Après de nombreuses tournées et deux albums qui surent faire reconnaître Placebo dans la cour des grands de cette génération rock, le trio anglophone revient pour notre plus grand plaisir dans les bacs avec leur tout dernier opus.

Fort d’une réputation à présent sans faille, affichant sans complexe leurs ambiguïtés personnelles, le groupe a décidément donné le meilleur de lui-même pour ce skeud qui semble être le meilleur d’une trilogie qui n’a déjà plus à faire ses preuves… Le spectacle Placebo mené d’une main de maître par ses membres commence avec les basses tourbillonnantes de ‘Taste In Men‘, véritable hymne de tolérance. Distorsions parfaitement maîtrisées et textes personnels touchants suivent dans ‘Days Before You Came‘ avant d’entamer un des meilleurs titres de l’album, ‘Special K‘ et son refrain incontournable. Tentative de duo avec le rappeur Justin Warfield pas inintéressante, mais on préfère largement la plage suivante, ‘Passive Agressive‘, dominée par une douceur et une force d’égale mesure. A peine sortis de ce rêve éveillé que voilà ‘Black Eyed‘ et ses plaintes déchirantes, un magistral ‘Slave To The Wage‘, le gentil mais efficace ‘Commercial For Levi‘, le chaotique mais sublime ‘Haemoglobin‘… La puissance, l’émotion, le savoureux mélange Placebo met directement KO l’auditeur, néophyte ou pas. Cette référence discographique se laisse écouter d’une traite, et tandis que résonnent les derniers accords d’un ‘Peeping Tom‘ haut en densité émotionnelle, une petite track cachée calme achève sans merci. Enfin bref, pas besoin de gros beats déments ou de riffs bien lourds pour mettre à genoux tout fan de rock qui se respecte : le trio anglais se contente de rester lui-même et de nous balancer un album très fort sans tomber dans la guimauve, à la fois mélodique et puissant, noir et blanc, triste et gai. Et avec brio.

Un très très bon album, à écouter même si c’est pas votre truc, juste pour voir.