Wow‘, c’est exactement ce que l’on se dit lorsque l’on voit la tracklist et les groupes présents dans cette compilation qui fait officie de soundtrack d’un film excellent et qui pose les bonnes questions sur la vie (je plaisante, bien sûr quant à ce film plus que douteux).

Wow‘ d’une part pour ces groupes comme System Of A Down très populaire en ce moment comme les autres groupes du genre : Payable On Death, Nickelback, Sevendust, Creed. Peut-être un mauvaise point, pas de découvertes dans cet album mais on remarquera la présence de Mushroomhead, qualifié de copies pâles de Slipknot à cause des costumes, mais comparaison non-justifiée.

Quant aux tracks elles-même, elles sont pour la pluparts inédites, comme ‘Streamline‘ du pur System déjanté avec ses riffs énervés et batterie cassant le rythme. ‘Set It Off‘ de Payable On Death a été ici remixé et ressembleà certaines tracks de Limp Bizkit mélangé avec Linkin Park, fait étonnant puisque ce remix est signé Chris Vrenna de Nine Inch Nails! Toujours fidèle à lui-même, Rob Zombie accompagné de Ozzy Osbourne nous sert une chanson violente et comportant des platines. C’est la tendance qui veut ça? Peu importe, ça sonne plutôt bien dans l’ensemble bien que tout de même très répétitif. Mushroomhead est le groupe à ne surtout pas oublier, avec sa voix sombre et mystérieuse parfois Kornesque.’Along The Way‘, chanson du groupe est trippante, ne serait-ce que pour ce détail qui me fait trembler, le son de la cloche en début de chanson. Oui c’est un détail, mais bon, un grain de beauté bien placé et pouf, c’est le trip total. Et histoire de se faire l’album dans le désordre, on passe à Godsmack, groupe en fin de compte pas si présent dans le monde musical, mais qui ici livre une performance plutôt bien foutue. Avec ‘I Stand Alone‘ et son refrain impossible à oublier puisque très simple, ce groupe vient de signer son contrat avec le monde commercial, donc avec le succès puisque tel est le but ultime d’une soundtrack.
Quant à Nickelback, le groupe chante ‘Yanking Out Of My Heart‘ avec un fond grunge (pour ne pas dire punk) et des guitares rappelant les années 90. Si machin ne chantait pas dessus, on aurait pu carrément penser à du Foo Fighters période ‘The Colour & The Shape‘ (bon dieu, comme ça me fait mal de dire ça).

En gros, pas de perle inoubliable dans cet album, juste un cd de voyage qu’on veut écouter pendant un long trajet, mais pas trop parce que sinon, faut se le réecouter…