Votre mot de passe vous sera envoyé.

C’est la panique en ce jeudi 21 Février, Paramore qui annule sa tournée et New Found Glory qui doit calmer ces groupons (masculin de groupie) de la charmante Hayley Williams. Exercice logiquement très facile pour la bande de Cyrus Bolooki qui accepte volontiers de se prêter au jeu des questions/réponses avec une honnêteté presque impressionnante. Le batteur nous fait donc un compte rendu très complet sur les 10 ans de son groupe, en toute sérénité.

Julien : Salut Cyrus ! Alors comment se passe cette tournée ?
Cyrus Bolooki (batterie) : La tournée est géniale, elle en est à son stade final mais on a déjà joué des tas de concerts en Angleterre et en Allemagne pendant pas mal de temps, aussi en Italie, et on est en France là maintenant. Chaque concert a été très sympa, on a joué devant pas mal de monde. On était la tête d’affiche sur quelques dates et Paramore sur d’autres, mais ça a peu d’importance, Les kids ont vraiment apprécié peu importe l’ordre du concert.

En sais-tu plus que nous sur les raisons pour lesquelles Paramore a dû annuler la fin de la tournée ?
Á vrai dire nous n’en savons rien, ils sont juste rentrés chez eux et les seules choses que nous savons sont celles que nous avons entendues, leurs raisons personnelles évoquées sur internet. On ne sait rien, ils sont juste rentrés… (ndlr : les raisons sont encore aujourd’hui incertaines)

Ça n’a pas été trop compliqué au niveau de l’organisation de la fin de tournée ?
Ouais, ç’a plutôt été confus vu que nous ne savions pas vraiment ce qu’il se passait, ç’a été plutôt malheureux. Il y a plusieurs concerts que nous ne pouvons pas jouer mais que nous voulons effectuer, la raison est que quelques kids pourraient juste vouloir voir Paramore et donc ne pas venir pour nous. Tu ne peux pas les obliger à se déplacer si Paramore ne joue pas. Ce n’est pas une bonne situation mais nous ne pouvons simplement rien faire pour y remédier.

Tu as des souvenirs de ta dernière date ici avec Rx Bandits et Fenix Tx ?
Ici, au Trabendo ? Oui bien sûr ! Tout ce que nous pouvons dire c’est que c’était le concert le plus fou que nous n’ayons jamais eu à Paris et c’était par la même occasion la première fois que nous jouions ici. Puis nous avons joué deux fois au Zénith et c’était énorme, avec Sum 41 et Green Day, de très gros et de très bons concerts. Et nous avons aussi joué deux fois à l’Élysée Montmartre. Chaque concert en France a été très bon et on aime toujours venir ici, souvent on joue en Angleterre puis à Paris et c’est tout, pas d’Allemagne ni rien. On essaye vraiment toujours de jouer ici lorsque nous pouvons, c’est une très bonne ville pour nous, bonne audience et bon public !

Coming Home est probablement votre album qui sort le plus du lot avec des chansons en général beaucoup plus posées et dont les structures sont plus recherchées. Il est pourtant le moins apprécié par les fans de la première heure par le fait qu’il soit moins “rentre-dedans”. Comment avez-vous ressenti les critiques de cet album ?
(Il acquiesce au fur et à mesure que la question est posée)
Pour cet album, ça s’est juste fait naturellement, vous n’avons pas essayé de le faire pop et de ne pas faire punk. Je pense que c’était juste ce qu’il se passait dans nos vies à ce moment précis. Á chaque fois que nous écrivons un album, nous essayons d’écrire par rapport à ce que nous traversons. Je pense qu’à ce point de notre carrière, nous étions presque à la fin de notre travail avec notre label, c’était assez frustrant avec eux mais en même temps comme groupe, nous étions très proches. Nous avons vécu ensemble pendant 2 ou 3 mois pour enregistrer l’album, c’est la première fois que nous faisions ça. Nous travaillions sur des chansons tôt le matin et tard le soir, juste n’importe quand, donc cela ne se ressentait pas comme du travail, on était juste en train de le faire, sans se poser de questions. Je pense que c’est pour ces raisons que l’album a pris cette tournure. Il montre que nous sommes allés au fond de nous, de notre amitié, on a eu tellement de temps pour le faire.

