L’Allemagne, c’est un très beau pays avec une langue formidable pleine de ß et de ü. Une Histoire pleine de rebondissements comme notamment l’invention de la grosse saucisse saucisse et de Gertrude (qui par ailleurs peuvent parfaitement bien s’entendre ensemble), un relief très varié, des villes undergrounds et des musiques reconnues partout dans le monde. Presque partout en fait, car si le milieu techno se retrouve à Berlin, le rock allemand quant à lui n’est pas si réputé que ça. Entre Die Ärzte et son punk, hum, déjanté et Oomph au nom plus qu’étrange, Rammstein est sûrement le groupe allemand métal le plus exporté dans le monde, et y a surement une raison.

Il faut dire que la langue allemande n’est pas propice à l’exportation… Essayez un peu de coller le refrain ‘Ich möchte gern mit Taruna Mirzelblaum bumsen’ dans la tête des gens, c’est dur. Alors Rammstein fait dans la simplicité : ‘Du Haßt‘, ‘Ich Will‘, ‘Feuer Frei‘, ‘Mutter‘ et c’est efficace. Tant de mots simples à répéter même lorsqu’on a subi l’ablation de la langue. ‘Mutter’, nouveau foetus du groupe comme la pochette le montre, est une perle. Un album avec des riffs accrocheurs et épiques, des choeurs immenses, une voix frissonante… Le métal indus est au meilleurs de sa forme dans ‘Zwitter‘ et sa gratt’ qui décolle dès le début. Plus qu’entrainante, cette track est une ‘conversion’ totale. ‘Avant, j’avais des problèmes, maintenant, j’ai d’autres problèmes‘. C’est exactement ce que l’on se dit lorsqu’on se rend compte qu’on entonne à son tour les paroles allemandes. Les tracks se suivent et ne se ressemblent pas, malgré les rythmes simplistes. Entre les grosses pointures à sonorités militaires -‘Links 2 3 4‘- et sa marche de soldats- et chansons épiques -‘Mutter‘-, on ne peut s’ennuyer. Le plus étonnant, sont sûrement les introductions. Dans ‘Speilhur‘, le chanteur ouvre le bal en racontant un conte et le groupe ne s’arrête pas là puisqu’une mélodie enfantine revient régulièrement de la chanson… Le groupe réussit à installer une atmosphère et à nous impregner de son monde, entre conte moyen ageux et mouvements guerriers. Les paroles, si j’ai bien compris (n’ayons pas honte de le dire, moi aussi j’avais allemand lv2) semblent parler d’un peu de tout (oui, c’est en faisant des généralités que l’on fait croire que l’on a compris des textes en allemand, je vous conseille cette méthode au bac). Bref, passons.

Rien n’est à jeter dans cet album, les refrains comme dit plus tôt sont simple à retenir et on ne peut s’empêcher d’hurler ‘BANG BANG!‘ lorsque ‘Feuer Frei‘ est joué, ou encore ‘Hier kommt die sonne‘… La simplicité est souvent la meilleurs recette pour de bonnes chansons. Il y a pleins d’accros à Rammstein, si c’est pas encore le cas, procurez vous l’album car album incontournable. Ouais foncez, pendant ce temps, je vais m’acheter un dictionnaire je suis bloqué à la seconde phrase de ‘Mein Herz Brent‘…