Une démo 6 titres trouvée au fond d’un bac de CD d’occasion dans une petite boutique lilloise. Comment un disque comme celui-là a pu se retrouver là ? C’est pas possible ! Quelqu’un à dû l’oublier, on n’échange pas contre 30 balles une merveille comme ce ‘Its Shouts And Sings With Life… Explodes With Love!‘ (NDR : Bien relou les noms d’albums à rallonge) sorti déjà depuis un moment (2002)! Burn Hollywood Burn est apparemment un petit groupe de hardcore normand extraordinaire. C’est le souvenir d’un pote de la région m’affirmant que ces gars sont excellents qui m’a convaincue d’emporter la galette sans hésiter.

Le premier titre ‘Blowing Out Every Llight Sparkling Off My Heart‘ vous cloue sur le siège si vous êtes assis, vous lance dans un head banging incontrôlable quelque soit votre position. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ont la patate! Mais attention plus qu’une énergie énervée, il y a aussi l’apparition de passages mélodiques perdus au beau milieu de claques… on vous fout un coup de boules mais on vient vous mettre des glaçons. ‘I Against The World: The 2nd Round‘ est surprenante de par sa structure, on croirait choper le groupe en pleine répet’ avec le son des zicos bidouillant leur instrument au hasard (pas tant que ça peut-être d’ailleurs) et le chanteur qui nous parle, à nous, surpris derrière les écouteurs, et en anglais s’il vous plaît. S’enchaîne alors une bonne vingtaine de ‘fuck‘ hurlés qui fait monter la rage dans vos tripes, mais une rage dévastatrice, libératrice, salvatrice ! Le tout se termine sur un riff quasi Mansonien ! Mais merde où on est ?! J’adore me poser cette question. ‘In Grum Imus Nocte Et Consuminur Igni‘ repose et apaise vos oreilles et vos esprits avec sa mélodie mélancolique instrumentale. Ils ont pensé à tout ! L’enchaînement avec le violent ‘Requiem To The Living‘ n’en est que plus surprenant, mais on commence sérieusement à être habitué à ça, à ce stade du CD. Ca accélère, ça ralentit, ça hurle, ça parle, ça vous enterre et ça vous fait planer…

J’ai jamais eu entre les mains une démo comme celle-là et je pense à tout ces groupes fabuleux dans notre beau pays que nous ne connaissons pas, que nous ne connaîtrons peut-être jamais… C’est pour cela que je demande au plus hardcore d’entre vous de ne pas passer à côté de Burn Hollywood Burn. D’ailleurs hardcore, je ne sais même pas se ce terme convient. En tout cas il ne faut pas avoir peur de se faire crier dessus. Le tout est très bien joué, très bien enregistré. Il ne s’agit pas de faire du bruit pour faire du bruit et un passage sur le site du groupe prouvera qu’ils se veulent aussi porteurs d’un certain message, d’une philosophie qui mérite votre attention. Bref jetez un oeil et une oreille à votre scène, aux groupes qui jouent à coté de chez vous, vous serez parfois très surpris.