Chevelle, ce ‘petit’ groupe tout droit venu de Chicago (tiens, comme mes potes de chez Filter) a tout pour cartonner. La raison est simple, on trouve que de bon éléments et de bonnes références dans leur nouvel album ‘Wonder What’s Next‘. De très gros riffs à la Deftones comme dans la plupart des tracks ou ‘Send The Pain Pelow‘ qui ne pourra que faire penser par son intro à ‘Be Quiet And Drive‘. Dans d’autres tracks, c’est carrément les guitares de Tool qui se feront un peu reconnaitre… Mais la qualité de l’album ne s’arrête pas à une ‘copie’ ou du moins ce qui peut y ressembler car on se rend compte très rapidement que Chevelle est un groupe à part. A l’heure du néo-métal aux lyrics déballées façon rap et rapides, Chevelle se veut mélodique. Ecoutez ces refrains qui vous font frissonner. C’est à ça qu’on reconnait un très bon album : les poils du dos sont rebroussés.

Déjà les enceintes de la chaines saturent à l’écoute de la première track ‘Family System‘… Mais ce n’est que de la très bonne saturation puisque cette track à vrai dire, elle est immense. Même ta mère elle va jumper. En général, à partir de là s’offrent deux possibilités : c’était une track anodine pour l’album qui est en fait extraordinairement bien foutu, ou bien c’était le tube et après, basta que du repompé. Ici, on a affaire au premier cas, donc va falloir se farcir tout l’album ce qui n’est pas un mal puisque je l’ai dit, même ta mère elle va jumper. ‘Comfortable Liar‘ commence avec sa batterie molle (et ce bruit de bass qui fait ‘boaoum’, excquis) et ses guitares surement répétitives mais efficace. Et Chevelle en remet une couche avec la troisième track ‘Send The Pain Below‘… Que des tracks à écouter, que du bon son. Mention très spéciale à ‘Forfeit‘, surement la track à écouter pour se faire un avis. C’est un peu tout l’album réunit en une seule chanson. Que de bonheur!

Et pour ceux qui se diraient ‘Ah encore du métal aseptisé pour djeunz fait par des djeuns qui savent pas jouer ni chanter‘, pour les vieux fatigués carburant à la tisane, ‘One Lonely Visitor‘ est fait pour vous : guitare acoustique, son façon showcase. Chevelle prouve qu’il a les moyens d’émouvoir, et c’est tant mieux.

Note : Aucune métaphore liée à la mer n’a été employée dans cette chronique. Pour porter plainte, veuillez vous adresser à Loserchick.