On trouvait beaucoup plus de nouveaux éléments comme le synthé ce qui est beaucoup moins le cas dans From The Screen To Your Stereo Part II. Que pouvons-nous imaginer pour votre prochain album, un retour au sources ou une nouvelle progression ?
Je pense que ça va être réellement différent une fois encore. Nous ne voulons pas sortir le même album deux fois. Lorsque tu penses à Coming Home et From The Screen To Your Stereo, c’est juste une partie de notre son. Maintenant que nous allons faire un nouvel album, nous pouvons nous inspirer de chaque CD, il y a eu tellement de chemins différents explorés. Je sais que nous avons un CD qui va sortir très rapidement intitulé Tip of the Iceberg chez Bridge Nine. Il est plus rapide et plus agressif et je pense que ces nouveaux éléments vont définitivement être présents sur le nouvel album. Donc je pense qu’il y aura un petit peu de tout et que tout le monde va être très excité car nous le sommes !

From The Screen To Your Stereo Part II vous montre beaucoup plus “punk” que sur Coming Home, pouvons-nous le prendre comme une revanche, comme si vous prouviez qu’au final vous n’êtes pas devenus un groupe à tendance pop rock mais bien le groupe qui a enregistré Sticks and Stones ?
Je ne sais pas si c’était tellement pour montrer ça aux gens, je pense que c’était plus car le premier From The Screen To Your Stereo était assez rapide et la plupart des chansons de ces films sont lentes et on ne veut pas les jouer de la même façon donc on veut les faire un petit peu plus agressives et énergiques et c’est vraiment ce que New Found Glory est, on est plus rapides sur scène. Quand tu vas nous voir jouer des chansons de Coming Home, elles sont plus rapides et elles sont plus énergiques dans tous les cas. Tout comme dans From The Screen To Your Stereo Part II. On s’est beaucoup amusé à enregistrer ce CD, il n’y avait aucune pression, on n’avait pas à écrire les chansons elles l’étaient déjà et c’était juste de bien les faire sonner et de les rendre sympas pour nous lorsque nous les jouons.

Et donc que peux-tu nous dire de l’enregistrement et du choix des chansons pour ce second opus ainsi que la grande présence d’invités ?
L’enregistrement a été très rapide, c’était quelque chose d’autre, nous ne voulions pas passer beaucoup de temps dessus comme nous l’avons fait pour Coming Home, nous n’en n’avions pas besoin. Pas plus de 2/3 semaines ont été nécessaires. Nous avons eu beaucoup de temps pour réfléchir aux chansons, le premier opus est sorti en 2000 donc pendant les dernières 7 années nous y pensions. Ce que nous avons fait, c’est que nous en avons pris beaucoup de titres que nous aimions avant de les tester et voir si ça pouvait sonner en groupe. Certaines chansons ne sonnent pas bien vu qu’elles sont chantées par des femmes et si Jordan essaie de les chanter, ça ne rend tout simplement pas. La plupart du temps nous ne connaissions même pas les films mais nous connaissons les bandes originales. Tout le processus était fun.
Avoir des invités sur l’album, c’était juste… Nous avons beaucoup d’amis et on s’est rendu compte que ce serait l’occasion parfaite pour pouvoir vraiment s’amuser et faire ce qu’on veut. Donc sur presque chaque chanson nous avons essayé d’appeler quelqu’un pour nous aider et étonnamment toutes les personnes à qui nous l’avons proposé ont accepté. C’est donc pour ça qu’il y a des collaborations assez folles comme Lisa Loeb chantant sur sa propre chanson, Patrick de Fall Out Boy

