Quand Creed a annoncé son split le 4 juin 2004, je vous avoue que j’étais pas mal dégoûté, étant donné le parcours quasi parfait qu’avait accompli le groupe floridien en à peine 5 ans… Fort heureusement, on apprenait peu de temps après que 3 anciens membres de Creed (Mark Tremonti, Brian Marshall et Scott Phillips) montaient un nouveau groupe avec le chanteur Myles Kennedy (ex-Mayfield Four). Le nom de ce super groupe ? Alter Bridge. Alors que beaucoup d’esprits sceptiques doivent penser qu’il ne s’agit que d’un vulgaire clone de Creed, le groupe fraîchement formé tente avec son premier album de montrer qu’il est capable d’aller encore plus loin que Creed, tout en ne reniant pas son glorieux passé. Chronique d’un succès annoncé.

Autant vous le dire tout de suite, ‘One Day Remains‘ est un disque qui va longtemps rester dans votre chaîne hi-fi. Moins formaté que Creed, Alter Bridge en a gardé toute la quintessence, dans un esprit toujours aussi positif mais moins grunge. La nouvelle formation évolue en effet dans un registre plus vif et plus incisif que le faisait Creed. Les riffs de guitare sont ainsi beaucoup plus orientés vers le métal qu’autrefois : ‘Metalingus‘ rappelle par exemple le deftones énervé de ‘Engine n°9‘, alors que le riff survolté de ‘One Day Remains‘ est un véritable appel au pogo !

Mark Tremonti, on le savait déjà, est un guitariste rythmique aiguisé, adepte de la lourdeur et des harmonies mélancoliques. Ce talent, il ne l’a bien évidemment pas perdu, comme le prouvent certains titres dans la plus pure lignée de Creed (‘In Loving Memory‘, ‘Broken Wings‘). Mark n’a pas non plus perdu son son de guitare claire si atypique, comme en atteste le début de ‘The End Is Here‘. Mais ce que l’on savait moins, c’est qu’il était capable de jouer des soli à faire pâlir d’envie les meilleurs guitar heroes ! Adepte du shredding (‘Open Your Eyes‘, ‘One Day Remains‘) ou de la distorsion à outrance (‘Burn It Down‘), Mark varie sans cesse son style et montre plus que jamais qu’il est un guitariste d’exception, au jeu technique et enjoué. Sa fluidité sur le solo de ‘Down To My Last‘ n’est ainsi pas sans rappeler le Slash exubérant des Guns N’ Roses, alors que celui de ‘Find The Real‘ est une pure démonstration technique ! Au début de ‘Broken Wings‘, Mark se permet même de jouer quelques notes rappelant tantôt ‘Angie‘ (Rolling Stones), tantôt ‘Hotel California‘ (The Eagles). Une magnifique ballade de 6 minutes dont le refrain fédérateur constitue l’un des moments forts du disque.

En plus d’avoir durci sa musique, Alter Bridge s’est doté d’un superbe vocaliste en la personne de Myles Kennedy. Malgré quelques similitudes avec Scott Stapp, Myles possède un registre beaucoup plus vaste, avec une justesse incroyable dans les aigus (cf. ‘Open Your Eyes‘, ‘In Loving Memory‘) ou dans le susurrement (au début de ‘Burn It Down‘). Ne se contentant pas de gimmicks à la Eddie Vedder (Pearl Jam), Myles rappelle le grand Chris Cornell de l’époque Soundgarden : écoutez ainsi les ultimes cris de ‘Find The Real‘ ou la montée en puissance du pont de ‘Metalingus‘ pour vous en convaincre… Bref, le sieur Kennedy possède une voix puissante, douce et suave qui séduira la plupart des réfractaires de Scott Stapp.

Open Your Eyes‘, le premier single, est une chanson qui rappellera de bons souvenirs aux adeptes de ‘Say I‘ ou ‘Higher‘ : on est à la limite du plagiat de Creed, mais bon, le solo est tellement bon qu’on ne leur en tiendra pas rigueur… Parmi les titres les plus marquants, on retiendra les musclées ‘Metalingus‘ et ‘One Day Remains‘, ainsi que la sublime ballade qu’est ‘Burn It Down‘. ‘Watch Your Words‘, la neuvième plage, est une autre réussite, avec son riff ultra lourd qui ferait presque passer ‘Sad But True‘ (Metallica) pour du N’Sync… ‘In Loving Memory‘, la ballade larmoyante de l’album, fait quant à elle passer une belle dose d’émotion, en grande partie grâce à la voix ultra-démonstrative de Myles. ‘The End Is Here‘ possède enfin une énorme densité de son, ainsi qu’une ambiance étrange et pesante, un peu à la manière de ‘Who’s Got My Back ?‘ sur ‘Weathered‘ : les parties de guitare claire, malgré leur relative simplicité, resteront longtemps ancrées dans votre mémoire, croyez-moi.

Vous l’aurez compris à travers ces quelques paragraphes, ‘One Day Remains‘ est un excellent album, qui fera assurément partie de mon top 5 annuel. Qui plus est, la production de Ben Grosse (Filter, Fuel, Sevendust) est vraiment un modèle du genre, avec un son de guitare assez monstrueux. Alter Bridge fait partie de ces bonnes surprises, vous savez, le genre de groupe qu’on découvre complètement par hasard et dont on devient instantanément fan. Cette nouvelle formation va encore plus loin que Creed, et avec ce très bel album de rock, elle devrait marquer logiquement les esprits comme le fit Soundgarden en son temps. Creed is dead. Long live Alter Bridge.