Votre mot de passe vous sera envoyé.

Etoile filante de la pop expérimentale, Yves Tumor pose son groupe à Paris au Trabendo pour une date remplie du sol au plafond.

Qu’il était compliqué de se faire une place pour cette soirée. Des dizaines de scammers de partout sur l’event Facebook, Ticketswap en PLS pour une date visiblement très attendue ! Deux ans qu’on surveillait ce jour suite à l’écoute récurrente de l’excellent Heaven To A Tortured Mind pendant le premier confinement.

Sous forme de one man band, Tim Koh assurait la première partie. Samplers, synthés et MacBook sous le bras pour un set qui faisait penser aux pop songs à la cool des débuts de Mac DeMarco. Une demie-heure assez mélodieuse et chill qui aurait pu éviter de se terminer en queue de poisson mais qui nous a clairement invité à réécouter.

S’ensuit quasiment une heure d’attente avant de voir la tête d’affiche venir à nous. Avec autant de temps, on aurait aimé avoir un son moins fort et plus équilibré. L’EP The Asymptomatical World sorti en 2021 prend de la place dans la setlist. Ce qui n’est pas une mauvaise idée au vu du caractère accrocheur de morceaux comme Jackie et Crushed Velvet dont les paroles sont scandées par le public. Caractéristique habituelle de certains concerts au Trabendo où on a l’impression d’être aux States au vu de la connaissance parfaite du catalogue des artistes par le public. Yves Tumor attire bien sûr tous les regards par son allure entre Prince et Ziggy Stardust, ses balades le long de la scène et ses postures, malgré un manque assez flagrant de communication. Un show à l’américaine en quelque sorte. Rodé dans le déroulé et manquant un peu d’âme dans sa globalité. Il n’empêche que le spectacle est délivré et que le plaisir de retrouver Dream Palette, Kerosene! ou Medecine Burn est bien là.

Ce n’est de toute façon pas l’ardeur du public qui posera des questions au groupe sur sa manière de faire au vu du plébiscite. Un concert un peu court dans la durée puisqu’on a à peine flirté avec l’heure de set avant que le rideau se referme. Curiosité de voir ce type d’artistes dans un format festival où il faut plus aller chercher le public afin de les convaincre…

Stylé jusqu’au bout des ongles, Yves Tumor et son groupe méritent le coup d’oeil en live. On recommande chaudement ses deux dernières sorties studio pour faire connaissance avec eux.