Le titre de l’album peut être pris comme un avertissement: attention au changement. Beaucoup de fans ont surement été déçus, d’autres se sont réjouis ( moi-même ) de la tournure qu’a pris la musique chez Green Day.
La pochette tout d’abord. Elle peut paraitre vraiment laide, mais elle va en opposition avec tous ces groupes néo-punk: le style vieux groupe des années fin 80 est mis en avant, la police du titre passe plutot inaperçue, en gros, rien ne pousse l’acheteur lambda à vider son portefeuille pour un cd banal… Et pourtant…

Green Day est tout d’abord un nom qui fait vendre, vu leur discographie plus que remplie, tout le monde connait, même de nom Green Day: c’est le groupe qui a rénové le punk en son temps (NDA: je peux pas m’empêcher de la sortir à chacune des chro’s de ce groupe hein…).

Donc, un changement brutal pour le packaging, et aussi pour la musique. Alors qu’on s’attendait à un nouvel album dans la lignée de ‘Nimrod.‘ qui fut un carton après ‘Dookie‘, avec dans ses tripes des tubes à tout va, ‘Warning‘ décide de calmer le jeu. Non, ce n’est pas calme dans le style gros légume à l’hosto, mais calme par rapport aux tracks précedents. Là où ‘Nice Guys Finish Last‘ pêtait et donnait envie de courir comme un taré un peu partout en gueulant ‘puuuuuuuunk rullllles !!!!!!!!!’, ‘Warning‘ donne tout juste envie de bouger la tête de haut en bas. Oui, l’album est rock.
La 6ème piste, ‘Misery‘ passerait bien dans une soundtrack d’un film de Pedro Almodovar, avec des instruments qui peuvent dérouter, tellement que je n’ai pas pu les reconnaitre… ( tout le monde sait que je connais tous les instruments, rien qu’à l’âge du capitaine. ). On passe alors de l’armonica à une sorte d’arcodéon, en passant par les traditionelles batteries et gratt’… Mais attention, l’originalité de l’album est que la gratt’ n’est pas éléctrique, pas pour toutes les chansons, ce qui contribue à la sonoritié à laquelle Green Day nous avait habitué.

Bien que les chansons soient différentes, c’est toujours du green day, avec des tubes bien rapides comme ‘Castaway‘, ‘Warning‘ (qui est lui dans la continuité de ‘Nimrod.‘), ‘Waiting‘, etc… Donc, on ne peut pas vraiment être déçu à moins d’avoir une pâle copie de ‘Nimrod.‘. Mais bon, si on veut ce genre de musique, c’est à dire que des tubes en réserve, autant aller se procurer Green DayInternational Superhits!‘, sorti novembre 2001.

Warning, album à avoir si ce n’est que pour diversifier sa collection punk, donc.