Votre mot de passe vous sera envoyé.

C’est juste après leur concert donné au Trabendo, en compagnie de Roger Miret et des Dropkick Murphys que Lindsay des Frenzal Rhomb nous accueille dans les loges. Entouré de bières et autres alcools (à croire qu’ils ont vidé le frigo des Dropkicks…) qu’une interview plus ou moins décousue à lieu. Histoire de mieux connaitre ce groupe qui fait un véritable carton dans son pays, l’Australie.

Philloux: Alors, vous prévoyez quoi après ce concert ?
Lindsay: Juste après ? On va se bourrer la gueule jusqu’à une heure du matin, et […] va nous conduire jusqu’au ferry en bus. Mais là dedans, on va pas réussir à bien dormir à cause du froid, et enfin, on se réveillera demain matin sur le ferry. Nan, en fait, on va juste se coucher, comme des braves gens. Et dans le futur, on partira en tournée pour une semaine et on rentrera enfin à Sydney pour fêter mes 26 ans.
Evans: Oh, joyeux anniversaire.
Lindsay: Merci (en français).

Entre temps, petite séance photo où Lindsay tente de nous asphyxier à coup de pet bien gras.

Philloux: Et comment on se sent après un tel concert ?
Lindsay: Très bien ! Je me sens mieux qu’avant le concert, parce qu’on est allé à Amsterdam la nuit dernière. Du coup, on n’était pas vraiment net… Je ne fume pas de marijuana mais il y a toujours pleins de choses qu’on peut acheter là-bas… Mais ouais, là après le concert, on s’est bu quelques bières.

Philloux: C’est la première fois que vous venez en France ?
Lindsay: Non, on est passé en compagnie de Less Than Jake à la Boule Noire. On a aussi joué dans la même salle en compagnie de Useless ID, l’année suivante, c’était avec NOFX.

Philloux: Sur votre site internet, il y a une section photos où on peut voir Lindsay en train de baiser avec la tour Eiffel…
Lindsay: (rires) Ouais ouais, fuck la Tour Eiffel. Fuck l’Allemagne, Fuck la Hollande, etc…

Philloux: Pendant l’enregistrement du dernier album, vous étiez dans le même état d’esprit qu’auparavant ?
Lindsa: Absolument ! Et partir en tournée en compagnie des Dropkick Murphys et de Roger Miret, ça nous fait du bien, parce qu’on sait maintenant qu’on est bien plus punk qu’eux.

Philloux: Comment vous avez rencontré les Dropkick Murphys ?
Lindsay: C’était au lit, on a ren…
Evans: Vous avez bien dit au lit ?
Lindsay (répondant très sérieusement): Oui, absolument! On est allé au lit un soir et on s’est réveillé avec Al Barr à côté qui nous a dit (en prenant l’accent typique d’Al Barr): “Hey, comment ça va ? J’suis Al Barr des Dropkick Murphys!”. On a dit “Oui, c’est cool, on va partir en tournée avec vous.” Et il a dit “Ah, ok“.

Philloux: Vous êtes actuellement lié à beaucoup d’associations.Tu peux nous parler de quelques une ?
Lindsay: Ouais, on bosse avec l’association de légalisation de mariages homosexuels, avec les associations de grosses mamelles et grosses couilles, grosses mamelles et petites couilles, couilles illimitées, libérations d’animaux, droit d’animaux réfugiés….
Philloux: Et vous êtes aussi de concert avec la PETA.
Lindsay: Oui, on a fait quelques publicités pour eux.

Evans: A propos des mariages homos, vous saviez qu’Arnorld Schwarzenegger essayait d’interdire ces mariages et autres relations dites “contre-natures” ?
Lindsay: Ouaipe, bien sûr. Georges Bush est en ce moment même en train de se frayer un passage à travers le congrès américain, en train d’essayer de changer la constitution.

