Votre mot de passe vous sera envoyé.

C’est en plein après midi que Visual rencontre Jetsex avant leur concert en première partie de 25 Ta Life. Ils nous invitent dans leur van après 3 semaines de tournée intensive, et ça sent la chaussette et la confession…

Pourriez-vous présenter le groupe pour ceux qui ns vous connaisse pas ?
Jimmy Jazz : On est Jetsex (Jet d’sexe). On est un groupe de Parisiens avec un mec d’Orléans qui n’a pas pu être là ce soir car il construit sa maison… Donc il n’a pas pu participer à la petite tournée que l’on vient de faire. Là on revient de 3 semaines de tournée avec 25 Ta Life un peu partout en France, en Europe. Ca fait cinq ans que l’on joue ensemble
Miko : On vient de sortir un album qui est sorti il y a trois mois sur le label The Age of Venus, et avant on avait sorti un split avec Murphy’s Law en 45 tours sur mon petit label.

Dans le groupe il y a un ancien membre de Burning Heads ?
Miko : C’est Phil justement qui ne pouvait pas faire la tournée et qui a été remplacé pour cette tournée.

Comment est t-il venu à rejoindre Jetsex ?
Miko : On se connaissait un peu avant à l’époque où il jouait encore dans les Burning Heads, et je l’ai croisé un jour à Orléans à un concert. C’était le moment ou l’on venait juste d’enregistrer notre première démo… Ca lui avait bien plu et voilà !

Quelles sont vos influences ?
Miko : Je pense que dans Jetsex, on a tous des goûts, des personnalités et des influences différentes.. Moi je suis plus spaghetti, Jimmy lui il a un petit côté “Afrique du Nord” : donc c’est couscous…
Nono : Aldente, les raviolis tout ça… Après cinématographiquement parlant, on va pas s’étendre parce qu’on en a pour la nuit… mais musicalement je sais pas par quel bout commencer…
Jimmy : On écoutait tous les mêmes groupes au départ. Bon après ça à changé… Mais au départ on écoutait tous Nofx, Rancid, ou d’autres groupes comme ça… Maintenant ça a évolué… Arnaud aime bien Suicidal, Cypress Hill, et pas mal de jazz…
Miko : Yann écoute surtout des compils de House Buddha Bar
Jimmy : nirvanalongue !
Miko : oui nirvanalongue ! C’est plus son truc… Et moi j’aime beaucoup le vieux punk anglais : Les Clash, Remenbers, etc…

Sur ma chronique de “Paris By Night“, j’ai mis que vous aviez une musique assez proche de celle de Misconduct
Miko: C’est un groupe que j’ai vu il y a longtemps, mais je crois que je n’ai jamais écouté en disque… c’est genre hardcore ?
Oui
Miko : OK, j’ai jamais vraiment écouté…
Jimmy : 25 Ta Life avait tourné avec Misconduct il n’y a pas longtemps
Ah bon ? Comme quoi on en apprend tout les jours !
Jimmy : Oui oui c’est un truc de ouf ! (rires)

Vous pourriez nous parlez de “Paris By Night” ?
Miko : C’est le résultat de à peu près 5 ans… Certains morceaux présents sont même les tout premiers morceaux qu’on a faits avant que Phil arrive, et puis d’autres morceaux plus récents. Il y en a même que l’on a fini deux semaines avant l’enregistrement : il n’y avait ni chant ni paroles. Et… On est assez content du disque ! Il est sympa.
Jimmy : Oui hormis quelques chansons, sinon c’est sympa
Miko : Oui… C’est sympa : on le conseille ! On le recommande même ! Mais moi je peux plus l’écouter…
Trop écouté ?
Miko : Ouais et puis parce qu’il y a plein de vieux morceaux aussi… et qu’on a passé trois semaine à jouer ça tout les soirs… Donc j’espère que d’ici les prochains mois, on va se remettre à répéter.

Ok. Et le “trip” du chat “Godzilla” sur la pochette, vous pourriez nous en parler ?
Miko : En fait c’est El Gato. Attention, ce n’est pas le chat “Godzilla”, … Et c’est pour illustrer “Paris By Night” un peu décadant. C’est le grand chat pervers qui digère mal sa bouteille de je ne sais quoi et qui gerbe après… Je trouve que c’est une image forte.

Vous êtes sur le label nantais The Age of Venus Records avec des groupes comme 25 Ta Life, Right For Life pour ne citer qu’eux… Comment c’est arrivé ?
Miko : On a joué notre tout premier concert avec Right For Life il y a quatre ou cinq ans, et on les a recroisés en jouant avec Murphy’s Law et Olivier , le patron du label, savait qu’on allait enregistrer et il nous a dit de lui envoyer ça dès que c’était prêt (Note de Babbleshit : Olivier était présent ce soir là, et on le remercie du fond cour). Ensuite on lui a passé, et ça lui a plu.. voilà.