En restant sur cet enregistrement, vous avez enregistré “J’y suis jamais allé“, une reprise du thème du film “Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain “, un classique français. Peux-tu nous expliquer le choix de cette chanson, était-ce comme tu l’as dit, juste que vous aimiez la chanson ?
Amélie est un film que Chad (ndlr : Gilbert, guitariste du groupe) aimait beaucoup et il voulait faire cette chanson et je pense que chacun d’entre nous voulait vraiment le faire car il n’y avait aucun mot et nous savions que ça pourrait être un petit peu différent. J’aime beaucoup cette chanson car il y a des violons, du classique… Nous n’avions jamais fait ça auparavant, j’aime vraiment le rendu, assez rapide même si ça ne sonne pas « NFG », ça sonne comme l’originale. Lorsque j’ai enregistré ma batterie pour cette chanson, j’ai mis un casque avec la version originale et j’ai juste joué.

Et donc cette chanson serait plus comme un hommage à la culture française où simplement une chanson que vous aimez bien ?
Les deux je pense ! Je sais que, comme je l’ai dit plus tôt, on a toujours eu un amour profond pour Paris, pour la France, pour les personnes ici mais en même temps c’est un album de nos reprises de films et c’est un film que nous aimons et même si personne ne chante dessus cela reste une bonne chanson de film.

Peux-tu nous parler de votre signature chez Bridge Nine Records, un label résolument hardcore ?
Ouais, je ne dirai pas signature vu que nous allons juste sortir un seul CD, cet EP c’est juste pour s’amuser, nous sommes amis avec eux, c’est une très bonne idée, nous aimons ce label. Nous aimions l’idée de se dire mettons quelques chansons plus lourdes, mettons quelques reprises mais pas de bandes originales de films mais de groupes vraiment connus, du moins connus pour nous, des groupes qui nous ont vraiment influencé. Pour les kids qui connaissent Bridge Nine, c’est une surprise de nous retrouver dessus et pour ceux qui ne connaissent pas Bridge Nine peut être qu’ils vont commencer à s’y intéresser et nous pourrons leur montrer d’où notre musique vient et pourquoi nous sonnons comme ça. Nous avons toujours aimé pouvoir montrer nos influences de cette façon.
Nous allons sortir cet EP aux Etats-Unis, je crois qu’il sort en Mai, peut être fin Avril (ndlr : le 29 Avril) et il est composé de 6 chansons. Cela sera bon vu qu’un mois après, en Juin, nous allons commencer à enregistrer et en même temps il y a notre best of « Hit or Miss » qui sort. Le groupe va sortir pas mal de choses prochainement et c’est positif.

Qu’est-ce que cela peut nous faire espérer pour le futur ?
Je pense que c’est voir trop loin comme je l’ai dit à des amis mais il est maintenant temps pour nous de faire ce que nous voulons. C’est comme lorsque nous avons sorti From The Screen To You Steteo Part II chez Drive Thru Records car nous n’avions pas de label et que nous pouvions aller où nous voulions. En même temps nous avons vu Bridge Nine et on s’est fait “faisons cet unique enregistrement“. Nous allons enregistrer cet été et nous irons vers un autre label, je ne sais pas encore lequel, on s’est juste dit faisons cet album !

Et songez-vous à rester sur un indépendant ou éventuellement retourner sur une major ?
On n’est pas encore sûrs, on va voir ça mais nous savons que c’est très bon pour nous parce que nous sommes un groupe depuis 10 ans, nous savons ce que nous faisons, nous avons été très chanceux et nous avons eu du succès et de l’expérience. Lorsque nous allons choisir un nouveau label, nous serons certains que nous travaillerons bien ensemble et que nous saurons ce que nous avons à faire et ce qu’ils ont à faire. C’est bien, il y a beaucoup de groupes qui n’ont pas le choix, ils signent juste sur un label et se rendent compte 5 ans après que c’était une mauvaise décision. Nous sommes à un bon moment vu que nous pouvons choisir notre destinée.