Evans: Et ça te fait quoi ?
Lindsay: Ca me donne envie de le buter. Mais le truc qui me paraît bizarre, c’est que Georges Bush passe son temps au lit avec tous ces putains de businessman d’Amérique. Il baise tous les gens aux States et il veut interdire les mariages homos… Etrange. Vous saviez que lui et Arnold s’enculaient depuis plusieurs années. C’est une chose terrible. Le truc, c’est que notre pays (NDR: l’Australie) veut ressembler aux USA. Notre putain d’imbécile de premier ministre y tient absolument. Et votre putain d’imbécile de Jacques Chirac qui a vendu de l’iradium pendant toutes ces années… Quand il a fait ses tests atomiques dans l’océan Pacifique, on était furieux contre les français. Mais on a été ceux qui vous ont vendu tout cet iradium pour fabriquer ces bombes. C’est n’importe quoi. Mais au moins, Jacques Chirac ne voulait pas partir en guerre, ce qui est une bonne chose.

Philloux: Sinon, vous écoutez quoi en tournée ?
Lindsay: Le dernier disque que je me suis tapé était celui de Neil Hamburger. Ca vient de San Francisco […]. C’est pas mal du tout. Il y a aussi The Anyones, le groupe de Melvin. Et il y a aussi le groupe de Soforos Brothers: un groupe fait par moi et Jesse (chanteur et gratteux de Frenzal Rhomb) et qui parle de coucher avec des homos. Par contre, il y a une chose que je n’écoute pas, c’est le sideproject de Tom (en pointant du doigt le bassiste de Frenzal Rhomb). C’est vraiment horrible. Horrible, horrible. Mais il y a quand même deux personnes dans son bourg qui sont fans.

Philloux: Vous êtes en conflits avec Burning Flag.
Lindsay: Oui, c’est vrai. C’est à cause d’un festival australien qu’on a fait, et on s’est demandé ce qui pouvait être plus australien que d’avoir un putain de [winch?]. Alors on a brulé le drapeau national pour dire que l’Australie allait nous chier dessus. Mais ils n’ont pas apprécié! Les gens pensent toujours que le drapeau d’un pays représente le côté militaire, la culture, la tradition… J’emmerde tout ça ! Putain de drapeau australien…

Philloux: Pourtant, Anti-Flag fait est plus ou moins dans le même trip que vous.
Lindsay: Ouais, c’est vrai, mais ils le font beaucoup mieux. Ils écrivent de meilleurs textes. Tiens, d’ailleurs, ils tournent en France bientôt ?
Evans: Ouais, je crois, bientôt. A l’Elysée Montmartre (NDevans: Pour ma défense, les dates du Destruction Tour n’étaient pas encore tombées).
Lindsay: Ah oui, Montmartre, c’est là aussi qu’on a joué avec Nofx. L’an dernier, j’y ai d’ailleurs taggué un message destiné à Anti-Flag sur le mur. Leur musique est vraiment bonne, un très bon groupe. Tout ce qu’ils font est très bon.

Philloux: Et à propos de vos relations avec les autres groupes de Fatwreck Records ?
Lindsay: Sexuelles. Des relations sexuelles…
Philloux: … et avec Fat Mike de Nofx
Evans: … t’utilises des capotes, de la vaseline ou du poppers avec lui ?

… En fond, “Cadence To Arms” des Dropkick Murphys est entamé tandis que le groupe commence soudainement à siffler et à hurler. Un type entre annonçant en français “Ces chansons sont magnifiques”… Lindsay répète…

Lindsay: Ouais, bien sûr. D’ailleurs, j’ai essayé le poppers il ya quelques jours pour la première fois. J’ai complètement oublié qui j’étais. Je l’ai essayé dans le cul d’un pote… Ouais, j’étais complètement défoncé et pourtant, je ne fume pas de marijuana. Stupidement défoncé même.

