Votre mot de passe vous sera envoyé.

2002. Chez Visual, ce qu’on aime, c’est se la jouer façon Paco Rabanne ou encore analyse de musique. Ouais, c’est notre trip mais on le fait pas si bien. Alors du coup, au lieu de vous parler des groupes qui n’existent pas encore mais qui vont bientôt arriver en 2003, on va faire un bilan de l’an 2002 et des groupes qui auront marqué nos ptites oreilles. Cette année, on a pu voir un peu de tout comme par exemple des revivals comme il se doit d’y avoir périodiquement. Grand revival de fin d’année: Nirvana et Pearl Jam. Deux pointures du grunge d’antan. Le premier est un groupe mort, le second, un groupe mort dans la tête des fans. Car des déceptions du côté des fans, il y en a eu pas mal, comme ceux de Silverchair, de Sum 41 , des Foo Fighters … mais en même temps, ils ont été acclamé, comme Queen Of The Stone Age, The Vines, Pleymo, Dionysos… Tous les genres ont pu sortir leur épingles du jeu, tous y compris les aliens comme Quarashi ou les hardcore façon “Killswitch Engage“. Et parce que vous avez eu du mal à retenir tous ces groupes, on vous pond un joli article, agrémenté de pleins de photos technicolor s’il vous plait, et avec quelques sons. Et forcemment, voyage dans le temps oblige, ca commence en noir et blanc…

NU-METAL IS DEAD !
En 2001, c’était l’avénement du néo métal. En janvier 2002, on se rend compte que ce courant va s’atténuer. Et pour preuve, Coby Dick nous l’assure, le prochain album sera plus rock n’ roll (yeah). Fini les lyrics rappées. Fini le patronyme “Coby” et bonjour “Jacoby Shaddix“. Maintenant, on arrête de pietiner sur place, on prend son micro à deux mains et on lance des “yeah” à tout bout de chant. Résultat: un album trop fade, sans rebondissement. Alien Ant Farm, autres potes de Papa Roach rencontreront un certain succès notamment grâce à la bo d’American Pie 2, et de sa reprise de Mickael Jackson. Mais ça, c’était en 2001. En 2002, le groupe disparaitra momentanément après un accident de van…

Deftones commence à sérieusement s’éparpiller. Chino va aller voir du côté de Team Sleep… Alors forcémment, on tente de se raccrocher à Limp Bizkit, mais là, manque de bol, Wes Borland décide de larguer Fred Durst et ses teuhpo. Ca fait mal. Les grosses pointures du néo qui ont eu tant de succès disparaissent un par un… Toutes? Non! En avril, Korn revient sur les devants de la scène et explose tout sur son passage avec sa galette intitulée “”Untouchables“”. Titre plus qu’évocateur, Korn se permettra de faire un concert à Bercy le 4 septembre. Mais tout n’est pas rose pour le neo métal car une nouvelle tendance pointe le bout de son nez: l’émo. L’émo c’est quoi ? C’est une étiquette qu’on peut donner à qui on veut, tant qu’il y a de l’émotional dans les lyrics, dans la mélodie. The Used débarquent et là, c’est un changement brutal. Brutal est le mot, car les hurlements de Bert deviennent la signature du groupe, tout en restant mélodique. Forcemment, on est dans l’émo. Et comme dans toutes les nouvelles tendances arrivent une jolie ribambelle de petits groupes surfant sur la même vague; commercialle ou pas, c’est le bon moment de se faire connaitre. Thrice, Thursday, Finch, etc… 30 Seconds To Mars était déjà réputé pour son chanteur, Jared Leto. Ils le seront après que leur premier album sorte, presque mystique et feront figure d’alien dans le genre.

L’ANNÉE DU THE REVIVAL
Vous le savez tous: la musique comme la mode, c’est cyclique, comme un CD, comme la vie… Enfin bref, même le son n’échappe pas à ce qui ressemble à une loi naturelle, une “Loi de la courbe”. L’année qui vient de s’écouler le montre bien, car si vous ne l’aviez pas remarqué, nous sortons d’une phase de transition! 2002 n’a fait que confirmer une tendance déjà amorcée depuis deux ans, mais la grande nouveauté est que la situation musicale actuelle laisse présager un virage en 2003. La tendance c’est bien sur une espèce de “rebélisation” du mainstream. Le bourrin est à la mode; ce paradoxe a de quoi rendre fou les plus indé d’entre nous mais ceux là n’ont pas de soucis à se faire comme toutes déferlante, elle va se faire absorber dans le sable et bientôt c’est sous terre que tout va se passer… oui “underground” comme on dit.

