Daniel Darc, mais qui est-ce ? C’est l’ancien chanteur du groupe Taxi Girl, resté connu pour son titre fard ‘Chercher Le Garçon‘, massacré l’an passé par les pseudos chanteurs de la Starac’.Daniel Darc est l’un des rares membres du groupe encore actifs, un rescapé des drogues. Ce groupe a sévit durant les années 80, synthés en avant. Daniel Darc entame une carrière solo suite au groupe, et sort en 2004 son nouvel album Crêve-Coeur.

Il est vrai que dès le premier extrait ‘La Pluie Qui Tombe‘, quelque chose s’installe. Une sorte d’ambiance dérangeante, crade et mélancolique. Plus que des paroles, on a l’impression d’entendre de la poésie. Le texte est beau ‘La pluie qui tombe/se calme un peu/la nuit approche/et je m’en veut/de n’avoir pas lu dans tes yeux/celui qui sait est malheureux‘. Une mélancolie agrémentée par une instrumentation sobre (guitare sèche en arpèges, batterie discrètes, quelques notes d’un clavier), pas grand chose d’autre. Daniel Darc ou l’art de faire passer ses sentiments de façon simple.

Cette mélancolie se poursuit par le second titre ‘La Main Au Coeur‘, toujours la voix sombre du chanteur, envoûtante par moments, et cette mélodie en boucle. On vit pleinement sa mélancolie. Mais d’autres titres parviennent tout de même à nous redonner espoir, une sorte d’échappatoire à cette mélancolie, comme ‘Inutile et Hors d’Usage‘, ou encore ‘Et Quel Crime‘ parviennent par leur mélodie à nous apporter cette once d’espoir qui nous permet de respirer à nouveau.

Jamais, Jamais‘ et son accompagnement guitare sèche/orgue (très discret), triste et superbe confirme l’impression acquise au cours des précédents morceaux, Daniel Darc est un poète, et il le confirme, par le titre final ‘Psaume 23‘, un long morceau parlé de 4 minutes 30, d’une beauté effrayante. Sa voix déclame des versets de la bible, et se conclu par un son destroy électronique du meilleur effet, comme pour nous faire sortir du rêve dont nous fait profité Mr Darc pendant les 45 minutes de son album.