Dans un groupe, les mauvais passages sont fréquents. Pour Nada Surf, le mauvais passage aura été ‘The Proximity Effect‘. Je m’explique :

Nous sommes en 1998 et le groupe Nada Surf, rapidement monté dans les charts Us notament grace à l’album ‘High/Low et son Fameux single ‘Popular, s’apprete à sortir son deuxième album : ‘The Proximity Effect‘.
Seulement voilà, Elektra, qui à l’époque était le label de Nada Surf, décide de ne pas sortir cet album au pays des cowboys jugeant qu’aucun singles ne pouvaient être tirés de cet album. Aujourd’hui, il apparrait clairement qu’Elektra n’avait pas bien écouté le CD…

Après la sortie de leur premier album, Nada Surf avait laissé entendre que le prochain serait moins ‘mouvementé’ mais non sans quelques morceaux ‘mouvementés’ (C’est bon, tout le monde suit ?) C’est donc avec une excellente intro mélangeant parfaitement guitare, basse et batterie que l’on entre dans le vif du sujet. Cette intro est celle de ‘Hyperspace‘, une chanson à la fois entrainante et douce et c’est avec plaisir que l’on savoure la superbe voix de Matthew (guitare/chant). Les chansons comme ‘Hyperspace‘ sont nombreuses et toutes aussi bonnes les une que les autres sur cet album. Parmis elles, nous pouvons citer ‘The Voices‘, ‘Slow Down‘ ou encore ‘Robot‘. Les amateurs de mélodies douces ne seront pas déçus : Nada Surf a plus amplement exploité ce domaine préalablement abordé sur le premier album avec 1 ou 2 morceaux. Le résultat est vraiment impressionant et il en ressort des morceaux tels ‘Troublemaker‘, ‘80 Windows‘…
Mais Nada Surf n’a pas pour autant oublié les bonnes vieilles distorsions qui avaient fait d’eux un groupe connu. Les morceaux comme ‘Amateur‘, ‘Firecraker‘, ‘Mother’s Day‘, ‘Bacardi‘ sont une continuité de leurs précédents travaux.
Musicalement, Nada Surf c’est toujours aussi bien. Des riffs de guitare pas tellement compliqués qui prouvent qu’avec 3 accords on peut faire de belles choses, une basse toujours aussi omniprésente ce qui est rare dans ce genre musical et une batterie plus que correct.
En ce qui concerne les paroles, elles sont toujours aussi jolies et sérieuses et ont pour sujet la jalousie, l’abus de personne, la banalités, l’hésitation…

Bref, vous l’aurez compris, ‘The Proximity Effect‘ est un excellent album qui ne justifi pas du tout la sanction qu’il a reçu de la part d’Elektra. Avec de très bons morceaux, de bons musiciens, de belles paroles, cet album plaira a tous les amateurs de Power Pop et d’Emo…