Votre mot de passe vous sera envoyé.

Netflix met le contenu en avant et a d’ailleurs annoncé investir 8 milliards de dollars là-dedans l’an prochain. La musique fait partie de l’opération planche à billets avec des entrées très régulières sur les documentaires musicaux ces derniers mois. Nous avons donc décidé de vous faire la liste des docs à voir, ou pas, à l’heure actuelle.

A VOIR
Back and Forth

Plus de deux heures sur les Foo Fighters réalisé par James Moll (oscarisé s’il vous plait) sans langue de bois avec des images d’archives dans tous les sens et un accès illimité au groupe puisque ce sont eux qui l’ont décidé. Une narration chronologique n’oubliant pas les départs douloureux, les problèmes de boissons, d’overdose, de quasi-split tout comme les montées au sommet en bouclant sur Wembley en 2008. Quoiqu’on pense de la bande de Dave Grohl, c’est l’un des meilleurs films du genre avec DIG!.

Nos Amis

Lancé par HBO pour couvrir le retour des EODM à Paris après les attentats du Bataclan, Nos Amis revient sur l’amitié fondatrice de Jesse Hughes et Josh Homme et sur les témoignages et parcours des survivants de l’attaque. Un film pas aussi racoleur que pressenti fort heureusement, mais qui respire tout de même le bon sentiment à l’américaine. 

Some Kind of Monster

Y’a-t-il besoin de présenter l’une des pierres angulaires du doc musical ? Metallica a mis une caméra et un psy lors de l’enregistrement de St Anger, album maudit où Lars Ulrich et James Hetfield avait besoin de tierces personnes pour se parler. Entre ça et l’arrivée d’un nouveau bassiste avec Robert Trujillo, c’est bien trop pour ne pas avoir à en parler. Passé à la fois pour des mecs stupides et honnêtes, il faut avouer que le tout a assez mal vieilli mais garde son lot de scènes priceless.

Danny Says

Danny Fields, c’est l’agent des Ramones et des Stooges. Mais pas seulement. Parti de rien et affublé d’une voix assez insupportable, son aventure mérite qu’on s’y attarde.

Sound City

Nous avions chroniqué le doc à l’époque de sa sortie, ainsi que l’album qui l’accompagnait. Sound City revient sur le studio du même nom basé à Los Angeles ayant donné des albums de Tom Petty, Neil Young, Nirvana et maintenant bel et bien fermé. Un doc assez critiquable où Dave Grohl se fait plaisir à inviter toutes ses idoles sans vraiment donner une solution aux acteurs historiques.

NB: Attention, ce doc est sur Amazon Prime. Service dispo pour tous ceux qui disposent de l’abonnement du même nom.

Hip-Hop Evolution

Produit par HBO Canada et surfant sur la vague de la série The Get Down, cette mini-série de 4 épisodes retrace l’histoire du hip-hop, de ses prémices avec Grandmaster Flash et Afrika Bambaataa aux début du gangsta rap avec N.W.A.. Présenté par le rappeur canadien Shad, le documentaire recontextualise le mouvement dans son environnement politico-social, mais aussi culturel. Faisant intervenir tous les acteurs majeurs de l’époque, l’ensemble grouille d’anecdotes et de références en tout genre, faisant même le lien avec la scène punk underground.  Un documentaire à absolument regarder pour comprendre son succès et son impact sur le monde musical actuel.

 

 

A EVITER
Shot!

Film revenant sur l’histoire de Mick Rock, connu pour avoir photographié les clichés les plus célèbres de David Bowie et notamment de l’époque Ziggy Stardust. Encore actif avec Father John Misty par exemple, il revient sur son parcours et inlassablement sur sa période de défonce jusqu’à une triple crise cardiaque et un pontage. Un peu trop parti sur les drogues et pas assez sur son art, il passe à côté de son sujet à cause de sa mise en scène trop lourde.

FIVE FOOT TWO

Le documentaire de Lady Gaga avait fait parler de lui à sa sortie, et pour cause : 1h40 en immersion totale avec la déjantée popstar promettait de grandes choses. En réalité, on navigue entre le génie artistique et un “me, myself and I” dégoulinant de pathos.

Retraçant la conception de l’album Joanne jusqu’à sa prestation au Superbowl, on passe de moments “confession-canapé-petits-mouchoirs” à des passages plus formels comme les enregistrements studio. Quelques parties sont tout de même intéressantes et on se prend rapidement au jeu car, il faut l’admettre, c’est TRÈS bien fait… mais on ne peut pas s’empêcher d’y voir encore une fois une représentation : au lieu de tomber le masque, Lady Gaga choisit d’en porter un autre qui crée le malaise, celui d’une quasi martyre.

Bowie : The Man Who Changed The World

Tu te souviens des documentaires que tu peux voir sur RTL9 le dimanche à 2h du mat? Et bien en voilà un bien gratiné. Si tu te respectes, passe ton chemin.

Et après ?

Cette liste n’est pas pour le moment définitive : le service se nourrit de jour en jour avec l’acquisition de docs existants ou de productions maisons. Nous ne parlons pas ici de titres aussi présents parlant des Rolling Stones, de Keith Richards, d’Anvil car non vus.