Votre mot de passe vous sera envoyé.

Cette année, VisualMusic recense par membre de l’équipe ses préférés de l’année et s’ajouteront à la file des membres de labels, de groupes et d’acteurs de l’industrie musicale. De quoi faire ton marché dans une année mouvementée.

 

Mon résumé.
ALLEZ ZOU ! Suivante ! 2017 c’était pas mal, mais en embraie et on passe la suivante. Avec un peu de chance, elle ne s’attaquera pas à nos icônes. En 2016 David. Et par ce matin froid et dégueu du 6 décembre 2017, je jaunis à l’idée de ne plus entendre que l’idole des jeunes ira allumer le feu et retenir la nuit sous la tour Eiffel pour une fête de la musique prochaine. Bye Johnny ! Parce que Hybrid Theory aura marqué tout ado ayant eu 15 ans en 2000, Salut Chester. Et quand même,  pensée à l’homme le plus classe du monde : Jean Rochefort, son panache et sa ganache manqueront.

Les disques.

Sans ordre précis, il serait impensable d’occulter le retour des Queens Of The Stone Age au premier plan. Villains sonne bien, sonne rock, sonne pop, sonne dansant. Les reines rayonnent et l’album est une réussite de bout en bout.

 

Cigarettes After SexS/T. Une sensualité mélancolique, à en pas écouter en permanence sous peine de finir sous Prozac, mais d’une douceur et d’une beauté à toute épreuve.

City Music de Kevin Morby, qui mine de rien creuse tranquilou son sillon dans le monde folk d’années en années et sort une nouvel fois un album sobre, beau et délicat, et comme dit en 2016, qu’est-ce qu’on aime Kevin Morby !

En terme folk, 2017 aura quand même régalé. Outre Morby, le duo Courtney Barnett – Kurt Vile nous a généreusement offert un Lotta Sea Lice des plus agréables. En lien avec Kurt, The War On Drugs s’en sort également excellement bien avec A Deeper Understanding.

Mac Demarco, avec This Old Dog, se répète un peu, mais pour l’instant, le capital sympathie du gars et la bonne forme sur le disque font de lui quelqu’un dont on ne se lasse pas encore.

Feist – Pleasure. Leslie Feist, je t’aime. Epouse-moi.

Et puis… Grizzly Bear, Ty Segall, Brand New et At The Drive In.

 

Les déceptions.
 

King Gizzard. J’ai beau aimer ce groupe et ce qu’ils produisent en général, mais à trop jouer les hyper actifs, on finit par décrocher, perdre le fil. Avec les Oh Sees et Ty Segall, ça commence à faire beaucoup. Vouloir jouer / composer beaucoup, c’est louable, mais peut-être finalement assez vain. Plus le temps d’écouter et de s’attacher à ce qu’ils sortent.

The Jesus and Mary Chain – Damaged and Joy. Un disque anachronique. Je ne l’ai pas compris, passé au travers alors que leurs albums me bercent depuis plusieurs années maintenant. Faire du 90’s dans les 2010’s, bof.

Et puis l’épineux cas Black Lips. Un disque accouché dans la souffrance, un remaniement profond, trop de titres, trop long, pas assez de verve à mon gout aux travers de la cuvée 2017. Dommage, deux ou trois excellents titres quand même.

Ce n’est pas l’envie qui a manqué, mais le temps.
 

Parce que la vie est une garce et qu’on ne fait pas toujours ce qu’on veut, j’aurai aimé écouter les derniers Gorillaz, et Future Islands plus attentivement. Les quelques écoutes laissant une bonne impression.

J’aurai aimé ne serait-ce qu’entendre une chanson des derniers Foo Fighters, King Gizzard (je dois en avoir 3 de retard si je compte bien), et le dernier OCS (The Oh Sees) Memory of a cut head (à peine effleuré malheureusement).

Les chansons.

Woods – Bleeding Blue

QOTSA – The Way You Used To Do. 

BRMC – King of Bones.

Future Islands – Ran. 

Courtney Barnet et Kurt Vile – Over Everything.

Les concerts.

BRMC – Elysée Montmartre 22/11/2017. Deux heures. Une setlist monstrueuse, beaucoup de titres des deux premiers albums du groupe, 4 ou 5 en avant première du prochain prévu pour début 2018, la banane de bout en bout.

Black Lips – Trabendo 14/11/2017. Un dernier album chaotique, deux premiers morceaux inaudibles, mais quelle pêche! quelle énergie, et quelle setlist! Quasiment mon best-of perso du groupe. 

QOTSA – AccordHotel Arena 07/11/2017. Un son dégueu, mais deux heures au top, une setlist maîtrisée de bout en bout, et des photographes préservés jusqu’à la fin.

Woods – Maroquinerie 27/03/2017. Woods, les chouchous! pour la première fois en live. Pour la première fois Bleeding Blue, sa trompette, son air entêtant, et cette impression de légèreté en sortant de la salle. Merci.

The Oh Sees – BT59 Bègles 11/06/2017. Le passage annuel à BDX, super concert, les mecs toujours au top, rien à ajouter!

Les attentes pour 2018.

Brmc – Wrong Creature, parce que déjà je ne suis pas du tout objectif concernant ce groupe, et que les morceaux teasés sur le net et en concert donnent quand même sacrément envie de plus! Franz Ferdinand – Always Ascending, parce que j’ai vraiment envie de réécouter ces gars, ayant laissé un peu tombé depuis un moment, j’essaierai vraiment de m’intéresser à ce disque. A Perfect Circle de retour, oh oui! Interpol qui devrait aussi sortir quelque chose en 2018 me chauffe bien, et puis bien sur, un nouvel album (ou plus) des OCS et de Ty Segall! Et, pour le running gag, un nouveau Tool (XPTDR).