Comme si les camionnettes de marchand de glaces avaient été réquisitionné par les responsables du merchandising de slipknot, les cours de collèges ont pris des allures de backstage. Votre petite sour a tapissé sa chambre de posters de Sum 41 et sort avec le triplant de sa classe ; celui qui est plus sponsorisé par Nowhere que Virenque ne l’a jamais été par festina ! Un surfer n’arrivant jamais sans sa groopie, les radios se sont emparés de starlettes pseudo rebelles pour donner des Barbie aux Ken que sont Pleymo, Sum 41, System Of A Down, etc..de Michelle Branch à Avril Lavigne en passant par Pink, si tu étais jeune, mignonne, que tu savais te servir plus ou moins d’un micro et d’une guitare c’était le moment de te faire de l’argent de poche . On retrouve avec elles la vie du djeunz de base imitée jusqu’à la caricature, une succession de clichés sur fond de mélodie pop plus niaises qu’innovatrices.je préfère vous annoncer dès maintenant que votre passion pour ces demoiselles disparaîtra peut-être au cours de l’année à peu près en même temps que votre acnée (NDgourou : Mon acnée me pourri la vie depuis deux ans, c’est peut-être parce que je n’ai jamais écouté ce son là). D’autres, se croyant sans doute trop «heavy» pour la célébrité, ont décidé de lâcher du leste pour se plier aux exigences des radios mais c’est le sac “talent” qu’ils ont passé par dessus bord. Résultat: le succès de Nickelback et de The Calling . On les tient nos naufragés ! C’est en engendrant de la pure daube qu’un mouvement à la mode s’éteint ou du moins se remet en question.

C’est maintenant qu’interviennent les “The”! Face à des mélodies, attitudes et clips stéréotypés, certains groupes ont choisit de parer à ça en prônant des “valeurs musicales” que la surproduction avait fait disparaître: un esprit véritablement rock n’roll! L’influence se ressent dans un retour au son crade made in garage, une production minimaliste, un abandon des machines tellement omniprésentes ses 5 dernières années, le tout couronné par un nom «à l’ancienne» avec le come back des noms en «the» : The Strokes , The Hives , The The qui font un come back via quelques ressorties d’album… Un retour aux sources qui ne fait pas de mal et depuis le temps qu’on attendait le retour de la mode des cheveux gras!

SIDE PROJECTS CUVÉE
Mais 2002, c’était pas que ça, c’était aussi l’année des sides project. Corey Taylor va faire un tour du côté de son ancien kiff, Stone Sour avec un son soft de Slipknot. C’est le même cas pour Tom Delonge et Travis Barker qui s’éloignent de la blague facile et scatophile qui a fait la réputation de Blink-182 pour aller broyer du noir avec Boxcar Racer. Résultat : ça ressemble à du Blink en pleine dépression, y a des membres de Blink, mais ça ne s’appelle pas Blink. Heureusement, Travis ira faire un nouveau side project, intitulé “Transplants” qui lui est une véritable surprise. Accompagné de Tim Armstrong et de Rob Aston issus tous deux de Rancid, le trio formera un groupe de punk presqu’expérimental où la sauce “rythme jungle sur fond punknoïde” prend très facilement… Team Sleep, le bébé de Chino Moreno semble avancer (très lentement, certes) et au vu des démos qui ont trainé sur le net, on s’éloigne du métal des Deftones vers une ambiance plus space. Sûrement un excellent cd d’ambiance qui va arriver. Et vu la longévité des groupes actuels, beaucoup se lancent dans d’autres sides projects pour 2003: Richard Patrick de Filter (Carpet qui pourrait avoir un lien avec Wes Borland), Dave Grohl accompagné des des ses idoles tatouées métalleuses pour Probot, etc… Mais ne peut-ont pas y voir là une envie de stagner malgré la création de tout ces types? Pourquoi dans ce cas là ne directement abandonner le groupe pour en créer un nouveau et faire carréement du son totalement différent? Peut-etre est-ce pour profiter de la popularité de son groupe pour expérimenter d’autre choses… mais dans ce cas là, pourquoi rester dans le même style?

