Présenter ce premier album de Down The Sun s’avère être une tâche assez difficile. En effet, après la publicité gratuite que leur a offerte Shawn Crahan (Sieur #6 de SlipKnoT) dont l’influence n’est pas négligeable, tout le monde a plus ou moins eu tendance à avoir des préjugés sur ce groupe. Mais tâchons d’oublier cela pour nous intéresser à la musique elle-même, car celle-ci, même si elle a indéniablement des inspirations ‘SlipKnoTiennes’ (rythmiques puissantes, riffs très lourds…), se démarque par plusieurs aspects.

Tout d’abord de nombreux titres sont agrémentés de samples qui rendent l’ambiance de l’album tout entier très spéciale : imaginez-vous dans un hôpital psychiatrique un jour de grande affluence et vous obtiendrez à peu près un panel des différents sons étranges servant à créer cette ambiance. De plus celle-ci n’est que renforcée par la performance vocale des 2 chanteurs : leurs voix radicalement opposées se répondent et se complètent comme dans Pitiful tantôt étouffées malsaines et distordues pour Revelations tantôt limpides et enragées avec Lucas Toole. A tout cela s’ajoutent encore des percussions variant d’une simplicité très accrocheuse à une complexité parfois déroutante mais artistiquement beaucoup plus aboutie. Les paroles restent quant à elles malheureusement trop souvent dans un registre plaintif anti-socialo nihiliste classique (Enslaved; We All Die) bref sans grande originalité…

Dans l’ensemble Down The Sun réussit donc ici à allier métal assez classique quelques mélodies qui allègent l’écoute et des influences grind pour créer leur propre style. Très bon donc surtout pour un premier album où le groupe réussit a affirmer son propre caractère tout cela ne laissant présager que du meilleur pour l’avenir.