Encore un chanteur pop/folk ?!? Mais qu’est ce qu’il peut apporter de plus celui-là ? Il s’est réfugié sur une barque quand il a été plaqué ? Il fait de l’accordéon et des maracas ?…

Débarquant du Canada avec son troisième album Oh Fortune, Dan Mangan chante en y apportant sa patte. Les ambiances mélangées vont du folk à l’indie, rythmant et donnant le départ de l’album (About As Helpful as You Can Get Without Being Any Help At All), ou au contraire donnant une impression de solitude par l’instrumentation dépouillée, plus présente en fond sonore (How Darwinian).

Les mélodies au chant font penser à un Beirut qui aurait une voix éraillée (Oh fortune). Il n’est pas le seul d’ailleurs, les oiseaux ont presque quitté la scène, remplacés par des solos de guitare et des violons (Post-War Blues).
Cette voix capte et entraîne dans ce voyage, où les guitares chantent et glacent, avec les aigus venant des terres froides (If I Am Dead) Elle pose une ambiance sudiste qui vient du nord (nordiste donc) sur Rows of Houses où il alterne les guitares calmes et épiques avec ce refrain en choeur qui part loin loin…
Ça sent les forêts enneigées l’hiver et ce vent qui pique au visage (Leaves Trees Forest) au loin on distingue discrètement Bon Iver qui chante dans sa cabane (Regarding Death and Dying) ou des cuivres qui donnent une nouvelle dimension (Starts With Them Ends With Us).
Une ambiance discrète se pose en fond sonore donnant un peu plus de relief à une image déjà nuancée et entêtante (Daffodil).
Jeopardy ferme le disque avec Dan qui se se montre vulnérable avec une musique lointaine
Dan s’efface à la fin pour laisser la place à des cuivres entraînants ne relâchant pas l’intensité jusqu’au dernier son et ferme en beauté un disque qui ne contient pas de mauvaise surprise en plein du milieu du parcours.

On essayera ensuite de revenir à certaines parties qui feront ce dire C’était laquelle déjà qui passait super bien ?
… C’est la 9… Entre autres.