Je sais que ce n’est pas vraiment une news mais que peux-tu nous dire concernant The International Superheroes of Hardcore ?
Juste un groupe fun que nous avons fait pour nous amuser mais les gens ont commencé à l’apprécier et nous aimions vraiment jouer ces chansons. Je continue à jouer de la batterie dans le groupe en tant que… c’est quoi déjà mon nom ? (ndlr : The Amazing Breakdown) Bref c’était juste très amusant, je sais que le CD est sorti au Japon il y a quelque temps et je pense que cela va sortir aux États-Unis bientôt (ndlr : Il sera disponible avec Tip Of The Iceberg, donc chez Bridge Nine) et qui sait, vous pourriez peut-être à l’occasion nous voir débarquer en tant que groupe, on ne sait jamais !

Comment ressentez-vous le fait d’être appelés Pop Punk Legends par beaucoup ? Après 10 ans de carrière, si vous deviez faire un bilan ?
C’est assez génial, je ne nous considère pas comme des légendes, je peux le dire pour Green Day ou Blink 182

Ce ne sont plus trop des groupes Pop Punk…

C’est ce qui nous a fait venir ici mais je comprends vu que nous avons fait ça pendant longtemps et il y a des kids et même des membres de groupes où le premier concert où ils se sont rendus était le nôtre ! C’est comme une autre génération et nous sommes très flattés d’être considérés comme cela et je pense que c’est cool si nous pouvons passer ça à d’autres groupes.
Quand nous avons commencé il y avait des groupes comme Green Day ou même surtout comme Less Than Jake et MXPX. Certains de ces groupes sont des groupes que nous allions voir systématiquement en concert même avant d’être New Found Glory. On allait les voir, on leur demandait des autographes et on leur demandait “comment on peut être dans un groupe ? Que faut-il faire ?” Lorsque nous allions en tournée ces mêmes groupes venaient et nous disaient “hey vous ne pouvez pas y aller et vous dire que vous êtes des dieux du rock, vous êtes comme tout le monde et vous devez être très heureux de voir que les kids sont là“. Il y a des valeurs comme celles-ci que nous voulons passer et l’une des choses les plus importantes lorsque nous sommes considérés comme tel est que nous pouvons inspirer plus de monde.

Mais par exemple vous aviez joué avec Fenix Tx (RIP) et Blink 182 (RIP too), on vous suit depuis de nombreuses années et vous êtes en quelques sortes les derniers de cette génération…
La seule chose qui a fait tout cela se produise est que nous sommes un groupe de 5 personnes, il y a quelques chose de spécial entre nous et rien ni personne ne peut casser ça. Nous sommes tous unis pour notre musique, la passion, et nous aimons ça. Nous ne pouvons rien faire d’autre, nous ne voulons rien faire d’autre de nos vies. Ce n’est pas si on est énervé un jour que cela va nous détruire. On joue ensemble depuis 10 ans et lorsque nous regardons en arrière, on a commencé conduisait un van, on jouait des concerts dans la maison de ma mère par exemple. Maintenant je suis en France, je suis allé au Japon, on a voyagé comme des fous et c’est génial, personne n’a cette chance. C’est très spécial, c’est une chose pour laquelle nous vivons, nous essayons de rester des personnes normales mais en même temps, tu veux faire durer la chose aussi longtemps que possible.

C’est donc de cette façon que tu résumerais tes 10 années de carrière ?
Ho ouais ! Ce sont les 10 meilleures années de nos vies et la chose géniale dont on parle souvent entre nous, c’est que notre histoire a deux chapitres, et que le second chapitre va bientôt commencer. On ressent beaucoup d’énergie, du renouveau, de la fraîcheur, on peut regarder derrière ce que nous avons fait et on peut recommencer, on ne peut que rendre les choses meilleures. Ce n’est pas comme si nous sentions que cela arrivait à une fin, cela fait beaucoup de temps, c’est juste un début. C’est un très bon sentiment, c’est très excitant.

