Bloodsport, troisième opus de Sneaker Pimps, groupe pas vraiment inconnu dans le monde du rock puisqu’ayant déjà travaillé avec Placebo, Marilyn Manson (une prestation plutôt décevante), Eagle Eye Cherry, Natalie Imbruglia, Sophie Ellis Bextor, sort, et ça pour une bonne nouvelle, c’est une bonne nouvelle!

Pas mal du tout‘ peut on se dire en voyant donc leur cv, pour finalement finir par un ‘Vraiment très bon‘, après avoir écouté ‘Bloodsport‘. Le mélange trip-hop et guitare fonctionne parfaitement et permet une introduction plus ‘classique’ de la voix de Chris. Par rapport aux précédents albums, la guitare est beaucoup plus présente, qu’elle soit éléctrique ou acoustique comme dans ‘Sick‘ ou dans la magnifique ‘Blacksheep‘, sombre à souhait. D’ailleurs, les rythmes intensifient l’impression que Sneaker Pimps donne plus dans le domaine de l’électro-rock que trip-hop. Impression aussitôt détruite par ‘Loretta Young Silks‘ où là, le mot ‘hop’ de trip-hop s’affirme avec ses beats issus du hip-hop. Mais encore une fois, le genre est changé avec ‘Bloodsport‘, l’un des singles de cet album déjà plus éléctroniques. La voix de Chris, réussit à nous donnner des frissons dans le dos et on se dit à ce moment précis : ‘Mon dieu, qu’est ce que c’est bon‘.

Ce n’est pas le fait que ‘Bloodsport‘ soit un album de trip-hop à voix masculine qui empêchera d’être totalement subjugué puisqu’une voix féminine comme celle de Kelli Dayton qui a été dans le groupe précédemment n’aurait fait que banaliser la musique du groupe. Donc, rien de négatif dans cet album sinon le fait que toute bonne chose a une fin, et lorsque la dernière note retentit, on se surprend à se dire ‘Vivement le prochain album‘. En attendant, on se le repasse parce que, bon sang, quel pied!