C’est parti pour une petite kro de Slick Shoes, un groupe US culte qui fait un son plus ou moins pop punk vraiment attrayant et unique en son genre (ou qui ressemble à MxPx il paraît). Les paroles des chansons sont dans l’ensemble très sentimentales ce qui explique le côté pop. Cet album est en fait un Best Of de Slick Shoes, constitué des meilleures chansons de tous leurs précédents albums.

La première piste nous met très rapidement dans l’ambiance avec ‘Pretend To Be The Same‘, un titre dans l’ensemble assez pop mais tout de même énergique, une belle mélodie instrumentale mais également vocale. Le refrain est très pop mais ça peut pas faire de mal, au contraire il est réussi. ‘Ruled out‘ sonne pas mal un rythme assez lent mais sûr encadré par des palm mute de gratte constants, des voix de bonne qualité viennent adoucir le tout. Une belle chanson calme qui nous rappellera des groupes tels que Lit et qui possède une atmosphère rose et chatoyante.

Sur ‘Spleen Puncher‘, de grosses guitares nous accueillent, on s’attend à un titre rapide et plus punk que le précédent. Et bien c’est gagné, le chanteur opte cette fois pour une voix beaucoup plus hardcore, on a presque l’impression que cette chanson n’est pas de Slick Shoes tant elle se démarque des autres. Les graves des guitares sont accentués pour le bonheur des bourrins, avec en prime un petit solo vers 1min45. Pour un genre qui n’est pas vraiment le leur, Slick Shoes se débrouille très bien. Un titre mouvementé et rageux. ‘I Knew‘ débute très bien avec un super riff qui allie à merveille guitare et basse ; le chanteur (Ryan Kepke) a repris sa voix habituelle ; un morceau très joyeux et positif, des accompagnements magnifiquement bien trouvés. On remarque une partie de basse très cool et originale. Un des meilleurs titres de l’album.

La piste suivante, c’est ‘Alone‘ qui ouvre sur un riff aigu de gratte à la Lagwagon, puis s’ensuivent plein de palm mute idéaux pour accompagner la voix. Un clavier viendra se mêler de tout ça vers 50s, ce qui est plutôt original. Une chanson qui berce et repose car elle n’est pas agressive, très pop. Arrive ‘Angel‘ une des meilleures chansons de l’album, très mélodique. La voix du chanteur est très belle, et il est accompagné par des super choeurs ; le refrain est entraînant et la mélodie est superbe, que dire de plus ?

Décidément tous les meilleurs titres de l’album ont l’air d’être groupés puisque c’est ‘Friday Night‘, un super titre encore une fois, un chant très rythmé et vivant mène les cordes fidèle à leur poste. L’air est vraiment chouette, il sonne à merveille, peut être juste un peu répétitif mais quand on aime on ne compte pas. ‘Last Round‘ est un morceau assez différent : tous les réglages ont été changés, on retrouve un autre son qui met en valeur la batterie et la guitare lead, le reste est comme pris dans la brume, à part ce détail cette chanson ressemble aux précédentes, riffs de bonnes qualités, voix mélodieuses. ‘Joe’s Sick‘ est remplie d’énergie, marqué par la batterie qui suit un rythme effréné, le tout est rapide et bouge pas mal, des choeurs agréables. A la fin du titre la musique s’accélère le chanteur prend une voix un peu plus speed, très frais.

East On Tracks‘ débute rapidement avec des un solo en palm mute aigu qui cavale, pick slide, un rythme rapide est soutenu par la batterie pour laisser place au chanteur. Les guitaristes du groupe ont un excellent niveau et cela se ressent. Des guitares nous assaillent avec un riff toujours extra, c’est ‘My Ignorance‘, des choeurs agréables et une musique à remous.
Constancy‘ est un titre marqué par des guitares plutôt effacées et dont les réglages ressemblent à ceux effectués dans ‘Last Round‘. ‘For Better For Worse‘ est un morceau dans la tradition Slick Shoes, Ryan Kepke prend une voix légèrement nasillarde pour une raison jusqu’alors inconnue, une bonne mélodie très riche. Aucune guitare ne joue la même chose, c’est en fait la force de Slick Shoes : leur musique est du coup presque parfaite. ‘Peace Of mind‘, encore une fois très mélodique et plus tranquille, les guitares sont de première qualité. Le chanteur garde toujours la même voix, ce qui devient à la longue un peu agaçant, il ne se diversifie pas beaucoup, mais c’est son style. Des passages de vieilles séries télévisées font leur apparition vers la fin du morceau à la manière des groupes punk.

Fall’‘ arrive doucement avec une basse à l’honneur, puis des guitares bien disto et incisives, le chanteur adopte une voix plus speed que précédemment, ça fait du bien, même si c’est moins mélodique. Une chanson rapide qui réveillera ceux qui se sont endormi durant les précédents morceaux. ‘Last‘, un solo de basse qui sonne au départ assez bizarrement, mais tout de suite les guitares nous font comprendre qu’elle n’est pas bizarre mais originale. Une piste vraiment cool musicalement, les intrus sont vraiment au top niveau, mais la voix du chanteur devient vraiment très répétitive à force, mais cela est pardonné cette chanson est quand même réussi. ‘Five O Grind‘ sonne également un peu bizarre à la manière de Last, une guitare clean accompagne des riffs très mouvementés qui ne se laissent pas faire et se débattent avec agilité. La basse est très présente, ce qui donne un côté assez fun par moment. Le dernier titre de l’album, ‘My So Called World‘, commencé avec un solo de gratte digne de ce nom, avec comme d’habitude des musiciens talentueux.

Un album presque irréprochable (d’ou Best of), mais qui à la longue agace un peu à cause de la voix toujours lente, presque mot par mot, du chanteur. C’est peut être aussi à cause du fait que l’album contient 18 pistes. Pour résumer, on retrouve dans cet album des mélodies vraiment très recherchées, et rythmées grâce à une batterie carrée. Les guitares sont énormes, des palm mute mélodiques à tout va sont balancés à bonne cadence, une basse originale mise en avant dans certaine chanson surprend. Un album qui ne contient presque que des tubes, des chansons comme on aimerait en composer tous les jours, en les écoutant on s’aperçoit que Slick Shoes est vraiment un grand groupe !