les éléments pour juger, mais le ton de la lettre a de quoi laisser dubitatif. Enfin quand on se souvient de la façon dont Jim Root a été licencié de Stone Sour, on a peut-être un peu l’impression que l’histoire se répète ?

 


Knotfest France 2019 : le podcast

Knotfest France 2019 : le live report