Et sinon la tournée, elle se passe bien ?
Jimmy : oui oui elle se passe bien, mais là elle est bientôt finie… C’est l’avant-dernière date ce soir. Après deux semaines et demie. On a fait des concerts un peu partout en Europe… On a commencé en Allemagne, puis on a visité l’Autriche, l’Italie, la Belgique, la Hollande, on a fait le tour de l’Espagne, et on est revenu en France (Bordeaux, Lyon) et en Belgique… Et ce soir on est à Paris !
Miko : On est passé au Luxembourg aussi !
Jimmy : Moi en fait je connaissais pas hyper bien 25 Ta Life, j’avais une espèce d’image d’un groupe avec son chanteur assez charismatique, assez “vénère”, un tough guy… Et en fait c’est un mec hyper marrant, hyper sympa. un fanatique de musique et qui n’écoute pas que du hardcore ou des trucs dans le genre ! Il écoute plein de trucs différent de la variété jusqu’à Avril Lavigne en passant par O’Connor… Mais aussi des groupes de métal super bourrin que personne n’arrive à écouter chez nous sauf lui (en regardant Miko) (rires). Et ça c’était plutôt une bonne découverte ! Le fait de voir 25 Ta Life tous les soirs, c’est une bonne expérience… C’est sa 17ème tournée européenne ! Tous les soirs, le mec il assure sur scène, il a une présence. Et pour nous c’était bien de voir ça, et de jouer devant des publics qui sont pas forcément ceux qui écoutent notre musique. Et de se donner à fond pour que ça leur plaise… Sinon ça aurait été dommage de venir la bas pour rien et de pas faire le maximum… Nous ça nous a fait bien progresser… En tout cas, je m’en rends compte un peu… Mais ça s’est vraiment bien passé, hormis la vitre du vans qu’on a cassée..
Que s’est-il passé?
Jimmy : Une mauvaise manouvre… (rires)

Là vous venez de faire pas mal de festivals durant cette tournée : Fury Fest au Mans, les Arts Scéniques à Sélestat, l’Ieper Fest aussi je crois ?
Miko : En fait à l’Ieper Fest, on était avec 25 Ta Life mais on n’a pas joué parce qu’ils ne voulaient pas de Jetsex… Et Selestat, ça c’est super bien passé

Pour Sélestat, l’affiche avait un style assez varié !
Jimmy : oui il y avait Black Bomb A, Satanic Surfers, AqME

J’ai entendu parler d’accrochages entre le public et AqME (insultes, index levé…) un peu comme avec Slipknot au Fury Fest je crois…

Miko : Le public d’AqME ?! Je sais pas… J’ai rien vu. Jimmy Jazz était encore au boulot et moi euh…. je peux rien dire (rires)
Jimmy : Il dit ça parce qu’il aime pas ! (rires)
Miko : Nan j’ai rien vu
Jimmy : sinon Satanic Surfers, c’était incroyable : des mecs trop cool, gentil, sympas : ils ne se prennent pas la tête et sont accessibles après tous les disques qu’ils ont faits et que l’on a écoutés en long, en large et en travers. Et ça s’était cool, et ça fait vraiment plaisir.

Ils ont un nouveau line-up !
Jimmy : oui : un nouveau batteur, et un nouveau bassiste
Miko : l’ancien batteur d’Adhesive (R.I.P.)
Il n’était pas reparti ?
Miko : nan nan, il est encore là.

Et le Fury Fest sinon ?

Miko : Bizarre, très bonne expérience, mais … C’était super métal, super chevelu, super “boouuuuehhhhhhhh”!
Jimmy : chat dans la gorge !
Miko : chat dans la gorge oui ! (rires) C’était la première fois que l’on jouait sur une scène aussi grosse, et il se trouve que c’était bourré de monde
Jimmy. On a eu de la chance parce qu’on devait jouer en premier sur la grande scène, et un groupe (Doggystyle) a voulu changer de place, jouer sur la grande scène, et nous laisser sa place pour jouer un peu plus tard sur la petite salle. Il y a eu un problème quand ils ont ouvert les portes : elles ont été ouvertes trop tard… Ca a fait faire un détour aux gens, ce qui fait que quand les mecs ont joué, il ont joué devant personne sur la grande scène (5 ou 6 personnes maxi) c’est le genre de truc super frustrant… Ca aurait dûêtre nous normalement. Et nous on a eu de la chance de se retrouver à midi dans la petite salle, mais qui est finalement une grande salle pour nous : il y avait plein de monde ! On pensait qu’on allait se faire balancer des trucs dans la tronche, comme Slipknot, et en fait ça s’est bien passé…

En parlant de l’accrochage avec Slipknot : vous l’avez vu ?
Jimmy : moi je ne l’ai pas vu… et toi tu l’as vu ? (en s’adressant à Miko)
Miko : Nan, moi j’ai passé la journée du dimanche à me balader : y avait une rivière vachement sympa dans un petit bled dont j’ai oublié le nom…

C’est se foutre de Slipknot ça ! (rires)
Miko : Nan ! mais en fait y avait un kehbab et tout, et puis une rivière
Oui oui (rires)
Miko : Nan c’est pas ça… mais souvent avec Jimmy on se fait souvent la réflexion… On va jouer dans un endroit et on est un peu frustrés parce qu’on n’a pas le temps de voir les attractions locales, et tous les trucs intéressants… Et donc là, il y avait cette magnifique rivière et donc…