Votre best of Hit or Miss sort bientôt, pourrais-tu nous parler de son artwork qui est une photo du fameux match entre Jack Johnson et James Jeffries
Oui, c’est la photo d’un match de boxe mais à l’intérieur tu peux aussi retrouver beaucoup de photos de notre propre collection de ces 10 dernières années, beaucoup de photos de nous dans des endroits différents, avec des personnes différentes…

Mais la photo illustrant l’album est très forte et très populaire, elle représente un match qui a en quelques sortes changé le monde…
En effet c’est bien vrai. Je pense que c’est une excellente photo parce que les gens peuvent dire des choses comme ça la concernant et elle marche définitivement avec toute la chose vers laquelle nous allons qui est Greatest Hits. Nous voulions être sûrs que tout le monde comprenne que ce n’est pas la fin de notre carrière. La plupart des gens pensent que Greatest Hits signifie que le groupe est mort comme Blink 182, ils splittent : Greatest Hits. Ce n’est pas ça, c’est quelque chose qui sort peu importe ce qu’il se passe, c’est par un contrat, c’est le chapitre un comme j’ai dit, le chapitre deux arrive.

Ma prochaine question était justement si c’était un moyen efficace pour faire un bilan de votre parcours…
Voilà, ce n’est vraiment pas le cas, je ne veux pas que les gens pensent que c’est une conclusion, je veux qu’ils pensent que nous sommes très excités de faire de nouveaux morceaux, de continuer à le faire et non juste jouer les vieilles chansons mais aussi jouer toutes les nouvelles choses qu’on va faire. Je pense donc que c’est une collection et comme je l’ai dit, cela doit arriver, c’est dans le contrat et nous ne travaillons plus avec ce label maintenant donc ils sont autorisés à le sortir. Nous avons travaillé longtemps avec ces personnes, ce fût une bonne époque mais cela arrive à sa fin, c’est une bonne chose aussi et nous pouvons tous avancer. Lorsqu’on a su qu’ils voulaient sortir ce best of, on est allé les voir et on a vraiment voulu s’impliquer dedans. Il y a une nouvelle chanson, Situations, jusqu’à présent inédite et ils nous ont aussi autorisé à les aider avec d’autres chansons comme Constant Static qui est une B-side en Amérique qui n’avait jamais été sortie. Ils nous ont laissé aider aussi pour l’artwork. Normalement le label n’est pas obligé de nous demander notre avis, par rapport au contrat, on n’a même pas à être contactés. Nous avons fait tout ça car nous voulions en être fiers, que cela ne soit pas juste un “come out“.

D’où vous est venue l’idée de cette tournée avec Paramore ?
Nous les avons rencontrés lors du Warped Tour l’été dernier et ce sont des personnes géniales, on les a beaucoup vus, on est beaucoup sortis avec eux. Pas mal d’entre nous sommes d’assez bons fans de leur musique, ils semblent très intelligents, ils savent ce qu’ils font, ils ont la tête sur les épaules. Nous jouons quelque chose de similaire, hormis le fait qu’ils aient une fille dans le groupe, j’aime leurs concerts, ils sont très énergiques et il semble que leurs fans soient à peu près les mêmes que les nôtres donc c’était une raison de plus pour nous de venir ici. Nous avons joué les festivals de Reading et Leeds il y a quelques mois qui étaient géniaux et donc nous voulions revenir en Angleterre, nous avons vu que nous pouvions jouer en France, en Allemagne et en Italie donc nous sommes très heureux pour ça.

Vous semblez assez proches comme on a pu les voir dans le clip de “Kiss Me“.
Oui, nous avons filmé cette vidéo à la toute fin du Warped Tour, c’était comme si nous sortions avec eux tous les jours c’était donc une suite logique. C’était très sympa de faire cette vidéo.