ROCK IS POP
Le rock s’est aussi accaparé de la télé française en 2002. Certes, du hard rock fm comme Bon Jovi, ou pop façon Cranberries, mais le fait est là: le rock, de nos jours, c’est tendance. Il n’y a qu’à voir Romain du loft, il est rock fashion comme tout. La culture rock est utilisée dans les médias, dans la mode. Oui, le rock a vécu en 2002 un revival populaire qui a déjà commencé à lancer certains débats sur la
commercialité de la chose (cf. “Coup de Gueule”). Les cds se vendent aussi à la télé, en témoignent les pubs des Uncommonmenfrommars qui se fouttent à poil pour vendre “Vote For Me“, d’Universal et d’Europe 2, qui nous bombardent de Sum 41, de 7h à 23h ou pire pour les fans “undeground”: Marcel & Son Orchestre qui lance une campagne de pub apparemment bien subventionnée, avec une série de mini films entre une pub Picard et une Nana (serviettes hygiénique qui évitent les tâches sur les jupes, parce que c’est vrai, ca tue le sex appeal). Les soundtracks utilisant les groupes les plus populaires sortent par foison: American Pie, Queen Of The Damned avec Jonathan Davis en compositeur et en caméo, The Scorpion King avec dedans, du métal presque bourrin qui fait presque mal… Le rock, vendu ? Le débat ne se pose même pas, on l’a dit plus tôt, la musique est comme la mode, cyclique. D’autant plus que certains groupes en ont profité pour sortir, et comme dans tout y a eu du bon et du mauvais. Chevelle sort quasimment de nulle part et nous pond un ” Wonder What’s Next” magnifique. Dashboard Confessional quant à eux n’avaient jusqu’ici jamais réussi à réellement percer et ce n’est qu’en 2002 qu’ils seront mis en avant sur MTV pour finalement lancer un dvd unplugged…
Otep apparait sous la forme d’une jolie femme aux idées équivoques et à la voix digne d’un Killswitch Engage et découvre enfin les joies des tournées mondiales. Pendant ce temps, Muse garde sa place de géant européen et profite le temps d’un dvd/cd, “Hullabaloo“, de s’exhiber sur la scène du Zénith, tandis que The White Stripes et The Vines deviennent les nouveaux flambeaux de la presse écrite hype.

L’HEURE EST AUX DVD
D’ailleurs, des dvd, y en a eu pas mal comme celui de Deftones où on peut voir Chino et sa bande trainer dans la forêt hawaïenne, Chino et sa bande traîner dans la forêt hawaïenne mais sous la pluie, Chino et ses pôtes trainer tout court dans l’hôtel. Marilyn Manson fera peut être mieux avec son “Guns God & Government” malgré une quantité flaibarde de vrai perles: seulement un mini documentaire de 30 minutes pourront satisfaire les moins affamés des fans… KoRn sort un dvd réellement attendu, mais qui finalement n’aura pas le succès escompté (sachant que la cible était plus “tout le monde” que “seulement les fans”) malgré une ribambelle de vidéos, goodies et autres bonus cachés. Blink-182 , encore eux, auront par contre pas trop de mal à vendre leur galette vidéo “”Urethra Chronicles 2“”. Oui, 2 car le premier s’est excellement bien vendu, tout comme le second d’ailleurs.

La recette pour bien vendre un tel produit est simple: se montrer, et pas qu’en live. Du coup, pas mal de groupes le pigeront et on pourra le constater dans les clips. The Used, nouveaux arrivants plus que prometteurs montrent leur pitrerie dans leur premier clip. Mais problème: niveau créatif, c’est pas top. Des clips avec une mise en scène judicieuse, en fin de compte, on en a pas vu des masses cette année… Les Red Hot font une course poursuite dans les rues de… peu importe, à la façon de Crazy Taxi, mais la grande tendance, c’est des groupes sur scène filmé de face, et basta. Peut-être la faute au revival des “The“. Peut-être qu’en 2003, on pourra voir des clips plus originaux, voire expérimentaux. Ils sont passés où ces clips long et chiant où y avait des images abstraites qui défilaient ? Hein ?! Nan, moi j’dis, c’était mieux avant. Nan, chuis pas un gros con, juste un artiste dans l’âme.

LA FRENCH TOUCH
Au niveau du rock français, pas grand chose en fin de compte. La Team Nowhere ayant toujours en tête Pleymo et avec une tendance nu métal qui s’estompe peu à peu, c’est surtout AqME qui s’est le plus démarqué du lot 2002. Dans d’autres genres, il y a Superbus qui change et met la pêche mais qui musicalement laisse quelques doutes. Saez quant à lui n’a rien changé pour “God Blesse”, avec les mêmes paroles, sinon une track smili techno-dance-rock qui fera fuir pas mal de monde, malgré un “”Katagena“” réussi. Psykup pourra cependant faire honneur au french hardcore avec un album bourrineusement réussi. Mais ce groupe comme tant d’autre restera encore dans ce milieu inaccessible dit “undeground“. Dommage, pas mal de monde pourrait être touché par ce son.

Alors, qu’esperer de 2003 après tout ça? Après le revival des “The“, et la disparition progressive du nu (merci Crazytown), peut être verront nous arriver quelque chose de plus bourrins, comme peut le montrer justement Psykup, ou encore les futurs come back de Metallica et d’AC/DC… Mais peut-être verront nous quelque chose d’autre comme Quarashi qui serait une bombe prête à exploser. Bref, on l’espère: 2003 devra en tout les cas être plus créatif que cette année passée.