Et vous en avez pensé quoi de cet “épisode” Slipknot ?
Jimmy : Surprenant, parce qu’apparemment le bouche-à-oreille a fonctionné super bien et c’est surprenant de voir ça ! Même si je ne l’ai pas vu, mais on me l’a raconté… Surprenant aussi parce que il y avait pas mal de groupes de métal comme Fear Factory, etc… ultra connus, et ultra commerciaux et avec qui ça s’est plutôt bien passé….Mais y avait une rumeur qui circulait à propos d’une histoire de cachets monumentaux, et ils ont aussi décalé la programmation avec des balances bizarre et trop longues… Et le mot à circulé super bien… Voilà.

Vous avez fait pas mal de concerts, et joué avec pas mal de bons groupes comme dernièrement Stretch Armstrong.. Quel a été votre meilleur souvenir ?
Miko : Je sais pas. Y’en a plein. Avant Stretch Armstrong ça faisait un an qu’on n’avait pas joué puisqu’on préparait les morceaux qu’on allait enregistrer… Et puis le Glazart est vraiment une bonne salle…. On a vraiment plein de bons souvenirs de concerts… Et heureusement pour nous : plus de bons que de mauvais comme par exemple avec Murphy’s Law : c’était marrant… Sinon pendant la tournée, les meilleures dates qu’on ait faites, j’ai trouvé que c’était en Espagne… Par rapport aux gens, à l’organisation.

Meilleur public ?
Jimmy: C’est pas la même ambiance
Miko: C’est différent… On a peut-être eu de la chance… Mais on a plein de mauvais souvenirs aussi… (rires)

Comme ?
Miko : Une fois on a joué près de Verdun : Là c’était très bien… Mais le lendemain on devait jouer à St Brieux, à 700 ou 800 km de l’autre côté, en Bretagne… Et en fait on est arrivé et on s’est retrouvé dans une espèce de bar à poivrots dégueulasse, et on a joué littéralement devant trois mecs ou deux… Je sais plus et voilà…

C’est marrant comme ambiance !
Jimmy : c’est trippant mais bon…
Miko : oui mais… quand tu viens de te taper 800 bornes et que le mec te file même pas un rond pour l’essence, et qu’il faut pleurer pour avoir à bouffer, et surtout qu’il nous foutent à la rue. On avait pas de quoi dormir… et moi le lendemain je travaillais à Paris…
Jimmy : Le groupe était scandaleux aussi…
Miko : oui ! un groupe scandaleux
Jimmy : Le PSK des crews avec Michel le Guerrec : c’est une espèce de caricature d’un groupe de métal mais qui est vraiment à ses débuts et qui a du mal et qui joue pas bien… ‘fin comme tous le monde : Nous aussi au début on jouait pas bien… C’est normal… Donc du coup on s’est retrouvé là après 800 bornes, une sale bouffe, et une ambiance bizarre devant cinq personnes qui composaient les clients du bar

Fallait s’y attendre…
Jimmy : Bah justement on s’y attendait pas (rires)

Si s’était un bar paumé…
Jimmy : mais on savait pas que s’était un bar paumé ! (rires) On pensait que ça allait être un truc cool à St Brieux… Et en fait nan : c’était à St julien dans un bar tout pourri du routier du coin… Et Phil qui avait fait pas mal de concerts dans sa vie nous à dit que même au début, de Burning Heads n’avait jamais joué dans un truc comme ça… Mais bon on s’en fout maintenant ca nous fait rire en y repensant… Ca fait une expérience !

Après ce CD et cette tournée, vous avez quoi comme projet ?
Miko : Moi normalement je pars dans 3 jours en vacances chez mon père en Espagne à Bilbao ou il y a le festival du film de San Sebastiano, je vais sûrement aller voir mes grands-parents… Sinon mes projets après : la rentrée littéraire comme on se disait avec Jimmy, avec quelques bouquins pas mal à suivre; la rentrée cinématographique… Un vrai bordel ! Et par rapport à Jetsex, on va se remettre à répéter à fond. On va sûrement faire un peu moins de concerts et on voudrait faire de nouveaux morceaux comme je te le disais tout à l’heure, et puis pourquoi pas au printemps, à la belle saison, se refaire un petit voyage…

Question traditionnelle pour clôturer les interviews de Visual-music : Quel est la question que vous auriez aimé que l’on vous pose ?
Jimmy : “Quel est le message dans les paroles?” ! (rires)
Miko : Nannnnn ! !!! “Quel est le plus grand cycliste de l’histoire ?” Réponse impossible Probablement Eddy Merckx A.K.A “le cannibale”, ou Bernard Hinault A.K.A le “le blaireau”, ou encore Indurain je pense… Et toi Jimmy ?
Jimmy : Euh je sais pas… Mon album solo ! “A quand la sortie de mon album solo exclusivement de basse?” Je pense que ça va bientôt sortir… Marquez ça dans vos agendas les gars ! Je pense que ça va “défourailler” donc préparez-vous au pire !

Merci !