Philloux: Vos artworks font preuve d’inventivité, un petit mot là-dessus ?
Lindsay: Oui, on a regardé un album photo et on a bien rigolé. On a aussi un pote qui dessine… Il a bossé sur la pochette de “”Sans Soucis“” […] mais pas celle de ““A Man Is Not A Camel”“. Ce type est très marrant, il est obèse et a les cheveux rouges. Un vrai winner. Qu’est-ce qu’on peut bien vouloir de plus ? Tout ça était parfait. Par contre, il n’a pas fait la pochette de “Dick Sandwich”, c’est quelqu’un d’autre.

Philloux: En France, on ne connait que 4 ou 5 groupes qui viennent d’Australie: AC/DC, Silverchair, Brody Dales des Distillers et Midnight Oil… Si on met de côté Midnight Oil, on sait que vous avez commencé à jouer du punk très jeune comme Silverchair l’avait fait. On sait aussi que tu es aussi sexy que Brody Dale… Alors maintenant, t’es prêt à jouer du rock aussi longtemps qu’AC/DC ?
Lindsay: Oh Brody est plutôt bien foutue… merci beaucoup (rires)! Oui, évidemment que j’aimerais jouer du rock n’ roll aussi longtemps qu’AC/DC l’a fait. Mais j’aurais aussi bien aimé être aussi beau que le chanteur de Midnight Oil, avec son crâne chauve quand j’étais plus jeune. Il est si vieux, mais pourtant a l’air vraiment bien. Je venère AC/DC! Je les ai d’ailleurs vu il y a deux ans et ce sont vraiment les meilleurs. Angus Young n’a pas arrêté de bouger pendant deux heures à jouer de la gratt’ !

Evans: Et est-ce que tu aimerais faire un jour des concerts aussi gros que ceux d’AC/DC ? Avec des planètes géantes, pleins de feu d’artifices, dans des gros stades ?
Lindsay: (rires) Ouais, si on pouvait remplir les salles, ouais! Parce que là, à la base, ce qu’on fait c’est du divertissement.. Alors ça serait pas vraiment bien de faire ça. Mais on a joué dans un festival australien avec environ 12 000 personnes. Mais jamais à l’intérieur d’un stade. On a juste fait un concert aussi en Arizona pour le Warp Tour. C’était à l’intérieur d’un grand théatre qui tournait! C’était vraiment génial ! Mais bon, personne ne nous regardait, mais on s’en foutait, c’était trop bon (rires).

Philloux: Vous avez joué avec une tonne de groupes de punk. Un souvenir d’eux ? Et quel a été votre groupe préféré ?
Lindsay: Reel Big Fish… C’était de la merde. Et il y a aussi Fenix*Tx, vous connaissez ?
Evans: Ouais, ils ont splitté l’an dernier…
Lindsay: Ouais, encore heureux. C’est mauvais, vraiment. Et il y a les Dropkick Murphys, je les hais. Quant à Roger Miret, ils sont vraiment faibles…

Evans: Maintenant, question traditionelle: vous avez une question à vous poser à vous-même ?
Lindsay: Ouais… (moment intense de reflection de 30 secondes
). Non, en fait, non. En fait, j’ai surtout une chose à vous demander à vous: il y a des mots français que je n’arrive pas à piger. Que veut dire “Cette chanson est magnifique“?
Evans: “This song is magnificiant“.
Lindsay: Et vous mangez des cuisses de grenouilles ?
Evans: Euh, non pas moi.
Philloux: Moi, une fois, c’était franchement dégueu.
Lindsay: Et vous bouffez des escargots ?
Evans: Ouais, j’adore.
Lindsay: (surenchérissant) Et des couilles de taureaux ?
Evans: Hmm, non pas vraiment…
Lindsay: Parce que nous aux Etats-Unis, on en mange, c’est d’ailleurs de ça qu’on parle dans “Bullshief” (“”Sans Soucis“”). Je pense que c’est vraiment mauvais de manger ça.

Un grand merci à Laure et à Nanette de Fatwreck !