Cela ne vous semble pas bizarre de jouer en première partie d’un groupe si jeune ?
Pas vraiment parce que nous l’avons déjà fait aux Etats-Unis avec Fall Out Boy, qui ne sont pas aussi jeunes mais qui le sont tout de même plus que nous mais nous avons ouvert pour eux. Cela arrive, la même chose est arrivée pour Less Than Jake et MXPX qui ont ouvert pour nous il y a quelques années. C’est vraiment bizarre car trois années avant c’était New Found Glory puis MXPX. Mais c’est OK, on aime juste faire des concerts et il n’y a aucune raison pour nous de refuser d’en faire un juste parce que nous jouons plus tôt, j’ai juste envie de jouer, tout spécialement lorsque l’on parle de la France ou de l’Angleterre où nous ne pouvons pas venir tout le temps.

Vous dégagez une grande puissance sur scène n’hésitant jamais à faire participer les membres du public et en créant une réelle intéraction entre vous et eux…
Nous essayons toujours d’intéragir avec eux autant que nous le pouvons. De temps en temps c’est appeler des kids à monter pour chanter, de temps en temps ils viennent tout seul sans que nous leur demandions. Il y a deux semaines nous jouions en Angleterre sans Paramore, c’était notre propre concert et nous sommes montés sur scène, nous avons joué deux chansons puis nous avons arrêté. Nous leur avons montré notre setlist qui était vide, une feuille blanche. On leur a dit « Ok, vous nous dites ce qu’on joue ». Donc entre chaque chanson Jordan demandait juste à quelqu’un dans la fosse quelle chanson et nous la jouions. C’était très drôle et ce sont des choses comme celle-ci que nous essayons de faire et cela revient à ce que j’ai dit plus tôt : nous sommes les mêmes personnes que celles qui sont dans la fosse. J’ai peut être 10 ans de plus que quelqu’un dans la fosse mais j’étais comme lui quand j’avais son âge et il n’y a rien de différent entre toi et moi, à part le fait que j’ai été chanceux et que je suis sur la scène mais je suis le même. Nous n’essayons pas de le rendre comme “Nous sommes ici, nous sommes comme dieu“, nous sommes des personnes normales, toujours les mêmes.

C’est comme si il n’y avait pas de scène en fait ?
Presque, c’est l’une des raisons pour laquelle j’aime cet endroit (ndlr : Le Trabendo) vu que c’est assez petit et il y a un petit bar, pas quelque chose d’énorme. Les gens sont vraiment proches de nous et le concert va être génial.

Et donc pour toi à quoi ressemble un bon « Punk Rock Show » ?
Cela dépend car ça peut être grand, ça peut être petit, je pense que c’est principalement l’intéraction entre nous et l’audience. Dès que nous montons, nous essayons de jouer aussi lourd que possible, avec le plus d’énergie possible et en même temps les kids ont beaucoup d’énergie et ils sautent et chantent chaque mot, ce qui est génial. Quand ces choses arrivent, et elles arrivent pour nous et eux, je pense que ce sont les meilleurs concerts. Nous avons eu des concerts au Zenith devant 4000 personnes qui ont été géniaux et nous avons aussi eu un concert génial ici il y a 5 ans devant 600 personnes. La taille n’a pas vraiment d’importance pour nous, tout comme l’endroit où nous sommes, si les kids sont dedans et nous sommes dedans, ce sont de supers concerts.

Tu as produit l’EP de The Getaways il y a quelques années, as-tu eu d’autres projets comme celui-ci depuis ?
Oui, j’ai produit il y a peu deux chansons pour une compilation qui s’appelle « Punk Goes Crunk », New Found Glory est justement dessus et cela sort chez Fearless Records dans un mois ou deux (ndlr : le 8 Avril). Il y a un groupe qui s’appelle Set Your Goals et j’ai produit leur chanson donc c’est différent, c’est une chanson ‘rap’, ce n’est pas supposé être punk-rock, c’est très étrange mais c’était juste sympa. Nous sommes allés en tournée avec eux, nous sommes amis avec ces personnes et je voulais les aider. Mais j’espère peut-être produire de nouvelles choses pour eux et même pour n’importe qui d’autre, le souci est que je n’ai pas assez de temps, je voyage tout le temps donc je ne peux pas produire quand je ne suis pas chez moi… Mais je n’ai pas vraiment envie d’être chez moi car j’ai envie de voyager. C’est un bon hobby et pour l’instant jouer et être dans New Found Glory, c’est ma carrière et c’est ce que je vais faire, mais produire des albums est quelque chose que je ferai quand je serai chez moi et que j’aurai plus de temps libre.

