… And You Will Know Us By The Trail of Dead. Des clips sur MTV2 au début des années 2000 en passant 10.0 sur Pitchfork jusqu’à l’abréviation de leur nom, …Trail of Dead est toujours dans les rangs avec un neuvième album. Savamment nommé IX, il fête dignement les 15 ans du groupe en reprenant habilement ce qui a fait leur renommée.

La batterie galopante, ces envolées post-rock, un chant rageur, des compositions imprévisibles en forment un album copieux mais incroyablement digeste. Il est étonnant d’ailleurs de constater à quel point les chansons semblent plus longues que leurs courtes 3 minutes, au vu de leur richesse. L’ordre de la tracklist y est aussi pour quelque chose, comme l’illustre l’enchaînement avec ‘How to Avoid Huge Ships‘.

Passer d’une bluette à l’invective sans oublier la mélodie (‘The Ghost Within‘) paraît si simple, là où beaucoup se cassent les dents sur l’autel de la niaiserie. Au rayon des douceurs, les guitares mélancoliques à la The Cure sur ‘The Dragonfly Queen‘ savent titiller nos cordes sensibles sans oublier de nous secouer.

Équilibristes, ils aiment multiplier les ponts improbables et retombent sur leurs pieds sans trop traîner inutilement en longueur et passer leurs transitions à la truelle. Dénombrer les styles brassés par IX sonnent comme un catalogue mais démontre encore sa réussite. Des tonalités cold wave à l’ancienne, des montées épiques propres au post-rock et une instrumentale tarée très cinématographique (‘Like Summer Tempests Came His Tears‘)…

Loin d’un fourre-tout bordélique, ce mélange des genres mérite clairement le coup d’oreille et donne l’un des albums les plus trippants de l’année. Que ce soit votre coup d’essai avec le groupe ou des retrouvailles inattendues.

A découvrir et savourer à la Maroquinerie le 24 novembre et à lire et voir dans notre futur report de leur concert berlinois.