Avant de recevoir l’EP dont nous allons discuter ici, j’avais entendu parler de Chasing Paperboy il y a déjà quelques années ; Ce niçois officiaient dans le pop punk entre Anti-Flag et Blink-182 – appliqué certes, mais plutôt quelconque.

Mais là, il y a eu comme un changement de voilure. On a viré la disto, les pleurnicheries et les digressions pour se concentrer sur la seule chose importante pour écrire des chansons, à savoir les mélodies. Et les quatre sudistes ont réussi leur coup : les titres sont de petits enchantements, comme si The Get Up Kids avait appris à sourire.
Trop souvent on nous a servi des morceaux certes de qualité mais qui donnait l’envie de se pendre (songez à [url=http://www.deezer.com/fr/track/11479244]Better half[url] de The Get Up Kids ou Undone – the sweater song de Weezer). Ici Chasing Paperboy joue gaiment avec un enthousiasme communicatif façon RVIVR. Les titres sont courts et font sauter le rébarbatif schéma couplet refrain à bon escient. Malgré sa faible durée, l’EP réserve des instants de grâce (Bedroom Floor, les arpèges combinés de Lying, Pretending Everything Is Ok, le final de Restart Forever) et de bons coups de pieds au cul (Nothing outside).

On peut pester sur la qualité de l’enregistrement ou le manque d’envergure de certains titres (Summer ’06) mais le seul sentiment qui prédomine à la fin de Sorry for… c’est que des disques comme ça, on en veut davantage.