Votre mot de passe vous sera envoyé.

Autant commencer cette chronique directement par la conclusion,Following sea comme les Vantage point et Keep you close résistera bien à l’épreuve du temps sans toutefois fasciner comme les premiers opus du groupe. Voilà qui est dit.

Pour ceux qui voudraient pousser un peu plus, intéressons nous maintenant au pourquoi du comment.

On le sait depuis longtemps, ce qui fait la force de dEUS depuis le départ de Stef Kamil Carlens, c’est la qualité d’écriture de Tom Barman & co et la production toujours impeccable de ses albums à défaut de retrouver la folie créatrice exacerbée des débuts.
Following sea ne déroge pas à la règle et nous propose donc des titres de qualité mais sans surprise réelle, à l’exception du titre d’ouverture Quatre mains choisi pour annoncer l’album, chanté en français et hommage délibéré de Barman à Gainsbourg. Sirens et sa pop mariachi à la Love, tient très bien la route ; Hidden wounds nous refait le coup des couplets récités qui fonctionne toujours aussi bien avec quelques synthés bien sentis sur le refrain. Girls keep drinking se fait funky et lui aussi très marqué par les synthés. A ce moment, on se dit que l’album va décoller et partir vers des terrains plus rock mais les maîtres du contre-pieds préfèrent repartir vers la pop éthérée avec le magnifique Nothings.
Nous voilà donc arrivés à mi-chemin de cet album de dix titres et le bilan est pour l’instant très bon. La suite s’avère un peu moins attrayante avec deux morceaux pop beaucoup plus convenus (The soft fall et Crazy about you assez dispensables) The give up gene promet une montée et une explosion qui ne viennent pas, préférant rester sur le fil tout au long du morceau mais offrant du coup un très bon enchainement avec le nerveux Fire up the google beast algorithm, trop court à mon goût.
Et voilà déjà le dernier morceau qui pointe le bout de son nez, et dès l’intro on se dit que One thing about waves va être un grand morceau, à l’instar du splendid et mésestimé Disappointed in the sun. Le riff de guitare, l’écho, la voix toujours parfaite de Tom, les choeurs bien placés, tout y est. Et là encore dEUS arrive à nous surprendre en finissant sur une touche de piano apaisé, renvoyant l’auditeur à la pochette de cet album empreint de sérénité.

Following sea comme les Vantage point et Keep you close résistera bien à l’épreuve du temps sans toutefois fasciner comme les premiers opus du groupe. Voilà qui est dit.