On en revient donc à ce que tu disais, New Found Glory est un si gros groupe que tu peux en profiter pour aider des groupes plus jeunes.
Quelques fois oui et il arrive même qu’avec leur propre travail ils aillent en studio et j’adore m’asseoir et voir si je peux aider car je comprends beaucoup mieux tout ça. Souvent je vais voir les tables de mixages juste parce que je veux tout savoir concernant la musique que nous faisons et spécialement comment c’est créé et comme tu la fais sonner. Pour moi, cela n’a pas d’importance si cela aide mon groupe ou d’autres groupes, c’est très agréable et c’est ce que je fais, et une nouvelle fois j’ai été très chanceux de rencontrer autant de monde et travailler dans d’énormes studios avec les meilleurs producteurs car j’ai appris beaucoup d’eux en parlant et c’est sûrement meilleur que tout ce que je pourrai apprendre dans n’importe quelle université. C’est très bon pour moi.

Donc quels sortes de conseils pourrais-tu donner à de plus jeunes groupes ?
Je tiens à dire que j’aurai espéré qu’il y ait 10 étapes pour devenir connu mais cela ne marche pas comme ça, l’important est de croire à ce que tu fais, d’essayer, d’être patient, tout cela prend du temps et c’est difficile. Malheureusement beaucoup de groupes ne seront tout simplement pas populaires. Si tu trouves des gens qui s’investissent dans ta musique, tu iras en tournée pour jouer de nombreux concerts, tu ne peux pas juste espérer être populaire. Je pense que beaucoup de groupes espèrent ça aujourd’hui, ils ont une page Myspace et pensent que parce qu’ils ont des milliers d’amis, ils sont le plus grand groupe du monde, cela ne marche pas comme ça. Lorsque nous avons commencé, il n’y en avait pas. On a joué dans des endroits pour 5 personnes, puis 10 personnes, petit à petit. C’était toujours sympa pour nous de jouer, peu importe devant combien de personnes. Mon conseil sera donc que c’est beaucoup de travail, peu de personnes seront chanceuses, il faut juste travailler, je ne sais pas si cela se dit en français mais aux états unis on dit “persistance pays off (littéralement : Persister paie ; le travail finit toujours par payer) donc si vous continuez, cela devrait marcher.

On va finir par la question de fin qui ne sert à rien : pourquoi votre bassiste aime être torse nu lors de tous vos concerts ?
Il y a plusieurs raisons pour cela, la plus simple est que ses t-shirts ne se mouillent pas donc après le concert il n’a qu’à mettre le même t-shirt. La deuxième raison est que c’est libérateur pour lui, il se sent libre, pas d’habits, il aime ça. Et la plus grande chose pour lui, c’est qu’il s’en fout si tu le pointes et tu dis qu’il est gros, il est comme ça et je pense que c’est une très bonne chose. Il n’est peut être pas le mec le plus musclé mais il est dans un groupe et il le fait très bien. Ce n’est pas important de dire « je suis meilleur que toi », c’est de dire « je suis pareil que toi » qui est important.

As-tu un dernier mot pour les lecteurs de Visual-Music.org ?
Nous sommes à Paris, c’est un endroit où nous avons toujours aimé jouer et nous continuerons à jouer ici aussi longtemps que possible. On revient en Angleterre en Novembre, je sais que nous n’avons pas encore de date prévue sur Paris, mais j’espère que nous reviendrons ici. On va enregistrer cet été, peut-être qu’en Novembre, nous aurons de nouvelles chansons. On apprécie votre soutien, les fans sont géniaux avec nous, c’est la raison pour laquelle nous continuons à faire ça.

Merci à Danny de Drive Thru Records, à Josh ainsi qu’à Cyrus !