Death Angel, vous connaissez ? Pour les amateurs lambda de métal, je me doute que la réponse est non… Et je vous rassure, moi aussi je faisais partie de cette catégorie d’incultes il y a encore quelques mois… Mais le dieu du métal a posé son regard sur moi, et m’a dit ‘Ohhh, bud, fais pas le con ! Ecoute du Death Angel, ou alors tu passeras pour un abruti toute ta vie auprès des vrais métalleux imbibés de bière‘. Bon, sur ce conseil avisé, je m’exécute, et je mets ‘Act III‘, le troisième album du groupe (vous l’auriez deviné, hein ?) dans ma petite chaîne. Description du contenu…

L’album s’ouvre magistralement par un ‘Seemingly Endless Time‘ ravageur, avec des riffs écorchés et accrocheurs. On enchaîne avec un ‘Stop‘ d’anthologie (le meilleur morceau de Death Angel ? Pour moi, y’a pas photo), à la rythmique en palm mute rapide et précise. Du thrash métal comme on n’en fait plus… ‘Discontinued‘ est un morceau énorme en tous points de vue : après une intro de basse très funky que ne renierait pas Robert Trujillo (vous savez, le génie qui perd son temps chez Metallica), la guitare rythmique lance de grands riffs, rappelant le meilleur de Megadeth

Megadeth, voilà le nom qui vient souvent à l’esprit quand on écoute ce CD. Bien plus que Metallica ou Slayer, c’est le groupe de Dave Mustaine qui se rapproche le plus du style de Death Angel. D’une part pour la technicité des rythmiques et des soli, mais aussi pour CE son reconnaissable entre 1000 (=> prod’ un peu légère, lead guitar flirtant tant avec les aigus). ‘The Organization‘ est en l’exemple parfait. On croirait entendre une compo de l’époque ‘Peace Sells… But Who’s Buying ?‘. Quant à ‘Stagnant‘, c’est un morceau fourre-tout, mêlant habilement guitares funky et riffs dignes d’un Jimmy Hendrix (incroyable, non ?). L’album se clôt par l’excellente ‘Falling Asleep‘ : après une intro enfantine qui a certainement inspiré Machine Head pour ‘Left Unfinished‘, les thrasheux se déchaînent sur un rythme intense (quelle batterie !), avant que de gros riffs heavy ne viennent assombrir une ambiance déjà malsaine. Enorme !

Mais cet album a le mérite de ne pas se limiter au thrash métal de la Bay Area… Ecoutez un peu ‘Veil of Deception‘, une ballade acoustique divinement chantée. Et que dire de ‘A Room With A View‘, si ce n’est qu’on dirait entendre du Led Zeppelin tout calme, avec un solo sonnant comme celui de ‘My Friend of Misery‘ ? Un morceau absolument fabuleux, que même vos copines elles l’adoreront, et qui fait surtout étalage de tout le potentiel qu’avait Death Angel… Avait ? Ben oui, après cet album au succès plus que limité, le groupe a splitté… Oui c’est triste, je sais, mais bon, on va pas chialer alors qu’on connaissait même pas ce groupe avant de lire la chronique, hein ?

Bref, cette petite bafouille a juste eu comme objectif de vous montre que la scène thrash américaine ne se limite pas qu’aux ‘Big Four’ (Anthrax, Slayer, Megadeth et Metallica). Des albums de la trempe de ‘Act III‘ sont sortis à la même époque, mais ils ne sont pas restés dans l’Histoire… Vraiment dommage, car pour moi, ce troisième opus de Death Angel est à ranger auprès de vos ‘Master Of Puppets‘, ‘Among The Living‘ et ‘Rust In Peace‘. Rien que ça.